Le gouvernement retarde l'application du plafonnement des prix des carburants pour que l'impact de sa décision soit perçu par les consommateurs. Les négociations officielles entre le gouvernement et les pétroliers démarreront la semaine du 19 novembre.

La polémique sur les prix des carburants continue d'enfler au Maroc et ailleurs. Alors que les Marocains se plaignent des prix qui ont dépassé les 10,10 DH le litre, la grogne est également palpable en France où le mouvement dit des "gilets jaunes" appelle à une grande manifestation, un blocage national, samedi 17 novembre pour exprimer leur mécontentement face à l'augmentation des prix des carburants. 

En France, le litre de gasoil est à 1,51 euro en moyenne, soit 16,04 DH pour un pouvoir d'achat nettement plus important par rapport au Maroc. 

Ceci dit, au Maroc la réforme, promise par le gouvernement en mai dernier, tarde à voir le jour. Après un long silence, l'Exécutif apporte des explications sur son inaction.  "Il y a des études à faire qui prennent du temps". "On attend la réactivation du conseil de la concurrence". "On attend de voir l'impact des sanctions américaines contre l'Iran sur les cours internationaux"... 

>> Lire aussi : Prix des carburants: le gouvernement espère la réactivation du Conseil de la Concurrence avant de plafonner...

Est-ce un rétropédalage de la part du gouvernement ? "Le gouvernement n'a pas reculé sur le plafonnement des prix des carburants. Bien au contraire", assure à Médias24 Lahcen Daoudi, ministre chargé des Affaires générales et de la Gouvernance.

Ce dernier ajoute que "les marges des pétroliers sont aujourd'hui écrasées. Elles sont quasiment revenues au niveau d'avant la libération des prix. Je préfère garder cette carte en main car nous sommes en discussion avec les pétroliers. Si nous plafonnons demain, il n'y aura aucun effet sur le marché, il n'y aura pas de baisse des prix. Nous préférons pour le moment continuer à surveiller les marges et le marché". Lahcen Daoudi confirme ainsi les informations publiées par Médias24 sur la préparation d'un nouveau round de négociations avec les pétroliers. 

"Nous reprenons d'ailleurs les discussions d'une manière formelle au cours de la semaine du 19 novembre", assure le ministre. 

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le gouvernement retarde l'application du plafonnement des prix des carburants pour que l'impact de sa décision soit perçu par les consommateurs. Les négociations officielles entre le gouvernement et les pétroliers démarreront la semaine du 19 novembre.

La polémique sur les prix des carburants continue d'enfler au Maroc et ailleurs. Alors que les Marocains se plaignent des prix qui ont dépassé les 10,10 DH le litre, la grogne est également palpable en France où le mouvement dit des "gilets jaunes" appelle à une grande manifestation, un blocage national, samedi 17 novembre pour exprimer leur mécontentement face à l'augmentation des prix des carburants. 

En France, le litre de gasoil est à 1,51 euro en moyenne, soit 16,04 DH pour un pouvoir d'achat nettement plus important par rapport au Maroc. 

Ceci dit, au Maroc la réforme, promise par le gouvernement en mai dernier, tarde à voir le jour. Après un long silence, l'Exécutif apporte des explications sur son inaction.  "Il y a des études à faire qui prennent du temps". "On attend la réactivation du conseil de la concurrence". "On attend de voir l'impact des sanctions américaines contre l'Iran sur les cours internationaux"... 

>> Lire aussi : Prix des carburants: le gouvernement espère la réactivation du Conseil de la Concurrence avant de plafonner...

Est-ce un rétropédalage de la part du gouvernement ? "Le gouvernement n'a pas reculé sur le plafonnement des prix des carburants. Bien au contraire", assure à Médias24 Lahcen Daoudi, ministre chargé des Affaires générales et de la Gouvernance.

Ce dernier ajoute que "les marges des pétroliers sont aujourd'hui écrasées. Elles sont quasiment revenues au niveau d'avant la libération des prix. Je préfère garder cette carte en main car nous sommes en discussion avec les pétroliers. Si nous plafonnons demain, il n'y aura aucun effet sur le marché, il n'y aura pas de baisse des prix. Nous préférons pour le moment continuer à surveiller les marges et le marché". Lahcen Daoudi confirme ainsi les informations publiées par Médias24 sur la préparation d'un nouveau round de négociations avec les pétroliers. 

"Nous reprenons d'ailleurs les discussions d'une manière formelle au cours de la semaine du 19 novembre", assure le ministre. 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.