Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil ECONOMIE ECONOMIE

Crédit à la consommation: C’est bientôt le grand rush 

Mardi 12 juin 2018 à 11h57
Crédit à la consommation: C’est bientôt le grand rush
 

Les vacances d’été, Aïd Al Adha et la rentrée scolaire vont créer une forte demande de prêts personnels au cours des prochains mois. Certaines banques et sociétés de financement ont déjà conçu des offres promotionnelles. Voici les conditions actuelles du marché.

Après les bons chiffres réalisés dans le financement automobile à l’occasion de la tenue de l’Auto Expo 2018 en avril dernier, les établissements de crédit se préparent au grand rush sur le prêt personnel (crédit non affecté) prévu au cours des prochains mois en raison des vacances d’été, de Aïd Al Adha et de la rentrée scolaire.

«La forte augmentation des dépenses au cours de cette période, conjuguée à la faible amélioration du pouvoir d’achat ces derniers temps, est de nature à pousser nombre de ménages à recourir au crédit à la consommation», estime le directeur commercial d’une société de financement de la place.

Une aubaine pour les banques et leurs filiales spécialisées. Toutefois, celles-ci sont de plus en plus sélectives dans l’octroi de leurs financements dans un contexte d’envolée des impayésSeuls les clients disposant de revenus réguliers et sûrs et dont la capacité d’endettement est suffisante sont bien servis: fonctionnaires, salariés conventionnés du secteur privé, retraités percevant une pension d’un organisme de prévoyance…

Pour cette clientèle, les offres promotionnelles à l’occasion de cette période commencent à être mises en avant, même si, selon le directeur commercial, le gros des promotions sera déployé au cours des prochaines semaines.

Mais un tour du marché permet d’ores et déjà de voir que les conditions actuelles et à venir sont favorables. Elles sont rendues possibles par la forte concurrence entre banques et sociétés de financement spécialisées, le loyer de l’argent bas (taux directeur de 2,25%), l’amélioration des conditions de liquidité sur le marché des capitaux et le coût du risque de plus en plus maîtrisé.

Un taux d'intérêt moyen inférieur à 7% chez les banques

Chez les banques, dont les coûts des ressources et l’effet taille permettent d’appliquer des conditions très avantageuses à la clientèle, on trouve déjà des offres relatives aux vacances d’été.

>>Lire aussi: Les taux des crédits immobiliers au Maroc à leur plus bas historique!

C’est le cas par exemple chez Crédit du Maroc dont l’agressivité commerciale en matière de taux d’intérêts est notoire depuis un certain temps déjà.

Cette banque offre actuellement un différé de remboursement de trois mois pour tout crédit contracté.

Pour un montant de 50.000 DH emprunté sur 60 mois par exemple, la banque met en avant, pour la clientèle standard, un Taux effectif global (TEG incluant intérêts, commissions et frais de dossier) de 6,90% hors taxe et assurance. Soit l’un des meilleurs taux du marché.

Ainsi, une mensualité TTC, assurance comprise, de 1.010 DH est appliquée. Les frais de dossier sont de 1.000 DH.

Cette simulation, au même titre que les suivantes, a été réalisée auprès des services commerciaux de la banque. Elle n’est pas contractuelle et reste soumise à l’acceptation des demandes de crédit.

La BMCI a également lancé son offre de vacances estivales. Elle propose pour les durées d’emprunt inférieures à 18 mois, un crédit sans intérêts. Autrement dit, la mensualité ne comporte qu’une partie du capital emprunté et l’assurance décès-invalidité. Naturellement, il y a des frais de dossier qu’il faut considérer comme la véritable rémunération de la banque. Leur montant varie en fonction du capital et de la durée.

Hormis cette offre, la banque exige, pour un montant emprunté de 40.000 DH sur 60 mois, une mensualité TTC (assurance comprise) de 886 DH, en plus de frais de dossier et de confirmation de 590 DH. Le TEX hors taxe ressort dans ce cas à 9,72%.

Globalement, la concurrence fait en sorte qu’on retrouve à peu près les mêmes conditions chez les différentes banques de la place. Par exemple, BMCE Bank exige, pour un montant de 50.000 DH empruntés sur 60 mois, une mensualité de 1.014 DHsoit à peu près le même niveau que chez Crédit du Maroc, à quelques différences près, notamment en matière d’assurance et de frais de dossier. Idem chez Société Générale Maroc chez qui la mensualité s’élève à 1.002 DH, hors assurance.

De même, chez CIH Bank, des différés de remboursement de 2 à 3 mois sont systématiquement accordés.

Chez les grandes banques comme Attijariwafa et la BP, les conditions standard sont toujours mises en avant (un taux à partir de 7,5% HT pour la première et d’un peu plus de 9% pour la seconde). Mais en fonction des packs souscrits, des conventions employeurs et du profil de l’emprunteur, ces taux peuvent descendre à près de 6% H.T. Ce constat est valable chez toutes les banques de la place.

Notons que le Taux moyen pondéré des crédits à la consommation dans le secteur bancaire, observé par Bank Al-Maghrib au premier trimestre 2018, s’élève à 6,59%. Il y a trois ans, ce taux moyen s’élevait à 7,27%.

Toujours selon BAM, les banques de la place cumulaient à fin avril un encours de crédits à la consommation de 52,2 milliards de DH, en hausse de 5,4% sur une année.

Les sociétés de financement pressent leurs marges pour concurrencer les banques

Les sociétés de financement spécialisées cumulaient, elles, un encours de crédits conso de 54,2 milliards de DH à fin mars, soit une croissance de 5,7% sur une année.

Elles jouent des coudes avec les banques pour préserver leurs parts de marché, notamment en proposant des offres aussi alléchantes, et ce, malgré un coût des ressources plus élevé.

Chez Wafasalaf par exemple, le crédit de 50.000 DH sur 60 mois donne une mensualité de 1.004 DH TTC, en plus d’une assurance annuelle de 160 DH et de frais de dossier de 300 DH. Soit à peu près les mêmes conditions appliquées par les banques précédemment citées.

Détail important: ce niveau de mensualité est réservé aux fonctionnaires, catégorie choyée par les sociétés de financement car moins risquée que celle des salariés du privé. Pour ces derniers, la mensualité s’élève à 1.150 DH et les frais de dossier à 500 DH. Pour les retraités, catégorie la moins privilégiée, la mensualité s’élève à 1.237 DH (300 DH de frais de dossier).

La dernière offre promotionnelle de cette société de financement était valable jusqu’au 15 mai, justement à destination des fonctionnaires. Les prochaines offres seront incessamment mises sur le marché.

Par contre, chez Eqdom, l’offre estivale est déjà disponible: Pour 15.000 DH sur 60 mois, la mensualité ressort à 308 DH, avec 220 DH de frais de dossier.

Auprès de Salafin, les offres promotionnelles sont multiples dont certaines sont permanentes.

Deux sont à destination des fonctionnaires: une avec zéro frais de dossier, d’un montant de 20.000 DH sur 50 mois, pour une mensualité de 459 DH assurance comprise.

L’autre est assortie d’un TEG de 5% : 847 DH sur 55 mois pour un crédit de 40.000 DH.

Et pour toute clientèle, une offre vacances d’été est mise en avant: 15.000 DH sur 24 mois, avec une mensualité TTC de 692 DH et des frais de dossier de 1.485 DH.

 

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close