Après plus de 10 ans d’externalisation, les opérateurs du tourisme vont revenir dans le giron du patronat marocain. Le Conseil d’administration de la CNT qui s’est réuni vendredi 16 mars a voté à 80% pour réintégrer ses instances au sein de la CGEM. Il faudra attendre l’assemblée générale prévue en avril prochain pour entériner cette nouvelle orientation qui ne règle pas les divisions du secteur.

Les divisions entre les différents opérateurs touristiques ont signé la fin de la Confédération nationale du tourisme dans la forme qu’on lui connaît. Plus des ¾ d’entre eux ont préféré suivre les recommandations du comité des experts qui réclamait un changement total de gouvernance du secteur privé du tourisme.

Lors du dernier Conseil d’administration, 80% de ses membres ont décidé de réintégrer la CGEM qu’ils avaient quittée en 2007 pour créer une structure censée renforcer les intérêts de ses membres.

Même si elle restait statutairement rattachée à la CGEM, la CNT donnait l’impression de naviguer à vue avec de profondes divisions internes notamment sur l’élaboration de la future feuille de route ministérielle engageant l’avenir du secteur sur les 5 prochaines années.  

Selon un opérateur favorable à la réintégration au sein de la CGEM, ce changement de gouvernance va permettre de réaffirmer la dimension patronale mise à mal depuis plus de 10 ans.

"C’est un big bang qui va permettre de réorganiser notre secteur avec une nouvelle gouvernance. De plus, en étant régi par les statuts de la CGEM, nous serons plus proches des centres de décision ce qui est essentiel pour un secteur aussi transversal et porteur", se réjouit notre source requérant l’anonymat.

Au final, les divisions de la profession ont eu raison de l’unité de façade du secteur mais il faudra encore attendre la validation, en avril prochain, de cette réintégration par l’assemblée générale qui coïncidera avec l’élection d’un nouveau président et bureau de la CNT, version CGEM.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Après plus de 10 ans d’externalisation, les opérateurs du tourisme vont revenir dans le giron du patronat marocain. Le Conseil d’administration de la CNT qui s’est réuni vendredi 16 mars a voté à 80% pour réintégrer ses instances au sein de la CGEM. Il faudra attendre l’assemblée générale prévue en avril prochain pour entériner cette nouvelle orientation qui ne règle pas les divisions du secteur. 

Les divisions entre les différents opérateurs touristiques ont signé la fin de la Confédération nationale du tourisme dans la forme qu’on lui connaît. Plus des ¾ d’entre eux ont préféré suivre les recommandations du comité des experts qui réclamait un changement total de gouvernance du secteur privé du tourisme.

Lors du dernier Conseil d’administration, 80% de ses membres ont décidé de réintégrer la CGEM qu’ils avaient quittée en 2007 pour créer une structure censée renforcer les intérêts de ses membres.

Même si elle restait statutairement rattachée à la CGEM, la CNT donnait l’impression de naviguer à vue avec de profondes divisions internes notamment sur l’élaboration de la future feuille de route ministérielle engageant l’avenir du secteur sur les 5 prochaines années.  

Selon un opérateur favorable à la réintégration au sein de la CGEM, ce changement de gouvernance va permettre de réaffirmer la dimension patronale mise à mal depuis plus de 10 ans.

"C’est un big bang qui va permettre de réorganiser notre secteur avec une nouvelle gouvernance. De plus, en étant régi par les statuts de la CGEM, nous serons plus proches des centres de décision ce qui est essentiel pour un secteur aussi transversal et porteur", se réjouit notre source requérant l’anonymat.

Au final, les divisions de la profession ont eu raison de l’unité de façade du secteur mais il faudra encore attendre la validation, en avril prochain, de cette réintégration par l’assemblée générale qui coïncidera avec l’élection d’un nouveau président et bureau de la CNT, version CGEM.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.