Effet du boycott, de la conjoncture économique ou simple phénomène passager ? Les IDE ainsi que les flux nets d'investissements sont en recul au Maroc. Le repli est constaté aux mois de mai et de juin.

Les appels au boycott, un phénomène atypique et inédit, qui a pris la forme d'une protestation sociale, ont été lancés le vendredi 20 avril dernier. De nombreux observateurs, ont commencé à prendre la mesure du phénomène dès début mai et ont décidé de scruter les investissements étrangers à partir de cette période.

Des banquiers nous ont signalé que des investissements de taille petite ou moyenne, ont été reportés, gelés ou annulés.

Les chiffres préliminaires de l'Office des changes à fin juin, relatifs aux IDE (investissements étrangers au Maroc) montrent un recul de 3,45 milliards de DH constaté au terme du 1er semestre 2018. Ce recul des recettes d'IDE (voir tableau ci-dessous) est entregistré au cours des mois de mai et juin.

Pour ce qui concerne les investissements marocains à l'étranger, on constate une hausse de 1,5 milliard de DH, enregistrée surtout au cours des quatre premiers mois de l'année (janvier à avril).

De sorte que le flux net d'IDE baisse de près de 5 milliards de DH.

Si l'opération de cession de Saham Assurances à Sanlam obtient l'agrément de l'ACAPS, 1,05 milliard de dollars s'ajouteront aux recettes. Il s'agit toutefois d'une opération exceptionnelle.

Voici les chiffres disponibles. Ils méritent une analyse détaillée lorsque les statistiques seront disponibles.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Effet du boycott, de la conjoncture économique ou simple phénomène passager ? Les IDE ainsi que les flux nets d'investissements sont en recul au Maroc. Le repli est constaté aux mois de mai et de juin.

Les appels au boycott, un phénomène atypique et inédit, qui a pris la forme d'une protestation sociale, ont été lancés le vendredi 20 avril dernier. De nombreux observateurs, ont commencé à prendre la mesure du phénomène dès début mai et ont décidé de scruter les investissements étrangers à partir de cette période.

Des banquiers nous ont signalé que des investissements de taille petite ou moyenne, ont été reportés, gelés ou annulés.

Les chiffres préliminaires de l'Office des changes à fin juin, relatifs aux IDE (investissements étrangers au Maroc) montrent un recul de 3,45 milliards de DH constaté au terme du 1er semestre 2018. Ce recul des recettes d'IDE (voir tableau ci-dessous) est entregistré au cours des mois de mai et juin.

Pour ce qui concerne les investissements marocains à l'étranger, on constate une hausse de 1,5 milliard de DH, enregistrée surtout au cours des quatre premiers mois de l'année (janvier à avril).

De sorte que le flux net d'IDE baisse de près de 5 milliards de DH.

Si l'opération de cession de Saham Assurances à Sanlam obtient l'agrément de l'ACAPS, 1,05 milliard de dollars s'ajouteront aux recettes. Il s'agit toutefois d'une opération exceptionnelle.

Voici les chiffres disponibles. Ils méritent une analyse détaillée lorsque les statistiques seront disponibles.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.