Le compte courant de la balance des paiements affiche un déficit de 41,6 milliards de DH au titre des neuf premiers mois de 2018 contre 31,3 milliards pour la même période en 2017, annonce l’Office des Changes.

Les finances extérieures du Maroc poursuivent leur dégradation. Le compte courant de la balance des paiements affiche un déficit de 41,6 milliards de DH au titre des neuf premiers mois de 2018 contre 31,3 milliards pour la même période en 2017.

Une aggravation qui s’explique par l’augmentation du déficit commercial (8,8 milliards de DH) et des revenus des investissements étrangers transférés en dehors du Maroc (2,1 milliards), conjuguée à la baisse de l’excédent du revenu secondaire (dons, emprunts, envois des MRE…) de 3,4 milliards de DH. L’excédent des services (recettes voyages, transport, services aux entreprises…) a pour sa part connu une amélioration de 4 milliards de DH.

Ce déficit a été financé par les différents flux financiers, notamment le flux des IDE (16 milliards de DH), des autres investissements (6,2 milliards) et par une ponction sur les avoirs de réserve (14,7 milliards de DH).

Notons que la position extérieure globale, qui reflété la situation patrimoniale de l’économie marocaine vis-à-vis du reste du monde, fait ressortir une situation nette débitrice de 710 milliards de DH.

 

>>Lire aussi: Les réserves en devises du Maroc baissent, faut-il s’en inquiéter?

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le compte courant de la balance des paiements affiche un déficit de 41,6 milliards de DH au titre des neuf premiers mois de 2018 contre 31,3 milliards pour la même période en 2017, annonce l’Office des Changes.

Les finances extérieures du Maroc poursuivent leur dégradation. Le compte courant de la balance des paiements affiche un déficit de 41,6 milliards de DH au titre des neuf premiers mois de 2018 contre 31,3 milliards pour la même période en 2017.

Une aggravation qui s’explique par l’augmentation du déficit commercial (8,8 milliards de DH) et des revenus des investissements étrangers transférés en dehors du Maroc (2,1 milliards), conjuguée à la baisse de l’excédent du revenu secondaire (dons, emprunts, envois des MRE…) de 3,4 milliards de DH. L’excédent des services (recettes voyages, transport, services aux entreprises…) a pour sa part connu une amélioration de 4 milliards de DH.

Ce déficit a été financé par les différents flux financiers, notamment le flux des IDE (16 milliards de DH), des autres investissements (6,2 milliards) et par une ponction sur les avoirs de réserve (14,7 milliards de DH).

Notons que la position extérieure globale, qui reflété la situation patrimoniale de l’économie marocaine vis-à-vis du reste du monde, fait ressortir une situation nette débitrice de 710 milliards de DH.

 

>>Lire aussi: Les réserves en devises du Maroc baissent, faut-il s’en inquiéter?

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.