REPORTAGE EXCLUSIF. Le litige entre Ghita Bennis et les héritiers Adham a été réouvert début mars 2018 devant la Cour d'appel de commerce, cette fois-ci à Casablanca. Ghita Bennis a repris possession de l'hôtel qu'elle a retrouvé délabré et endetté. Ce fut le 2 mars dernier. Médias24 était présent.

Le 19 avril, à la Cour d'appel de commerce de Casablanca, aura lieu la prochaine audience du dossier la Gazelle d'Or. L'affaire oppose d'une part Ghita Bennis, administrateur depuis 1981 de ce palace mythique (Taroudant), et d'autre part, les héritiers de Kamal Ibrahim Adham qui en réclament la propriété.

Un dossier aux mille vies…

Mme Bennis avait perdu en première instance (2013), en appel (2014) puis en cassation(2015). Ces juridictions lui avaient successivement renié tout droit sur La Gazelle d'or, alors qu'elle invoquait 80% de parts cédées par le père Adham.

Lire également: Après l'avoir débouté, la Cour de cassation donne raison à Ghita Bennis

         Affaire la Gazelle d'Or: les motifs d'une rétractation inattendue

L'affaire semblait alors classée, si ce n'est ce revirement exceptionnel dans l'histoire de la Justice marocaine: Le 17 octobre 2017, la Cour de cassation se rétracte de sa décision, casse celle de la juridiction inférieure et renvoie, sans se prononcer sur le fond, le dossier pour un nouvel examen à Casablanca.

Depuis, tous les espoirs sont permis pour Mme Bennis. Le 2 mars 2018, l'ancienne diplomate a repris possession du Palace dont elle avait été évincée en 2014. Mais qu'elle a retrouvé dans un état "absolument déplorable". En tout cas pas celui dont elle est "tombée amoureuse" dans les années 80 et auquel elle espère pouvoir "donner vie", avait-elle confié  à Médias24 le jour de sa reprise de l'établissement.  

Voici une partie de la vidéo tournée par nos soins, le 2 mars 2018, au moment même où Ghita Bennis, par la force de la justice, a repris possession des lieux.

"L'hôtel a fermé ses portes depuis plus d'une saison et demi", faute de clients. "Le jardin qui était connu dans le monde est complètement dévasté" et "l'allée de bambou légendaire est devenue une pauvre allée de roseaux morts", déplorait notre interlocutrice.

Mme Bennis a des soucis autres qu'esthétiques. Elle affirme que les héritiers Adham lui ont laissé une entreprise endettée à hauteur de "15 millions de DH entre les fournisseurs, les impôts et la CNSS". De même, "depuis 2014, il n'y a jamais eu d'assemblée générale, jamais de bilan".

Mechaal Adham, le fils du défunt, a contracté "un prêt de 30 millions de dirhams pour soi-disant effectuer des travaux," accuse Mme Bennis.

Ci-dessous, les photos de l'hôtel AVANT, un lieu chic et chaleureux, mais pas prétentieux, et qui surtout avait une âme. Pour les images APRES, regarder la vidéo ci-dessus.

Vente aux enchères
Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

REPORTAGE EXCLUSIF. Le litige entre Ghita Bennis et les héritiers Adham a été réouvert début mars 2018 devant la Cour d'appel de commerce, cette fois-ci à Casablanca. Ghita Bennis a repris possession de l'hôtel qu'elle a retrouvé délabré et endetté. Ce fut le 2 mars dernier. Médias24 était présent.

Le 19 avril, à la Cour d'appel de commerce de Casablanca, aura lieu la prochaine audience du dossier la Gazelle d'Or. L'affaire oppose d'une part Ghita Bennis, administrateur depuis 1981 de ce palace mythique (Taroudant), et d'autre part, les héritiers de Kamal Ibrahim Adham qui en réclament la propriété.

Un dossier aux mille vies…

Mme Bennis avait perdu en première instance (2013), en appel (2014) puis en cassation(2015). Ces juridictions lui avaient successivement renié tout droit sur La Gazelle d'or, alors qu'elle invoquait 80% de parts cédées par le père Adham.

Lire également: Après l'avoir débouté, la Cour de cassation donne raison à Ghita Bennis

         Affaire la Gazelle d'Or: les motifs d'une rétractation inattendue

L'affaire semblait alors classée, si ce n'est ce revirement exceptionnel dans l'histoire de la Justice marocaine: Le 17 octobre 2017, la Cour de cassation se rétracte de sa décision, casse celle de la juridiction inférieure et renvoie, sans se prononcer sur le fond, le dossier pour un nouvel examen à Casablanca.

Depuis, tous les espoirs sont permis pour Mme Bennis. Le 2 mars 2018, l'ancienne diplomate a repris possession du Palace dont elle avait été évincée en 2014. Mais qu'elle a retrouvé dans un état "absolument déplorable". En tout cas pas celui dont elle est "tombée amoureuse" dans les années 80 et auquel elle espère pouvoir "donner vie", avait-elle confié  à Médias24 le jour de sa reprise de l'établissement.  

Voici une partie de la vidéo tournée par nos soins, le 2 mars 2018, au moment même où Ghita Bennis, par la force de la justice, a repris possession des lieux.

"L'hôtel a fermé ses portes depuis plus d'une saison et demi", faute de clients. "Le jardin qui était connu dans le monde est complètement dévasté" et "l'allée de bambou légendaire est devenue une pauvre allée de roseaux morts", déplorait notre interlocutrice.

Mme Bennis a des soucis autres qu'esthétiques. Elle affirme que les héritiers Adham lui ont laissé une entreprise endettée à hauteur de "15 millions de DH entre les fournisseurs, les impôts et la CNSS". De même, "depuis 2014, il n'y a jamais eu d'assemblée générale, jamais de bilan".

Mechaal Adham, le fils du défunt, a contracté "un prêt de 30 millions de dirhams pour soi-disant effectuer des travaux," accuse Mme Bennis.

Ci-dessous, les photos de l'hôtel AVANT, un lieu chic et chaleureux, mais pas prétentieux, et qui surtout avait une âme. Pour les images APRES, regarder la vidéo ci-dessus.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.