Lors de son premier passage au parlement, le nouveau ministre de la Santé, Anas Doukkali, a révélé qu’une mission d’inspection interne auditait les procédures d’octroi des AMM au sein de la direction du médicament.

Le ministre de la Santé Anas Doukkali a révélé ce lundi 16 avril, lors de son passage au parlement qu’une mission d’inspection interne audite actuellement la Direction du médicament.

Répondant à la question d’un parlementaire du PJD qui soulevait la problématique de la procédure d'octroi des autorisations de mise sur le marché (AMM) des médicaments et le fait que celle-ci ne réponds pas à des critères stricts, Anas Doukkali a expliqué que l’objectif de cette mission est justement "d’auditer toutes les étapes de la procédure d’octroi des autorisations de mise sur le marché et vérifier leur conformité avec la loi".

En relation avec la direction du médicament, les parlementaires ont également interpellé le ministre au sujet de l’Agence nationale pour le médicament et des produits de santé. Cette agence nationale a pour vocation de remplacer la direction du médicament. Où en est le projet? "L’agence est inscrite dans le programme du ministère sur le moyen terme", se contente-t-il de répondre.

>>Lire aussi : Louardi propose de créer une agence nationale du médicament et des produits de santé 

"Le système de santé marocain s’améliore!"

Pour son premier oral à la Chambre des représentants, le ministre de la Santé a également répondu à d’autres questions ayant trait à la qualité des services dans les hôpitaux ou encore le manque de ressources humaines dans le secteur.

Pour le ministre, "il y a en effet un manque, des dysfonctionnements et des problèmes mais il y a aussi d’importants efforts de l’Etat. Nous devons face à ce manque en cherchant des sources de financement pour le système de santé. Cela peut passer par la généralisation de la couverture de santé. En 2017, la mise à niveau des hôpitaux a bénéficié de 730 millions de dirhams (MDH)". Pour 2018, ce sont 732 MDH qui sont budgétisés.

Cela dit, le ministre insiste sur la nécessité de renforcer la gouvernance du secteur et plaide pour la généralisation de l’autonomie des hôpitaux. Cette expérience a été menée dans certains hôpitaux à l’exemple du CHU Ibn Roch à Casablanca.

Sur la question du manque de ressources humaines, le ministre assure qu’en 2018, ''4.000 postes budgétaires sont à pourvoir (500 médecins généralistes, 500 médecins spécialistes, 2.700 infirmiers) et qu’une centaine de médecins et 1.700 infirmiers sont en cours d’affectation''.

L’amélioration des conditions de travail des médecins sur le plan financier et moral est un sujet sur lequel ''nous travaillons''. ''Un dialogue est entamé avec les centrales syndicales représentant le secteur et également le syndicat indépendant. Nous aurons très prochainement des propositions pour la révision de la grille des salaires', promet Anas Doukkali.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Lors de son premier passage au parlement, le nouveau ministre de la Santé, Anas Doukkali, a révélé qu’une mission d’inspection interne auditait les procédures d’octroi des AMM au sein de la direction du médicament.

Le ministre de la Santé Anas Doukkali a révélé ce lundi 16 avril, lors de son passage au parlement qu’une mission d’inspection interne audite actuellement la Direction du médicament.

Répondant à la question d’un parlementaire du PJD qui soulevait la problématique de la procédure d'octroi des autorisations de mise sur le marché (AMM) des médicaments et le fait que celle-ci ne réponds pas à des critères stricts, Anas Doukkali a expliqué que l’objectif de cette mission est justement "d’auditer toutes les étapes de la procédure d’octroi des autorisations de mise sur le marché et vérifier leur conformité avec la loi".

En relation avec la direction du médicament, les parlementaires ont également interpellé le ministre au sujet de l’Agence nationale pour le médicament et des produits de santé. Cette agence nationale a pour vocation de remplacer la direction du médicament. Où en est le projet? "L’agence est inscrite dans le programme du ministère sur le moyen terme", se contente-t-il de répondre.

>>Lire aussi : Louardi propose de créer une agence nationale du médicament et des produits de santé 

"Le système de santé marocain s’améliore!"

Pour son premier oral à la Chambre des représentants, le ministre de la Santé a également répondu à d’autres questions ayant trait à la qualité des services dans les hôpitaux ou encore le manque de ressources humaines dans le secteur.

Pour le ministre, "il y a en effet un manque, des dysfonctionnements et des problèmes mais il y a aussi d’importants efforts de l’Etat. Nous devons face à ce manque en cherchant des sources de financement pour le système de santé. Cela peut passer par la généralisation de la couverture de santé. En 2017, la mise à niveau des hôpitaux a bénéficié de 730 millions de dirhams (MDH)". Pour 2018, ce sont 732 MDH qui sont budgétisés.

Cela dit, le ministre insiste sur la nécessité de renforcer la gouvernance du secteur et plaide pour la généralisation de l’autonomie des hôpitaux. Cette expérience a été menée dans certains hôpitaux à l’exemple du CHU Ibn Roch à Casablanca.

Sur la question du manque de ressources humaines, le ministre assure qu’en 2018, ''4.000 postes budgétaires sont à pourvoir (500 médecins généralistes, 500 médecins spécialistes, 2.700 infirmiers) et qu’une centaine de médecins et 1.700 infirmiers sont en cours d’affectation''.

L’amélioration des conditions de travail des médecins sur le plan financier et moral est un sujet sur lequel ''nous travaillons''. ''Un dialogue est entamé avec les centrales syndicales représentant le secteur et également le syndicat indépendant. Nous aurons très prochainement des propositions pour la révision de la grille des salaires', promet Anas Doukkali.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.