Le wali de Bank Al-Maghrib donne ce mardi 20 mars, son habituelle conférence de presse après la tenue du conseil trimestriel de la banque centrale. Ses déclarations sont très attendues, notamment pour ce qui concerne le bilan du démarrage de la flexibilisation des changes ainsi que les perspectives de l'année 2018. La banque centrale a maintenu son taux directeur inchangé à 2,25%.

Jouahri: "Alourdissement de la balance énergétique en 2017 à 69,5 milliards de DH. Un dollar de hausse du prix du baril impacte de 800 MDH le compte courant de la balance des paiements".

Dons du CCG (pays du Conseil de coopération du Golfe): "Le Maroc avait conclu un accord avec quatre pays du Golfe pour 5 milliards de dollars de dons répartis sur 5 ans. En 2017, les dons reçus se sont élevés à 9,5 milliards de DH. Il reste 7 MMDH de reliquat, sur les 5 milliards de dollars. Ils ont été budgétisés pour 2018. Ensuite, il n'y aura plus de dons, sauf si, heureuse surprise, cet accord était renouvelé".

Financement des TPME: "Le Fonds de soutien à la TPME a traité plus de 600 dossiers, représentant plus de 50.000 emplois et presque 3 milliards de DH. Avec le financement bancaire de 1,5 MMDH, ce sont 4,5 MMDH qui ont été mis à la disposition des TPME".

"Avant le mois de Ramadan, nous nous réunirons avec la CGEM et ses fédérations pour faire le bilan des mesures prises pour relancer le crédit et donc la croissance de l'économie".

Flexibilisation des changes: "Pour le rythme de libéralisation, nous suivrons notre propre planning. Et pour l'élargissement futur des bandes de fluctuation, nous n'annoncerons pas les dates à l'avance, surtout pas. Nous irons graduellement et ce qui nous intéresse, c'est la bonne préparation des opérateurs économiques à cette réforme. C'est nous qui apprécions notre timing. S'il y a un changement, vous le verrez".

Flexibilisation des changes: "Nous avons un reporting quotidien des conditions appliquées à la clientèle. Ainsi qu'une réunion mensuelle avec les banques. Nous n'avons pas constaté de changement des conditions appliquées aux entreprises".

Prix du carburant: "Est-ce qu'on a répercuté, est-ce qu'on a tout répercuté, c'est cela qui va nous indiquer s'il y a eu entente ou pas. Le dossier est entre les mains d'une commission parlementaire. Le dossier est entre les mains des politiques. Ne me mêlez pas à cela. Chacun son domaine. Les politiques, si je leur rentre dedans aujourd'hui, ils vont me rentrer dedans demain."
 

La note de Fitch qui estime que les provisions des banques marocaines sont sous-estimées: "Nous allons saisir Fitch rating et leur demander comment ils ont procédé. Notre calcul des créances en souffrance n'a jamais été remis en cause par des instances internationales. Même les stress tests ont montré à quel point nos banques sont résilientes. Comment fait Fitch pour trouver des chiffres si bas? C'est un peu fort de café".

Prévisions de crédit pour 2018: "Nous avons prévu 4,5% de hausse en 2018. Mais nous avons été très prudents. Les banques ont prévu 6,6%. Si les secteurs non-agricoles se comportent mieux que prévu, avec davantage de reprise, la demande de crédit sera plus forte".

Adjudications de devises après la flexibilisation des changes: "Bank Al Maghrib se retirera progressivement et jouera le rôle de régulateur ou d'appoint. Du 15 janvier au 12 février, nous avons servi 240 millions de dollars. A partir de cette date et jusqu'à hier, nous n'avons pas eu de demande. Aujourd'hui, le 20 mars, nous avons servi 80 millions de dollars. Cela signifie que le marché interbancaire se développe".

Taux d'intérêt: "Nous n'admettrons aucune entente entre les banques. Nous leur avons dit. La concurrence doit jouer entre les banques. Nous avons la mission de protéger le consommateur. Par contre, nous attirons l'attention lorsqu'il y a un risque de taux pour la banque elle-même. Par exemple, prenez le cas d'une banque qui prête à taux fixe sur 20 ou 25 ans".

Prévisions de réserves nettes en devises: "Nous avons bien sûr intégré  le produit de la cession de Saham Finances en 2018 avec un afflux d’IDE équivalent à 4,4% du PIB en 2018 et qui revient à 3,5% du PIB en 2019. Les réserves de change avoisineraient 257,3 milliards de dirhams en 2018 et 244,4 milliards en 2019, assurant ainsi la couverture de 5 mois et 26 jours et 5 mois et 17 jours respectivement d’importations de biens et services".

Candidature du Maroc pour accueillir en 2021 les assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI: "Nous ne sommes plus que deux candidats dans la short list, le Maroc et l'Azerbaidjan".

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le wali de Bank Al-Maghrib donne ce mardi 20 mars, son habituelle conférence de presse après la tenue du conseil trimestriel de la banque centrale. Ses déclarations sont très attendues, notamment pour ce qui concerne le bilan du démarrage de la flexibilisation des changes ainsi que les perspectives de l'année 2018. La banque centrale a maintenu son taux directeur inchangé à 2,25%.

Jouahri: "Alourdissement de la balance énergétique en 2017 à 69,5 milliards de DH. Un dollar de hausse du prix du baril impacte de 800 MDH le compte courant de la balance des paiements".

Dons du CCG (pays du Conseil de coopération du Golfe): "Le Maroc avait conclu un accord avec quatre pays du Golfe pour 5 milliards de dollars de dons répartis sur 5 ans. En 2017, les dons reçus se sont élevés à 9,5 milliards de DH. Il reste 7 MMDH de reliquat, sur les 5 milliards de dollars. Ils ont été budgétisés pour 2018. Ensuite, il n'y aura plus de dons, sauf si, heureuse surprise, cet accord était renouvelé".

Financement des TPME: "Le Fonds de soutien à la TPME a traité plus de 600 dossiers, représentant plus de 50.000 emplois et presque 3 milliards de DH. Avec le financement bancaire de 1,5 MMDH, ce sont 4,5 MMDH qui ont été mis à la disposition des TPME".

"Avant le mois de Ramadan, nous nous réunirons avec la CGEM et ses fédérations pour faire le bilan des mesures prises pour relancer le crédit et donc la croissance de l'économie".

Flexibilisation des changes: "Pour le rythme de libéralisation, nous suivrons notre propre planning. Et pour l'élargissement futur des bandes de fluctuation, nous n'annoncerons pas les dates à l'avance, surtout pas. Nous irons graduellement et ce qui nous intéresse, c'est la bonne préparation des opérateurs économiques à cette réforme. C'est nous qui apprécions notre timing. S'il y a un changement, vous le verrez".

Flexibilisation des changes: "Nous avons un reporting quotidien des conditions appliquées à la clientèle. Ainsi qu'une réunion mensuelle avec les banques. Nous n'avons pas constaté de changement des conditions appliquées aux entreprises".

Prix du carburant: "Est-ce qu'on a répercuté, est-ce qu'on a tout répercuté, c'est cela qui va nous indiquer s'il y a eu entente ou pas. Le dossier est entre les mains d'une commission parlementaire. Le dossier est entre les mains des politiques. Ne me mêlez pas à cela. Chacun son domaine. Les politiques, si je leur rentre dedans aujourd'hui, ils vont me rentrer dedans demain."
 

La note de Fitch qui estime que les provisions des banques marocaines sont sous-estimées: "Nous allons saisir Fitch rating et leur demander comment ils ont procédé. Notre calcul des créances en souffrance n'a jamais été remis en cause par des instances internationales. Même les stress tests ont montré à quel point nos banques sont résilientes. Comment fait Fitch pour trouver des chiffres si bas? C'est un peu fort de café".

Prévisions de crédit pour 2018: "Nous avons prévu 4,5% de hausse en 2018. Mais nous avons été très prudents. Les banques ont prévu 6,6%. Si les secteurs non-agricoles se comportent mieux que prévu, avec davantage de reprise, la demande de crédit sera plus forte".

Adjudications de devises après la flexibilisation des changes: "Bank Al Maghrib se retirera progressivement et jouera le rôle de régulateur ou d'appoint. Du 15 janvier au 12 février, nous avons servi 240 millions de dollars. A partir de cette date et jusqu'à hier, nous n'avons pas eu de demande. Aujourd'hui, le 20 mars, nous avons servi 80 millions de dollars. Cela signifie que le marché interbancaire se développe".

Taux d'intérêt: "Nous n'admettrons aucune entente entre les banques. Nous leur avons dit. La concurrence doit jouer entre les banques. Nous avons la mission de protéger le consommateur. Par contre, nous attirons l'attention lorsqu'il y a un risque de taux pour la banque elle-même. Par exemple, prenez le cas d'une banque qui prête à taux fixe sur 20 ou 25 ans".

Prévisions de réserves nettes en devises: "Nous avons bien sûr intégré  le produit de la cession de Saham Finances en 2018 avec un afflux d’IDE équivalent à 4,4% du PIB en 2018 et qui revient à 3,5% du PIB en 2019. Les réserves de change avoisineraient 257,3 milliards de dirhams en 2018 et 244,4 milliards en 2019, assurant ainsi la couverture de 5 mois et 26 jours et 5 mois et 17 jours respectivement d’importations de biens et services".

Candidature du Maroc pour accueillir en 2021 les assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI: "Nous ne sommes plus que deux candidats dans la short list, le Maroc et l'Azerbaidjan".

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.