Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, préconise des sanctions contre les neuf pays de la liste noire de l'Union européenne sur les paradis fiscaux et réclame la transparence sur les engagements pris par les 55 pays de la liste grise.

"Je demande qu'il y ait des sanctions contre les pays de la liste noire", a-t-il déclaré lundi 12 février sur France 2, souhaitant "que les fonds du budget de l'UE ou des banques publiques européennes ne transitent pas par les circuits financiers de pays qui sont considérés comme des paradis fiscaux".

Les banques publiques européennes concernées sont la BEI (Banque européenne d'investissement) et la Berd (Banque européenne pour la reconstruction et le développement), a-t-il précisé.

"Nous allons le proposer dans les semaines qui viennent", a-t-il dit.

Le 23 janvier, l'Union européenne a retiré huit des 17 pays de la liste noire des paradis fiscaux, moins de deux mois après l'avoir établie, au grand dam des ONG.

Ces pays sont passés sur une liste grise de pays qui ont pris des engagements de bonne conduite en matière fiscale.

"Je demande aux ministres des Finances (ndlr: de l'UE) de rendre publics et transparents tous les engagements pris", a répété M. Moscovici, pour qui "la transparence est la mère de toutes les luttes contre la fraude et l'évasion fiscales".

La liste noire de l'UE, adoptée le 5 décembre 2017, -une première dans son histoire- ne contient plus que neuf pays: Bahreïn, Guam, les Iles Marshall, la Namibie, les Palaos, Samoa, les Samoa américaines, Sainte Lucie ainsi que Trinité et Tobago.

Les huit pays retirés de la liste noire et placés sur la liste grise sont le Panama, la Corée du sud, les Emirats arabes unis, la Tunisie, la Mongolie, Macao, Grenade et La Barbade.

Rappelons que le Maroc se trouve dans la liste grise aux côtés de 54 autres pays. Ces 55 pays ont tous assuré l’UE de leur collaboration ainsi que de leur volonté d’appliquer les normes de bonne conduite fiscale telles qu’édictées par les argentiers de l’Union.

Ces pays ont jusqu’à fin 2019 pour s’y conformer.

(Avec AFP)
 

Lire aussi: Paradis fiscaux: le Maroc méritait-il de figurer sur la liste grise de l’UE?

 

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, préconise des sanctions contre les neuf pays de la liste noire de l'Union européenne sur les paradis fiscaux et réclame la transparence sur les engagements pris par les 55 pays de la liste grise.
 

"Je demande qu'il y ait des sanctions contre les pays de la liste noire", a-t-il déclaré lundi 12 février sur France 2, souhaitant "que les fonds du budget de l'UE ou des banques publiques européennes ne transitent pas par les circuits financiers de pays qui sont considérés comme des paradis fiscaux".

Les banques publiques européennes concernées sont la BEI (Banque européenne d'investissement) et la Berd (Banque européenne pour la reconstruction et le développement), a-t-il précisé.

"Nous allons le proposer dans les semaines qui viennent", a-t-il dit.

Le 23 janvier, l'Union européenne a retiré huit des 17 pays de la liste noire des paradis fiscaux, moins de deux mois après l'avoir établie, au grand dam des ONG.

Ces pays sont passés sur une liste grise de pays qui ont pris des engagements de bonne conduite en matière fiscale.

"Je demande aux ministres des Finances (ndlr: de l'UE) de rendre publics et transparents tous les engagements pris", a répété M. Moscovici, pour qui "la transparence est la mère de toutes les luttes contre la fraude et l'évasion fiscales".

La liste noire de l'UE, adoptée le 5 décembre 2017, -une première dans son histoire- ne contient plus que neuf pays: Bahreïn, Guam, les Iles Marshall, la Namibie, les Palaos, Samoa, les Samoa américaines, Sainte Lucie ainsi que Trinité et Tobago.

Les huit pays retirés de la liste noire et placés sur la liste grise sont le Panama, la Corée du sud, les Emirats arabes unis, la Tunisie, la Mongolie, Macao, Grenade et La Barbade.

Rappelons que le Maroc se trouve dans la liste grise aux côtés de 54 autres pays. Ces 55 pays ont tous assuré l’UE de leur collaboration ainsi que de leur volonté d’appliquer les normes de bonne conduite fiscale telles qu’édictées par les argentiers de l’Union.

Ces pays ont jusqu’à fin 2019 pour s’y conformer.

(Avec AFP)
 

Lire aussi: Paradis fiscaux: le Maroc méritait-il de figurer sur la liste grise de l’UE?

 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.