Mustapha Bakkoury: "A Ouarzazate, j’ai vu le moral d’un territoire changer"

Le Maroc aura en 2020, une capacité installée supérieure aux 6.000 MW escomptés, en énergies renouvelables provenant de sources éoliennes, solaires et hydrauliques. Ce qui couvrira plus de 42% du mix énergétique de la production électrique.

Mustapha Bakkoury se fait rare depuis qu’il est à la tête de Masen. Vendredi 16 février, il a reçu un groupe de journalistes pour un échange plus didactique qu’informatif. Et très intéressant. Bakkoury a laissé entendre qu’il a préféré avoir quelque chose de concret à dire pour rencontrer la presse.

Le 26 janvier dernier, le Roi Mohammed VI réunissait une séance de travail pour faire le point sur la stratégie dans le domaine des énergies renouvelables, au moins la 4e du genre.

 

 

Voici un verbatim des principales annonces faites par M. Bakkoury qui a tenu un intéressant discours didactique :

-“L’attribution de Noor Midelt est dans la phase finale de l’évaluation des offres techniques. Le projet sera bouclé avant la fin de l’année pour un démarrage des travaux début 2019“.

-“La consommation électrique s’accroît de 7% à 8% par an. Elle double donc tous les dix ans“.

-“En 2008-2009, le Maroc a décidé d’y aller [vers le solaire d’abord et plus généralement le renouvelable], en adoptant une stratégie de rupture : cadre réglementaire et légal, définir des objectifs ambitieux, optimiser l’hydraulique, élaborer une feuille de route pour l’éolien et lancer le solaire, une première“.

-“Au-delà de la production, nous avons cherché à créer un écosystème, avec de l’emploi, de la recherche, de l’innovation, de l’entrepreneuriat national, du développement local dans les territoires d’implantation. Et enfin en faire un levier d’intégration continentale“.

-“Le Maroc a décidé de ne copier aucun modèle existant“.

-“Le coût moyen de production d’électricité d’origine solaire est en baisse dans le monde et s’approche du coût réel payé par le consommateur“.

-“Quel est le coût actuel? Cela dépend des projets et des technologies. Nous ne les comparons jamais. Chaque choix obéit à sa logique. Par exemple, l’intérêt du CSP, c’est de stocker“.

-“Noor I est un projet CSP (centrale solaire thermique à concentration, avec des miroirs paraboliques qui chauffent un fluide). Sa capacité de stockage est de 3 heures. Prix de revient du kWh: 1,60 DH.“

-Noor II: “CSP également, mais avec une capacité de stockage de 7 à 8 heures. LA consommation d’eau a été drastiquement réduite. Le prix de revient est 15% moins cher : 1,35 DH. Les travaux de Noor II seront achevés fin mars et la mise en exploitation interviendra en avril-mai“.

-Noor III: “la fameuse tour a une capacité de stockage de 7 à 8 heures, avec une température nettement supérieure (400 degrés pour Noor I et II, et 565 degrés pour Noor III). Prix de revient du kWh: 1,42 DH. Noor III sera prête à l’automne prochain“.

-Noor IV: “Elle sera achevée en mai-juin. Le prix de revient du kWh sera de… 0,44 DH“.

-“Dans la région de Casablanca-Settat, il y a 600.000 points lumineux. A l’échelle nationale, entre 1,5 et 2 millions de points. Le développement de l’écosystème solaire et du savoir-faire dans ce domaine permettront d’optimiser l’éclairage public. Nous pouvons penser également à l’agriculture et à la mobilité électrique.“

-“Les objectifs 2020 seront atteints et même légèrement dépassés. A fin 2017, la production EnR couvre 34% du mix électrique.“

-“Objectif 2020: 6.000 MW en renouvelable.

“Fin 2017, nous avons 180 MW en solaire, 887 MW en éolien et 1.769 en hydraulique.

“En 2018, nous aurons 827 MW en solaire, 1.207 MW en éolien et 1.780 MW en hydro-électrique“.

-“Taux d’intégration de ces projets colossaux: nous avions exigé 30% pour Noor I, nous avons atteint 34%. Pour Noor II et III, nous avions exigé 35%, nous allons calculer le taux final“.

-“Les projets de Ouarzazate ne consomment que 2 millions de mètres cubes d’eau par an, l’équivalent de 2 golfs et ce, pour 3.000 ha et 580 MW. Cela correspond à 0,5 % de la capacité du barrage Mansour Eddahbi“.

-“Koudia Beida (éolien), a été initié en 1996 et complètement amorti. Il y a maintenant de nouvelles technologies.  Nous allons y installer de nouveaux projets. Ce sera à partir de 2019.“

-“Noor PV2 sera prêt en 2020, l’appel d’offres sera lancé en 2018 ou 2019. La capacité sera de 800 MW au minimum.“

-“Noor Tafilalet qui est en construction, englobera 4 projets pour un total de 120 MW.“

-“Il existe un projet d’interconnexion électrique avec la Mauritanie“.

-“A Ouarzazate, l’impact économique se compte en milliers d’emplois. Chaque MW crée 10 emplois dans la phase construction et 1 emploi dans la phase exploitation. L’impact industriel dépend du taux d’intégration.“

-“A Ouarzazate, j’ai vu le moral d’un territoire changer, la naissance d’un sentiment de fierté. De tels projets permettent d’entreprendre et d’apprendre. Les gens se projettent au lieu de regretter le temps passé. Je le vois aussi à Midelt. Nous sommes au début d’une grande aventure“.

 

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Mustapha Bakkoury: "A Ouarzazate, j’ai vu le moral d’un territoire changer"

Le Maroc aura en 2020, une capacité installée supérieure aux 6.000 MW escomptés, en énergies renouvelables provenant de sources éoliennes, solaires et hydrauliques. Ce qui couvrira plus de 42% du mix énergétique de la production électrique.

Mustapha Bakkoury se fait rare depuis qu’il est à la tête de Masen. Vendredi 16 février, il a reçu un groupe de journalistes pour un échange plus didactique qu’informatif. Et très intéressant. Bakkoury a laissé entendre qu’il a préféré avoir quelque chose de concret à dire pour rencontrer la presse.

Le 26 janvier dernier, le Roi Mohammed VI réunissait une séance de travail pour faire le point sur la stratégie dans le domaine des énergies renouvelables, au moins la 4e du genre.

 

 

Voici un verbatim des principales annonces faites par M. Bakkoury qui a tenu un intéressant discours didactique :

-“L’attribution de Noor Midelt est dans la phase finale de l’évaluation des offres techniques. Le projet sera bouclé avant la fin de l’année pour un démarrage des travaux début 2019“.

-“La consommation électrique s’accroît de 7% à 8% par an. Elle double donc tous les dix ans“.

-“En 2008-2009, le Maroc a décidé d’y aller [vers le solaire d’abord et plus généralement le renouvelable], en adoptant une stratégie de rupture : cadre réglementaire et légal, définir des objectifs ambitieux, optimiser l’hydraulique, élaborer une feuille de route pour l’éolien et lancer le solaire, une première“.

-“Au-delà de la production, nous avons cherché à créer un écosystème, avec de l’emploi, de la recherche, de l’innovation, de l’entrepreneuriat national, du développement local dans les territoires d’implantation. Et enfin en faire un levier d’intégration continentale“.

-“Le Maroc a décidé de ne copier aucun modèle existant“.

-“Le coût moyen de production d’électricité d’origine solaire est en baisse dans le monde et s’approche du coût réel payé par le consommateur“.

-“Quel est le coût actuel? Cela dépend des projets et des technologies. Nous ne les comparons jamais. Chaque choix obéit à sa logique. Par exemple, l’intérêt du CSP, c’est de stocker“.

-“Noor I est un projet CSP (centrale solaire thermique à concentration, avec des miroirs paraboliques qui chauffent un fluide). Sa capacité de stockage est de 3 heures. Prix de revient du kWh: 1,60 DH.“

-Noor II: “CSP également, mais avec une capacité de stockage de 7 à 8 heures. LA consommation d’eau a été drastiquement réduite. Le prix de revient est 15% moins cher : 1,35 DH. Les travaux de Noor II seront achevés fin mars et la mise en exploitation interviendra en avril-mai“.

-Noor III: “la fameuse tour a une capacité de stockage de 7 à 8 heures, avec une température nettement supérieure (400 degrés pour Noor I et II, et 565 degrés pour Noor III). Prix de revient du kWh: 1,42 DH. Noor III sera prête à l’automne prochain“.

-Noor IV: “Elle sera achevée en mai-juin. Le prix de revient du kWh sera de… 0,44 DH“.

-“Dans la région de Casablanca-Settat, il y a 600.000 points lumineux. A l’échelle nationale, entre 1,5 et 2 millions de points. Le développement de l’écosystème solaire et du savoir-faire dans ce domaine permettront d’optimiser l’éclairage public. Nous pouvons penser également à l’agriculture et à la mobilité électrique.“

-“Les objectifs 2020 seront atteints et même légèrement dépassés. A fin 2017, la production EnR couvre 34% du mix électrique.“

-“Objectif 2020: 6.000 MW en renouvelable.

“Fin 2017, nous avons 180 MW en solaire, 887 MW en éolien et 1.769 en hydraulique.

“En 2018, nous aurons 827 MW en solaire, 1.207 MW en éolien et 1.780 MW en hydro-électrique“.

-“Taux d’intégration de ces projets colossaux: nous avions exigé 30% pour Noor I, nous avons atteint 34%. Pour Noor II et III, nous avions exigé 35%, nous allons calculer le taux final“.

-“Les projets de Ouarzazate ne consomment que 2 millions de mètres cubes d’eau par an, l’équivalent de 2 golfs et ce, pour 3.000 ha et 580 MW. Cela correspond à 0,5 % de la capacité du barrage Mansour Eddahbi“.

-“Koudia Beida (éolien), a été initié en 1996 et complètement amorti. Il y a maintenant de nouvelles technologies.  Nous allons y installer de nouveaux projets. Ce sera à partir de 2019.“

-“Noor PV2 sera prêt en 2020, l’appel d’offres sera lancé en 2018 ou 2019. La capacité sera de 800 MW au minimum.“

-“Noor Tafilalet qui est en construction, englobera 4 projets pour un total de 120 MW.“

-“Il existe un projet d’interconnexion électrique avec la Mauritanie“.

-“A Ouarzazate, l’impact économique se compte en milliers d’emplois. Chaque MW crée 10 emplois dans la phase construction et 1 emploi dans la phase exploitation. L’impact industriel dépend du taux d’intégration.“

-“A Ouarzazate, j’ai vu le moral d’un territoire changer, la naissance d’un sentiment de fierté. De tels projets permettent d’entreprendre et d’apprendre. Les gens se projettent au lieu de regretter le temps passé. Je le vois aussi à Midelt. Nous sommes au début d’une grande aventure“.

 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.