Li Biao, président du groupe Haite, a effectué des repérages dans la région en juin 2016. Ici, en compagnie de ses collaborateurs, de Moulay Hafid Elalamy et d'Ilyas El Omari

Ce lundi 20 mars, sera présenté au palais de Marshan de Tanger le projet de parc industriel et résidentiel chinois. Il doit à terme atteindre les 2.000 hectares et abriter des industries automobiles, aéronautiques et vertes.

Après la visite royale à Pékin en mai 2016, une délégation d’industriels chinois comprenant le président Li Biao du groupe Haite était venue à Tanger dès le mois de juin suivant accueillie par le président de région Ilyas Elomari et le ministre du Commerce et de l’Industrie Moulay Hafid Elalamy.

Le projet chinois présenté ce lundi 20 mars à Tanger doit démarrer à une dizaine de kilomètres de la Tanger Free Zone sur les bords de la bretelle d’autoroute entre l’entrée de Tanger-Ouest (Gzénaya) et Tanger-Est (Melloussa).

Selon des sources de la région contactées par Médias24, “le projet démarrera sur 500 hectares avant de s’étendre si besoin est au fur et à mesure des besoins“. Il est attendu que les investissements soient importants avec un minimum d’un milliard de dollars pour les deux premières années.

Lire aussi : Ville industrielle chinoise dans le Nord: les premiers détails

Parmi les premiers projets industriels attendus, figurent ceux des autobus électriques et des composants aéronautiques. D’autres projets de panneaux solaires photovoltaïques, de chauffe-eau solaires et de composants ferroviaires sont à l’étude.

D’un côté, la politique économique et d’investissements chinois à l’étranger connaît actuellement d’importants changements. Pékin vise à délocaliser un certain nombre d’industries coûteuses en main-d’œuvre tout en contrôlant strictement les acquisitions et les investissements à l’étranger.

Pékin, quoique disposant d’importantes réserves financières, souhaite rationaliser ses interventions à l’étranger tout en finançant une restructuration progressive de son économie vers des activités moins demandeuses en main-d’œuvre.

De l’autre côté, Pékin perçoit les avantages qu’il y a à être présent au Maroc qui dispose d’accords de libre-échange commercial avec l’Union européenne, les Etats-Unis et poursuit de manière dynamique le développement de ses relations avec les pays du continent africain.

Enfin, pour la connaissance des marchés et le financement des projets, sur l’ensemble des projets maroco-chinois et les projets marocains en Afrique, les principales banques marocaines, -Banque Populaire, Attijariwafa Bank et BMCE Bank of Africa- sont impliquées.

Outre les projets industriels dans la région de Tanger, des sociétés chinoises s‘intéressent également au secteur touristique alors que parallèlement, Marocains et Chinois travaillent à valoriser de plus en plus les proximités culturelles communes qui existent à travers la vie et les voyages d’Ibn Batouta.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Li Biao, président du groupe Haite, a effectué des repérages dans la région en juin 2016. Ici, en compagnie de ses collaborateurs, de Moulay Hafid Elalamy et d'Ilyas El Omari

Ce lundi 20 mars, sera présenté au palais de Marshan de Tanger le projet de parc industriel et résidentiel chinois. Il doit à terme atteindre les 2.000 hectares et abriter des industries automobiles, aéronautiques et vertes.

Après la visite royale à Pékin en mai 2016, une délégation d’industriels chinois comprenant le président Li Biao du groupe Haite était venue à Tanger dès le mois de juin suivant accueillie par le président de région Ilyas Elomari et le ministre du Commerce et de l’Industrie Moulay Hafid Elalamy.

Le projet chinois présenté ce lundi 20 mars à Tanger doit démarrer à une dizaine de kilomètres de la Tanger Free Zone sur les bords de la bretelle d’autoroute entre l’entrée de Tanger-Ouest (Gzénaya) et Tanger-Est (Melloussa).

Selon des sources de la région contactées par Médias24, “le projet démarrera sur 500 hectares avant de s’étendre si besoin est au fur et à mesure des besoins“. Il est attendu que les investissements soient importants avec un minimum d’un milliard de dollars pour les deux premières années.

Lire aussi : Ville industrielle chinoise dans le Nord: les premiers détails

Parmi les premiers projets industriels attendus, figurent ceux des autobus électriques et des composants aéronautiques. D’autres projets de panneaux solaires photovoltaïques, de chauffe-eau solaires et de composants ferroviaires sont à l’étude.

D’un côté, la politique économique et d’investissements chinois à l’étranger connaît actuellement d’importants changements. Pékin vise à délocaliser un certain nombre d’industries coûteuses en main-d’œuvre tout en contrôlant strictement les acquisitions et les investissements à l’étranger.

Pékin, quoique disposant d’importantes réserves financières, souhaite rationaliser ses interventions à l’étranger tout en finançant une restructuration progressive de son économie vers des activités moins demandeuses en main-d’œuvre.

De l’autre côté, Pékin perçoit les avantages qu’il y a à être présent au Maroc qui dispose d’accords de libre-échange commercial avec l’Union européenne, les Etats-Unis et poursuit de manière dynamique le développement de ses relations avec les pays du continent africain.

Enfin, pour la connaissance des marchés et le financement des projets, sur l’ensemble des projets maroco-chinois et les projets marocains en Afrique, les principales banques marocaines, -Banque Populaire, Attijariwafa Bank et BMCE Bank of Africa- sont impliquées.

Outre les projets industriels dans la région de Tanger, des sociétés chinoises s‘intéressent également au secteur touristique alors que parallèlement, Marocains et Chinois travaillent à valoriser de plus en plus les proximités culturelles communes qui existent à travers la vie et les voyages d’Ibn Batouta.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.