Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil CULTURELes Andalousies atlantiques: la diversité et le vivre-ensemble chantés à Essaouira

Les Andalousies atlantiques: la diversité et le vivre-ensemble chantés à Essaouira 

Lundi 29 octobre 2018 à 10h24
Les Andalousies atlantiques: la diversité et le vivre-ensemble chantés à Essaouira
 (Photo MAP)

Essaouira a accueilli, du 25 au 28 octobre, la 15e édition du Festival des Andalousies atlantiques en prouvant, encore et toujours, sa vocation de fédération culturelle.

Des rythmes et des cultures qui se rapprochent, telle était l’ambiance des Andalousies atlantiques.

Du 25 au 28 octobre, le vent s’est calmé et a cédé la place à une température clémente et quelques gouttelettes de pluie.

Dans un contexte de guerre et de conflits religieux et ethniques, Essaouira dit que la coexistence est possible et que les Musulmans et les Juifs sont frères et sœurs de culture.

En guise d’ouverture, jeudi 26 octobre, la place Elmenzeh était venue applaudir l’orchestre "Mohamed Lbrihi". Les paytanims Hay Korkos et Benjamin Bouzaglo ainsi que Sanaa Marahati ont également animé la scène. Tous accompagnés par le violoniste Elad Levi et la Chorale des Mélomanes de la musique andalouse.

Après la soirée d’ouverture, les colloques faisaient leurs débuts vendredi matin à Dar Souiri. Ce rendez-vous a permis d’échanger sur des thématiques liées à la tolérance et au vivre-ensemble.

Baptisés "L’école d’Essaouira, l’importance du lieu, l’importance du lien’", les colloques de la 15e édition avaient comme thématique "l’exception marocaine" en matière de dialogue entre les communautés religieuses, musulmanes et juives. Tous les intervenants ont insisté sur l’importance de l’éducation dans l’amélioration de la culture de pluralisme et de tolérance.

"Les deux religions, Islam et Judaïsme, bénéficient d’une complicité très spéciale au Maroc", rappelle André Azoulay, conseiller du Roi et président-fondateur de l’Association Essaouira-Mogador.

Ahmed Abbadi, secrétaire général de la Rabita Mohammadia des Ouléma, évoque le message Royal adressé aux participants à une table ronde au siège de l’ONU sur le rôle de l’éducation dans le combat contre la discrimination en donnant l’exemple de l’antisémitisme.

A Dar Souiri toujours, les concerts de l’après-midi ont su apporter de l’émotion également comme celui de vendredi après-midi, l’Andalucious. Créé en 2015, Andalucious est né de la rencontre entre 11 jeunes musiciens juifs venus d’horizons divers (jazz, classique, rock,...) qui se sont unis autour de la musique traditionnelle marocaine.

Autour d’Elad Levi, Andalucious ont interprété un répertoire composé de chants traditionnels du Maroc.

Entre flamenco, gharnati ou andaloussi, le "Maghreb uni" était présent lors de cette 15e édition. Hayat Boukhriss a invité sur scène et à ses côtés Rym Hakiki, venue d’Alger, et la Tunisienne Syrine Benmoussa. 

Autre performance à Dar Souiri, un concert à deux voix, celle de Said Belcadi, maître du Madih et du Samaa au Maroc qui aura à ses côtés Curro Pinana, l’héritier du cante minero en Espagne. Un concert en souvenir des deux grands poètes d'Al-Andalous, Muhyiddin Ibn Arabi et Salomon Ibn Gabirol.

 

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close