Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil ECONOMIE ECONOMIE

Carburant: les principaux chiffres du rapport parlementaire 

Dimanche 13 mai 2018 à 14h38
Carburant: les principaux chiffres du rapport parlementaire
 

Réseau de distribution, prix, marges, volumes consommés au Maroc: voici les principaux chiffres du rapport de la commission parlementaire sur les carburants qui sera débattu mardi 15 mai. Les marges des distributeurs ont globalement augmenté, pour la première fois depuis 1997. Ils s'en expliquent.

Sous le poids de la hausse des cours internationaux et de l'augmentation de la consommation intérieure, les importations de produits pétroliers par le Maroc ont été multiplié par 5,5 fois en valeur, entre 2002 et 2012. Elles sont passées de 17,8 milliards de DH à 98 milliards de DH.

En 2004 (bien 2004), elles représentaient 5,9% du PIB et en 2012, elles se sont élevées à 12,86% du PIB.

Les dépenses de compensation ont été multipliées par 14 fois entre 2002 et 2012: elles sont passées de 4 à 56 milliards de DH. 86% de ces dépenses en 2012 concernaient les produits pétroliers. Le déficit budgétaire a alors atteint un pic (en 2012), s'élevant à 7,3% du PIB tandis que le déficit du compte courant s'est élevé à 9,2% du PIB, provoquant une forte baisse des réserves nettes de la Banque centrale en devises. Le Maroc vivait alors sous le régime des prix fixes pour les produits pétroliers. Cela signifiait que l'enveloppe de compensation qui dépendait des cours internationaux était, elle, variable.

Le gouvernement a alors agi en plusieurs étapes:

1. maintien du système de prix fixes du carburant, mais avec une hausse des prix de 1 DH/l pour le gasoil et de 2 DH/l pour le super, hausse intervenue en juin 2012.

2. chagement de système: c'est l'enveloppe de subventions qui devient fixe tandis que les prix seront variables. En d'autres termes, c'est ce qu'on a appelé l'indexation partielle. A partir du 16 septembre 2013, le gouvernement a réservé une subvention fixe de 2,60 DH/l de gasoil et de 0,80 DH par litre de super. Une révision mensuelle des prix a été instaurée.

Le prix final dépend donc de deux variables: le cours international du brut et la parité Dirham/Dollar.

3. En 2014, l'indexation partielle est généralisée à tous les autres produits pétroliers liquides.

4. A partir du 1er février, l'indexation devient totale pour le super et le fuel n°2, avec révision des prix tous les 15 jours. Cela signifie que le prix de vente correspond au prix de revient réel augmenté des marges. C'est un plafond de prix qui est fixé, calculé par le ministère des Affaires générales et rendu public tous les 15 jours.

5. Pour le gasoil, une réduction progressive de la subvention est mise en place: la subvention est de 2,15 DH/l en janvier; 1,70 DH en avril; 1,25 DH en juillet; 0,80 DH en octobre. Le 1er janvier 2015, le gasoil est totalement indexé.

[Le gouvernement aurait pu en rester là. Des prix administrés, fixés par l'Etat, selon une formule de calcul transparente. Ce n'est pas ce qui a été fait. Benkirane et Louafa décident de libérer totalement lex prix du secteur. La date de libération est fixée au 1er décembre 2015. La suite des événements montrera à quel point cette décision était erronnée.]

6. Libération totale des prix le 1er décembre 2015.

Quels sont les coûts des distributeurs?

Pêle-mêle et sans entrer en détail dans la structure des prix, notons le coût du pétrole raffiné, la pression fiscale qui est selon le rapport de 34,5% du prix final du gaosoil et de 43% pour celui du super; le fret, l'assurance, les coûts portuaires, le stockage, les coûs de distribution. Selon des documents fournis à la commission et cités par le rappoirt, les coûts de distribution s'élèvent à 6% du prix du gasoil et à 7% du prix du super.

Le Maroc a consommé en 2016, 250.000 barils/jour ou 12 millions de tonnes de produits pétroliers sur l'année.

Le rapport liste (page 24), les sociétés de distribution de produits pétroliers liquides:

-Les multinationales travaillant à travers des filiales de droit marocain: Vivo Energy Maroc (Shell), Total Maroc et Libya Oil Maroc.

-Les sociétés marocaines dont les plus importantes en parts de marché et volume sont: Afriquia SMDC, Petrom, Ziz, Winxo, Petromin...

A fin 2017, Afriquia détenait 543 stations ou 21,92% du total. 348 stations pour Vivo Energy, 310 pour Total, 212 pour Petrom, 216 pour Ziz, 203 pour Winxo et 185 pour Libya Oil (page 28 du rapport).

 

Les sociétés qui importent le gasoil

 

Les sociétés qui importent le super

 

Les investissements

Hormis l'ouverture de 272 stations supplémentaires depuis la libération des prix (nombre total fin 2017: 2.477 stations), le rapport cite un programme d'investissements dans les capacités de stockage pour les porter à 60 jours comme le prévoit la loi. Ces investissements lancés selon le rapport en 2017, s'élèvent à dix milliards de DH sur 5 ans.

Le rapport précise que la capacité de stockage passera de 1.440.000 T. actuellement à 2,1 millions de T. en 2019 pour un investissement de 3 milliards de DH.

 

Qu'en est-il des marges des distributeurs?

Après la libération des prix, les distributeurs ont augmenté leurs marges, constate le rapport. Mais n'affirme pas qu'il y a eu entente sur les prix.

Ci-dessus: ESSENCE SUPER

du 1er janvier 2012 au 30 novembre 2015, évolution avant la libération des prix.

En bleu: le prix international CIF, en DH/Tonne.

En jaune, à partir du 1er février 2014: prix de vente au public au Maroc, DH/l

En jaune, jusqu'au 31 janvier 2014: prix sans la subvention DH/l.

En rouge: prix de vente au public DH/l.

 

Evolution des prix de l'essence super après la libération des prix

du 1er décembre 2015 (date de la libération des prix) au 4 décembre 2017.

En bleu: prix international. En rouge: prix de vente au Maroc.

Le différentiel s'est accenté juste après la libération des prix puis s'est réduit. Fin 2017, le différentiel est selon ce graphique devenu minime.

 

COMPARAISON PRIX THEORIQUE ET PRIX REEL GASOIL

Le prix théorique est celui qui aurait été calculé sur la base de l'ancienne formule appliquée jusqu'au 30novembre 2015.

Sur cette base; les distributeurs appliquent effectivement des prix de vente moyens constatés (en bleu) supérieurs aux prix calculés (en rouge).

La différence varie de 0,50 DH à 1 DH environ/ l.

 

COMPARAISON PRIX THEORIQUE ET PRIX REEL SUPER

Même remarque ici. Prix théoriques en rouge, prix réels moyens constatés en bleu.

 

Comment les distributeurs expliquent cette différence (page 64).

Il est à noter que cette différence entre la formule théorique de calcul et les prix réels n'est pas illégale, sauf si elle résulte d'une entente entre les opérateurs.

Interpellée, la profession a fourni les explications suivantes:

-la structure des prix appliquée dans la formule du ministère remonte à 1997.

-l'apparition d'un différentiel est naturelle dans un marché qui vient d'être libéré mais ce différentiel s'est réduit au fil des mois et ne représente actuellement que 7% du prix de vente global.

-il faut tenir compte des surcoûts occasionnés par les investissements lancés pour augmenter les capacités de stockage et améliorer la qualité du produit.

-tenir compte de l'inflation qui est de 1 à 3% par an.

-l'importance des coûts d'assurance sur le prix des hydrocarbures et de la couverture du risque de change.

Le rapport peut être feuilleté ou téléchargé ici.

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close