163.000 voitures de tourisme et 14.300 véhicules utilitaires légers ont été vendus en 2018. La croissance est légèrement inférieure à la moyenne des dix dernières années. Une hausse des ventes de 5% est prévue en 2019.

L’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM) vient de présenter le bilan du marché automobile en 2018, lors d’une conférence de presse tenue lundi 7 janvier.

Au total, 177.359 véhicules ont été vendus en 2018, en croissance de 5,2% par rapport à 2017. Les voitures de tourisme (163.074) ont enregistré une hausse (5%) plus faible que celle des véhicules utilitaires légers (+6,8%, à 14.285 unités).

La croissance de 2018 est légèrement inférieure à la moyenne des dix dernières années qui s’établit à 5,5%. Et ce, malgré la tenue du salon Auto Expo en avril-mai, événement qui n’a fait que concentrer une partie des ventes de l’année sur une courte période. Le mois de décembre, grâce aux promotions, a d’ailleurs enregistré le même niveau de vente que le mois d’avril.

Sur le segment des voitures de tourisme, le groupe Renault continue de dominer avec un poids de 43,6% des ventes, dont 29,5% pour la marque Dacia.

Le constructeur Volkswagen, malgré une légère baisse des ventes, devient troisième avec 7,2% du marché, suivi de Peugeot qui fait une belle remontée à 6,9% et de Hyundai qui gagne une place avec 6,1% du marché.

Les véhicules vendus sont majoritairement à motorisation diesel (94%). On note toutefois une bonne progression des motorisations hybrides/électriques avec 1.140 ventes contre 342 en 2017.

Par segment, les SUV réalisent une belle performance (+27,4%) et représentent désormais 25% des ventes. Le luxe, qui ne pèse que 0,2% du marché en volume, a également progressé de 24,4%. Les citadines occupent toujours la première place avec 25,8% des ventes, malgré une stagnation en 2018.

Notons que même si Casablanca (45,1%), Rabat-Salé (12,9%) et Marrakech (7,7%) concentrent le plus gros des ventes, les meilleures croissances sont été enregistrées à Larache (353%), Taza (57%), Laayoune (39%), Nador (34%), Béni Mellal (32%), Fès (26,8%) et Mohammedia (21,6%), entre autres grâce à l’extension du réseau des distributeurs.

En 2019, ces derniers prévoient de réaliser une croissance des ventes de 5%, malgré une croissance économique limitée, et ce en raison du sous-équipement structurel du marché.

Le profil de l’acheteur

L’âge moyen de l’acheteur de voitures neuves est de 43 ans, inchangé par rapport à 2017. 17% des acheteurs ont moins de 30 ans.

68% sont des hommes contre 70% en 2017.

Le prix moyen des voitures achetées en 2018 est de 225.000 DH contre 203.000 DH une année auparavant.

Le financement se fait à 38% par les fonds propres (contre 41% en 2017), le reste par de l’emprunt (ou formules de location) sur une durée de 47 mois.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

163.000 voitures de tourisme et 14.300 véhicules utilitaires légers ont été vendus en 2018. La croissance est légèrement inférieure à la moyenne des dix dernières années. Une hausse des ventes de 5% est prévue en 2019.

L’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM) vient de présenter le bilan du marché automobile en 2018, lors d’une conférence de presse tenue lundi 7 janvier.

Au total, 177.359 véhicules ont été vendus en 2018, en croissance de 5,2% par rapport à 2017. Les voitures de tourisme (163.074) ont enregistré une hausse (5%) plus faible que celle des véhicules utilitaires légers (+6,8%, à 14.285 unités).

La croissance de 2018 est légèrement inférieure à la moyenne des dix dernières années qui s’établit à 5,5%. Et ce, malgré la tenue du salon Auto Expo en avril-mai, événement qui n’a fait que concentrer une partie des ventes de l’année sur une courte période. Le mois de décembre, grâce aux promotions, a d’ailleurs enregistré le même niveau de vente que le mois d’avril.

Sur le segment des voitures de tourisme, le groupe Renault continue de dominer avec un poids de 43,6% des ventes, dont 29,5% pour la marque Dacia.

Le constructeur Volkswagen, malgré une légère baisse des ventes, devient troisième avec 7,2% du marché, suivi de Peugeot qui fait une belle remontée à 6,9% et de Hyundai qui gagne une place avec 6,1% du marché.

Les véhicules vendus sont majoritairement à motorisation diesel (94%). On note toutefois une bonne progression des motorisations hybrides/électriques avec 1.140 ventes contre 342 en 2017.

Par segment, les SUV réalisent une belle performance (+27,4%) et représentent désormais 25% des ventes. Le luxe, qui ne pèse que 0,2% du marché en volume, a également progressé de 24,4%. Les citadines occupent toujours la première place avec 25,8% des ventes, malgré une stagnation en 2018.

Notons que même si Casablanca (45,1%), Rabat-Salé (12,9%) et Marrakech (7,7%) concentrent le plus gros des ventes, les meilleures croissances sont été enregistrées à Larache (353%), Taza (57%), Laayoune (39%), Nador (34%), Béni Mellal (32%), Fès (26,8%) et Mohammedia (21,6%), entre autres grâce à l’extension du réseau des distributeurs.

En 2019, ces derniers prévoient de réaliser une croissance des ventes de 5%, malgré une croissance économique limitée, et ce en raison du sous-équipement structurel du marché.

Le profil de l’acheteur

L’âge moyen de l’acheteur de voitures neuves est de 43 ans, inchangé par rapport à 2017. 17% des acheteurs ont moins de 30 ans.

68% sont des hommes contre 70% en 2017.

Le prix moyen des voitures achetées en 2018 est de 225.000 DH contre 203.000 DH une année auparavant.

Le financement se fait à 38% par les fonds propres (contre 41% en 2017), le reste par de l’emprunt (ou formules de location) sur une durée de 47 mois.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.