Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil ECONOMIE ECONOMIE

Prix des Carburants: La proposition des pétroliers et le silence du gouvernement 

Jeudi 13 septembre 2018 à 15h47
Prix des Carburants: La proposition des pétroliers et le silence du gouvernement
 

Le dossier des hydrocarbures est en stand-by depuis plus de deux mois. Lahcen Daoudi a remis sa copie au chef du gouvernement qui tarde à donner sa réponse sur ce dossier épineux qui a tenu en haleine l’opinion publique en mai dernier. Entre temps, tous les opérateurs appliquent des prix à la frontière des 10 DH (à Casablanca notamment) sans oser franchir ce seuil, même si les prix du gasoil raffiné n’ont cessé d’augmenter ces dernières semaines. Tour d'horizon.

Les prix à la pompe affichés chez la majorité des distributeurs de carburant sont entre 9,93 et 9,99 DH le litre à Casablanca. Seule Afriquia et quelques stations arborant les couleurs de Petrom affichent des prix d'une dizaine de centimes en moins (entre 9,83 et 9,88 DH).

Les prix frôlent les 10 DH sans franchir ce seuil, à quelques exceptions près. Sur l’application Mahatati, trois stations-service au centre de Casablanca (Total et Petrom) affichent tout de même un tarif au litre à 10 DH. Dans un rayon de 50 km, le prix peut atteindre jusqu’à 10,29 DH chez Total.

>> Lire aussi : HCP: Les prix de carburants ont augmenté de 9% depuis 2016

Selon des professionnels sondés par Médias24, "si l’on exclut quelques variations insignifiantes, les prix sont en stagnation depuis quelques mois". Face au flou entourant la réforme attendue du calcul des prix à la pompe, les opérateurs ont opté pour l’attentisme. Ils ont "calmé le jeu" et ont "maintenu des prix inchangés depuis leurs dernières réunions avec le gouvernement qui ont eu lieu en juin dernier".

Selon nos sources, les opérateurs ont maintenu les prix inchangés alors que les cours du gasoil raffiné n’ont cessé d’augmenter ces dernières semaines. "Si l’on prend en compte les marges appliquées en 2017, les prix à la pompe devraient osciller entre 10,80 et 10,90 DH", nous confie un opérateur du secteur. En ne répercutant pas ces hausses successives, les opérateurs grignotent sur les marges acquises entre 2016 et 2017.

Ce que propose Daoudi, ce que proposent les pétroliers

Ce qui est certain, c’est que Lahcen Daoudi a présenté sa copie au chef du gouvernement.

Selon nos sources, Lahcen Daoudi a proposé au gouvernement de passer par une période transitoire où l’on revient à "la fixation des prix, toutes les quinzaines a priori". Dans sa proposition, Daoudi veut revenir à la formule de l'avant-libéralisation, où les marges étaient fixes, et ce durant une période donnée. Pendant cette période, "les négociations avec les professionnels du secteur se poursuivront pour arrêter les orientations post-période transitoire".

Entre temps, des sources du marché nous assurent que le Groupement des Pétroliers du Maroc (GPM), association professionnelle représentant les distributeurs, a également transmis au gouvernement une lettre où "il propose une nouvelle formule de calcul des prix". Selon nos sources, le GPM a proposé au gouvernement une marge minimale de 1,10 DH le litre. "0,65 DH pour les distributeurs et 0,45 DH pour les détaillants".

Le GPM a transmis au gouvernement à titre indicatif les marges de distribution appliquées dans certains pays comme la Belgique (pays choisi comme benchmark par le gouvernement pour la régulation de la marge), l'Espagne, la Grèce et le Portugal. Elles varient entre 1,62 DH/le litre et 1,975 DH/le litre. 

En plus de la marge minimum de 1,10 DH, les opérateurs proposent d'instaurer une marge complémentaire pour les distributeurs selon l'évolution des cours internationaux: 

- 1% du Platt's (Cours de référence du gasoil raffiné, NDLR) pour un prix Platt's supérieur à 700$/TM.

- 1,5% du Platt's pour un prix Platt's compris entre 500 et 700$/TM.

- 2% Platt's pour un prix Platt's inférieur à 500$/TM.

Le GPM propose aussi d'agir sur la fiscalité. "La façon la plus efficace d'atténuer les effets de la hausse des cotations internationales serait d'introduire un mécanisme de TIC flottante inversement proportionnelle à la valeur du Platt's", assure le GPM. "Ces propositions paraissent équilibrées, entre un niveau suffisant pour ne pas mettre en péril un secteur créateur d'emplois, et la préoccupation que nous partageons de maintenir des prix à un niveau acceptable pour le consommateur", explique-t-il dans sa lettre. 

Selon nos sources, le GPM n'a pas eu de retour par rapport à sa proposition. 

 >> Lire aussi : Carburants: Les gérants des stations-service demandent une marge maximale de 0,70 DH le litre

 >> Lire aussi : Carburants: Le dossier du plafonnement en stand-by sur fond de volatilité des cours 

Et Saadeddine Elotmani ?

Dans ce dossier, le dernier mot revient à Saâdeddine Elotmani qui n’a répondu à aucune des deux propositions, selon les sources sondées par Médias24. Contactés, les services de la primature n’ont pas donné suite à nos questions qui cherchaient à établir l’état d’avancement du dossier.

Interpellée sur la même question en juin dernier, une source proche du chef du gouvernement justifiait le retard de décision, malgré l’intensité des protestations et la forte attente des citoyens, par "la réalisation d’un travail en profondeur sur ce dossier".

"Si on veut revoir la situation pour contrebalancer les effets de la libéralisation, il faut des études, un benchmark,… Il ne faut pas oublier qu’on parle d’un produit libéré. Pour réintroduire une quelconque intervention de l'Etat, il y a des discussions qui doivent être menées avec les intéressés et un processus éventuellement juridique…. Nous sommes conscients qu’au vu des attentes, les gens voudraient bien qu’on fasse des annonces immédiates, mais ce n’est pas comme cela que les choses doivent se faire", plaidait en juin dernier ce proche de Saadeddine Elotmani.

Trois mois plus tard, aucune information ne filtre sur l’avancement du dossier et encore moins sur la trajectoire que le gouvernement veut lui donner. L’avenir nous dira ce qu'il en est.

>> Lire aussi : Carburants: Le plafonnement des marges des distributeurs acté

>> Lire aussi : Carburants: ce que dit le rapport de la commission parlementaire

>> Lire aussi : Prix des carburants: ce que Daoudi a dit aux distributeurs

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close