Certaines banques ont revu à la baisse leurs taux en ce début d’année 2019 ou quelques semaines avant, surtout pour le crédit immobilier. Et ce malgré la stagnation du taux directeur de BAM et la légère hausse des taux des bons du Trésor. L’accentuation de la concurrence et le tassement de l’activité des banques expliquent cette orientation.

Nouvelle baisse des taux des crédits bancaires. Elle n’est pas générale, certains établissements ayant maintenu leurs grilles qui étaient, il faut le dire, déjà avantageuses.

Mais dans un contexte de recrudescence de la concurrence et de ralentissement de l’activité, certaines banques ont poursuivi la compression des tarifs malgré la stagnation du taux directeur de BAM à 2,25% et la hausse des taux des bons du Trésor; les deux références qui servent de base de calcul des taux débiteurs.

Nous donnons ici quelques exemples, sachant que nous n'avons pas pu obtenir les taux de toutes les banques.

Des taux fixes à partir de 4% HT pour les crédits immobiliers

Ainsi, Attijariwafa bank a revu ses taux des crédits immobiliers mercredi 2 décembre 2019, apprend Médias24 auprès du réseau de la banque.

Les taux vont de 4,25% HT variable pour les durées inférieures à 15 ans à 4,90 HT fixe pour les durées supérieures à 15 ans.

Depuis avril 2018, les taux oscillaient chez cette banque entre 4,50% et 5,50%. Avant, ils étaient compris entre 5% et 5,95%.

Bien entendu, les nouveaux taux sont standard. Autrement dit, le client peut toujours obtenir une remise en fonction de son profil, et ceci sans parler des conventions signées avec les employeurs. Pour les hauts revenus, des réductions comprises entre 0,25 et 0,50 points peuvent être accordées, ce qui peut ramener par exemple le taux fixe d’un crédit immobilier sur 20 ans à 4,40% HT.

Pour le crédit à la consommation, nos sources ne rapportent pas de changement en ce début d’année 2019: Les taux sont toujours compris entre 6,95% HT pour les bons profils et 9,95% HT pour la clientèle standard.

Mais ces niveaux sont inférieurs à ceux constatés début 2018: entre 7,5% et 10,95% HT. Autrement dit, la banque a appliqué une baisse pour le crédit à la consommation en milieu d’année.

La Banque Populaire a, de son côté, décidé de prolonger l’application de son taux fixe "promotionnel" de 4,99% HT pour le crédit immobilier, apprend-on auprès du réseau.

Pour le crédit à la consommation, le taux standard oscille toujours entre 7% et 9%, en fonction du profil de l’emprunteur.

Chez les banques à capitaux étrangers, BMCI a également opéré une baisse des taux, selon les commerciaux de la banque. Depuis octobre dernier, elle applique un taux fixe de 4,5% TTC (4,1% HT) pour les crédits immobiliers sur 20 ans.

Pour le crédit à la consommation, les taux vont de 7,59% pour les durées inférieures à 4 ans à 9,79% pour les durées supérieures.

Là aussi, il s’agit de taux standard qui peuvent baisser davantage en fonction du profil du client.

Les marges des banques écrasées

Sur le marché, les clients peuvent trouver des conditions encore plus avantageuses, notamment en faisant appel aux courtiers en crédits qui parviennent à décrocher des taux très bas. Pour les bons profils, ils peuvent atteindre 4% HT fixe pour le crédit immobilier. Les taux variables peuvent descendre en dessous de 4%.

Pour rappel, Bank Al-Maghrib a noté, dans sa dernière enquête trimestrielle sur les taux débiteurs, une baisse du taux global moyen qui est passé de 5,43% au 1er trimestre 2018 à 5,35% au 3e trimestre. Les résultats pour le 4e trimestre 2018 ne seront connus que d’ici un mois, ceux du premier trimestre 2019 en mai prochain.

Cela dit, ces taux bas et en repli depuis quelques années ne seront pas sans conséquence sur les marges des banques, déjà écrasées du fait de la concurrence et de la stabilisation du coût de l’argent. Ce qui peut constituer un risque sur le secteur, sachant qu’il a jusqu’ici affiché de bons fondamentaux.

Cette tendance pourrait interpeller, à nouveau, le wali de la banque centrale qui n’a pas manqué de rappeler à l’ordre par le passé certaines banques, lors de fortes réductions des taux débiteurs.

Lire aussi: Les taux des crédits immobiliers au Maroc à leur plus bas historique !

 

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Certaines banques ont revu à la baisse leurs taux en ce début d’année 2019 ou quelques semaines avant, surtout pour le crédit immobilier. Et ce malgré la stagnation du taux directeur de BAM et la légère hausse des taux des bons du Trésor. L’accentuation de la concurrence et le tassement de l’activité des banques expliquent cette orientation.

Nouvelle baisse des taux des crédits bancaires. Elle n’est pas générale, certains établissements ayant maintenu leurs grilles qui étaient, il faut le dire, déjà avantageuses.

Mais dans un contexte de recrudescence de la concurrence et de ralentissement de l’activité, certaines banques ont poursuivi la compression des tarifs malgré la stagnation du taux directeur de BAM à 2,25% et la hausse des taux des bons du Trésor; les deux références qui servent de base de calcul des taux débiteurs.

Nous donnons ici quelques exemples, sachant que nous n'avons pas pu obtenir les taux de toutes les banques.

Des taux fixes à partir de 4% HT pour les crédits immobiliers

Ainsi, Attijariwafa bank a revu ses taux des crédits immobiliers mercredi 2 décembre 2019, apprend Médias24 auprès du réseau de la banque.

Les taux vont de 4,25% HT variable pour les durées inférieures à 15 ans à 4,90 HT fixe pour les durées supérieures à 15 ans.

Depuis avril 2018, les taux oscillaient chez cette banque entre 4,50% et 5,50%. Avant, ils étaient compris entre 5% et 5,95%.

Bien entendu, les nouveaux taux sont standard. Autrement dit, le client peut toujours obtenir une remise en fonction de son profil, et ceci sans parler des conventions signées avec les employeurs. Pour les hauts revenus, des réductions comprises entre 0,25 et 0,50 points peuvent être accordées, ce qui peut ramener par exemple le taux fixe d’un crédit immobilier sur 20 ans à 4,40% HT.

Pour le crédit à la consommation, nos sources ne rapportent pas de changement en ce début d’année 2019: Les taux sont toujours compris entre 6,95% HT pour les bons profils et 9,95% HT pour la clientèle standard.

Mais ces niveaux sont inférieurs à ceux constatés début 2018: entre 7,5% et 10,95% HT. Autrement dit, la banque a appliqué une baisse pour le crédit à la consommation en milieu d’année.

La Banque Populaire a, de son côté, décidé de prolonger l’application de son taux fixe "promotionnel" de 4,99% HT pour le crédit immobilier, apprend-on auprès du réseau.

Pour le crédit à la consommation, le taux standard oscille toujours entre 7% et 9%, en fonction du profil de l’emprunteur.

Chez les banques à capitaux étrangers, BMCI a également opéré une baisse des taux, selon les commerciaux de la banque. Depuis octobre dernier, elle applique un taux fixe de 4,5% TTC (4,1% HT) pour les crédits immobiliers sur 20 ans.

Pour le crédit à la consommation, les taux vont de 7,59% pour les durées inférieures à 4 ans à 9,79% pour les durées supérieures.

Là aussi, il s’agit de taux standard qui peuvent baisser davantage en fonction du profil du client.

Les marges des banques écrasées

Sur le marché, les clients peuvent trouver des conditions encore plus avantageuses, notamment en faisant appel aux courtiers en crédits qui parviennent à décrocher des taux très bas. Pour les bons profils, ils peuvent atteindre 4% HT fixe pour le crédit immobilier. Les taux variables peuvent descendre en dessous de 4%.

Pour rappel, Bank Al-Maghrib a noté, dans sa dernière enquête trimestrielle sur les taux débiteurs, une baisse du taux global moyen qui est passé de 5,43% au 1er trimestre 2018 à 5,35% au 3e trimestre. Les résultats pour le 4e trimestre 2018 ne seront connus que d’ici un mois, ceux du premier trimestre 2019 en mai prochain.

Cela dit, ces taux bas et en repli depuis quelques années ne seront pas sans conséquence sur les marges des banques, déjà écrasées du fait de la concurrence et de la stabilisation du coût de l’argent. Ce qui peut constituer un risque sur le secteur, sachant qu’il a jusqu’ici affiché de bons fondamentaux.

Cette tendance pourrait interpeller, à nouveau, le wali de la banque centrale qui n’a pas manqué de rappeler à l’ordre par le passé certaines banques, lors de fortes réductions des taux débiteurs.

Lire aussi: Les taux des crédits immobiliers au Maroc à leur plus bas historique !

 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.