Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil ECONOMIE ECONOMIETransport: les premières pistes de réforme seront présentées le 8 décembre

Transport: les premières pistes de réforme seront présentées le 8 décembre 

Lundi 26 novembre 2018 à 16h20
Transport: les premières pistes de réforme seront présentées le 8 décembre
 

Le ministère du Transport a rencontré la majorité des organisations professionnelles pour discuter avec eux des problèmes du secteur et collecter leurs revendications. Ils se donnent rendez-vous le 8 décembre prochain pour une journée d'étude, dédiée à la présentation des pistes de réformes.

Week-end studieux dans le secteur du transport. Les 24 et 25 novembre, se sont succédées des réunions entre différents représentants des professionnels et le ministère de tutelle. 

Un marathon de réunions

Après avoir tenu des réunions avec l’Organisation démocratique des professionnels du transport (ODPT) en octobre et début novembre, Abdelkader Amara a rencontré les différentes associations professionnelles, membres à la fédération du transport et affiliées à la CGEM, ce samedi 24 novembre. «Durant cette réunion qui a duré près de 6 heures, nous avons pu aborder plusieurs dossiers qui préoccupent les professionnels et nous avons donné la parole à tous les professionnels présents», assure Abdelkader Amara dans une publication sur sa page Facebook. 

Les membres de la fédération de transport, à leur tête son président Abdelilah Hifdi, ont présenté leurs différentes doléances au ministre notamment : 

- Le prolongement de la durée d'agrément à 12 ans.

- Faire bénéficier le secteur du gasoil professionnel.

- Lever la suspension de l'octroi des agréments TGR pour les professionnels opérant dans la région de Casablanca.

- Ramener la durée de la visite technique à la durée normale d'un an au lieu de 6 mois actuellement.

- Adopter une carte professionnelle unique pour différents types de véhicules tout en simplifiant et facilitant l'accès aux centres de formation dédiés. 

À l’issue de cette réunion, «le ministre Abdelkader Amara a chargé son secrétaire général d’ouvrir dans le plus bref délai des discussions avec la fédération pour examiner les différentes revendications présentées à l'occasion de cette réunion», assure une source présente à la réunion.

De son côté, Abdelilah Hifdi président de la fédération de transport s'est engagé «à construire dans les plus brefs délais une mise à niveau structurelle du transport en général, et ce, pour favoriser un développement harmonieux du secteur», rapporte la même source. 

Le lendemain, dimanche 25 novembre, c’est au tour de Najib Boulif, secrétaire d’Etat chargé du transport de rencontrer des représentants du Syndicat national du transport routier des voyageurs, affilié à l’UNMT.

Le Syndicat national du transport routier des voyageurs a discuté plusieurs sujets avec le secrétaire d’Etat parmi lesquels : 

- le gasoil professionnel;

- les contraintes liées aux horaires;

- la concurrence déloyale à laquelle fait face l'activité des opérateurs de lignes à courte distance;

- le programme de renouvellement du parc;

- et l'application du contrat programme comme premier pas vers la réforme du secteur. 

Najib Boulif en compagnie des représentants du Syndicat National du Transport Routier des voyageurs affilié à l’UNMT.
 

Un secteur, de multiples interlocuteurs

Les intervenants dans ce secteur sont multiples et ne coordonnent pas entre eux car leurs enjeux sont différents bien qu'ils aient des bases communes. Chacun présente son cahier revendicatif. 

L'ODPT qui avait mené une grève d'une dizaine de jours et obligé le ministère à passer aux négociations, représente essentiellement les petits opérateurs du secteur du transport. 

La fédération de transport de la CGEM regroupe quant à elle, de grands groupes mais aussi des entreprises de taille moyenne dans le secteur du transport dans différents segments (transport de marchandises, touristiques, de voyageurs,...). 

Il s'agit là des deux organismes qui se disent les plus représentatifs du secteur. 

Pour ouvrir un débat sérieux sur le segment du transport routier de marchandises, qui connaît d'importants problèmes, le ministère de tutelle avait proposé, à la suite de la suspension de la grève en octobre dernier, la mise en place de commissions thématiques qui devaient plancher sur l’élaboration de solutions concrètes. 

Les commissions bipartites traiteront des trois thématiques suivantes :

- L’étude de la problématique du coût du carburant et la proposition de solutions qui seront présentées à la primature

- L’étude de la problématique et des contraintes du tonnage

- L’étude de la problématique du parc de camions

«La commission relative au carburant a tenu sa première réunion, le 5 novembre dernier, la deuxième commission se réunira cette semaine», nous assure Mustapha Chaoune, secrétaire général de l’ODPT.

«L’objectif est de présenter une base de travail pour la journée d’étude qui sera organisée au siège du ministère le 8 décembre prochain», ajoute notre source.

Rendez-vous donc le 8 décembre. 

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close