Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil ECONOMIE ECONOMIE

Puma, une ville connectée de 1.300 ha à l'entrée d'El Jadida  

Lundi 30 octobre 2017 à 19h29
Puma, une ville connectée de 1.300 ha à l'entrée d'El Jadida
 

Initié par le Groupe OCP, le Pôle urbain de Mazagan (PUMA) a vu cette semaine le coup d’envoi des premiers travaux d’aménagement. Petit tour d’horizon des composantes de cette nouvelle cité connectée de 1.300 ha, dédiée au savoir et à la recherche.

A 90 km de Casablanca, c’est une cité moderne résolument tournée vers le futur qui émerge entre El Jadida et Azemmour. Orienté vers la connaissance et les métiers de l’innovation et du savoir, le Pôle urbain de Mazagan a entamé cette semaine les premiers travaux d’aménagement de la phase 1 composée de 200 ha, sur les 1.300 ha que compte le projet en sa globalité.

En amont, une longue phase de préparation a précédé les premiers coups de pioche. "Il était nécessaire de finaliser l’ensemble des études, des plans d’aménagement, avant de démarrer les travaux de PUMA", explique Karim Laghmich, DG de la Société d’aménagement et de développement de Mazagan (SAEDM), créée en 2013 et fruit d’une joint-venture entre le Groupe OCP (51%) et la Direction des domaines de l’Etat (relevant du ministère des Finances).

Un benchmark international (France, Australie,…) a permis selon lui, d’identifier les meilleures pratiques en matière de développement de villes nouvelles, mais aussi les écueils à éviter. "Nous ne voulons pas de cités-dortoirs, c’est pourquoi l’accent a été mis sur la disponibilité des équipements dès le premier jour: écoles, hôpitaux, centres de loisirs,…" souligne le DG de SAEDM.

134.000 habitants en 2034

Doté d’un budget d’aménagement de 5 MM de DH, PUMA s’étale sur 1.300 hectares qui se décomposent principalement en:

-200 hectares de voiries principales

-300 hectares d’espaces verts

-600 hectares qui abriteront les différentes composantes du projet que sont : la zone résidentielle, le pôle académique, l’espace de recherche et d’innovation, les équipements touristiques, culturels et sportifs ainsi que les zones d’activités tertiaires. A l’horizon 2034, PUMA devrait accueillir 134.000 habitants.

Fait intéressant, les différentes composantes du projet ne sont pas financées par les fonds propres d’OCP, mais font plutôt l’objet de montages financiers ad hoc, en fonction des partenariats et de la nature des projets. Ainsi, l’aménagement des 200 ha de la Phase 1 – d’un budget de 608 M de DH, a été essentiellement financé par la BMCE et la SGMB.

De même, "OCP n’est pas un promoteur immobilier. Nous mettons en place le cadre adéquat et comptons lancer les premiers appels à manifestation d’intérêt – destinés aux développeurs, d’ici fin 2017", précise M. Laghmich.

L’éco-urbanisme à l’honneur

PUMA fera la part belle à l’éco-urbanisme et se déclinera ainsi en quatre ‘’éco-quartiers’’ entièrement connectés, qui disposeront d’équipements et de services de proximité de même type, tout en ayant leur propre identité.

- Le 1er éco-quartier sera principalement orienté vers la recherche, l’innovation et les infrastructures académiques. Le pôle Chimie de l’Université polytechnique Mohammed VI compte s’y installer, de même que l’Université polytechnique d’El Jadida, l’ENCG, ainsi que plusieurs groupes publics et privés, notamment issus de l’international. Certaines écoles d’ingénieurs françaises ont déjà émis le souhait de s’y implanter pour disposer d’un relais destiné aux étudiants africains.

- Le 2ème éco-quartier prendra place au cœur du pôle et assurera l’animation générale du site, autour d’un grand complexe commercial.

- Le 3ème éco-quartier sera dédiée au bien-être et à la santé, avec l’implantation de cliniques spécialisées.

- La 4ème composante comprendra un parc des expositions (déjà opérationnel), des commerces et hôtels, ainsi qu’un campus Mazagan qui abritera un incubateur d’entreprises ainsi que les bureaux d’OCP et de plusieurs de ses partenaires, notamment JESA (JV entre OCP et l’américain Jacobs Ingeniering).

Plusieurs groupes étrangers ont manifesté leur intérêt pour être parties prenantes dans le développement de PUMA : Emiratis, Français, Indiens,… principalement sur les axes liés au résidentiel, à la santé et à la R&D.

Résidentiel et mixité sociale

Concernant le pôle résidentiel de PUMA, les premières livraisons devraient avoir lieu en 2020. La notion de mixité sociale est un pilier de cette composante qui verra la construction de logements sociaux, de logements intermédiaires et haut de gamme. La majorité des bâtiments ne dépasseront pas les 5 étages, avec un coefficient d’occupation au sol assez faible de 0,5. Plusieurs axes routiers mènent à PUMA, appuyés par le lancement prochain d’une ligne ferroviaire rapide Casablanca-PUMA, qui fera le trajet en 40 minutes.

Soulignons que le prix du résidentiel sera aussi adapté au pouvoir d’achat des résidents de la région, avec des niveaux de prix inférieurs à ce qui se pratique à Casablanca par exemple.

La construction repose essentiellement sur les préceptes de l’éco-durabilité: efficacité énergétique dans l’orientation des bâtiments, énergies renouvelables, construction d’une usine de collecte de déchets ainsi que d’une station d’épuration… Sur ce dernier point, Karim Laghmich nous apprend que plusieurs groupes internationaux sont déjà en lice, à l’instar du groupe Suez et de Véolia.

Les 300 ha d’espaces verts qui agrémentent le cadre de vie des résidents seront à ce titre entièrement arrosés grâce au traitement des eaux usées et à la collecte des eaux de pluie.

Tourisme, culture et sport

Le segment touristique de PUMA portera aussi bien sur le développement d’infrastructures que sur la création d’une offre d’animation touristique. Une réflexion en ce sens est actuellement à l’œuvre, conjointement entre la SAEDM et la SMIT (Société marocaine d’investissement touristique).

Le volet culturel n’est pas en reste avec la création d’un village des Arts, ainsi que la réhabilitation de certains sites historiques de la région – à l’instar du "Ribat Al Moujahidine’’, érigé par le sultan Mohamed Ben Abdallah en 1755.

Le développement du sport occupe également une place importante au sein de PUMA. "La région dispose d’une tradition sportive bien établie, et le sport a toujours constitué l’un des leviers de développement au sein des zones d’activité OCP » observe Karim Laghmich.

PUMA comprendra donc des installations sportives de premier rang, notamment un stade omnisports de dernière génération. Des académies sportives verront le jour, destinées à devenir une véritable pépinière d’athlètes. De plus, PUMA accueillera en son sein un circuit de course automobile, histoire de faire revivre la tradition de sports mécaniques qu’a connue El Jadida.

Ville nouvelle connectée, pionnière dans l’utilisation des nouvelles technologies au Maroc et parfaitement intégrée dans un territoire urbain et durable, PUMA se veut le nouveau visage des cités de demain. Un exemple dont le développement ne manquera pas, on l’espère, de faire des émules aux quatre coins du royaume.

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close