Les industries métallurgiques et mécaniques ont vu, le 31 janvier, la lancement officiel d'un appel à manifestation d'intérêt relatif à 4 écosystèmes dans le cadre du Plan d’accélération industrielle, et ce en partenariat avec la fédération des professionnels du secteur. Mobilisant un appui global de l’Etat de l’ordre de 630 MDH, ces écosystèmes visent notamment la création de 13.340 emplois. Est-ce pertinent pour autant, alors que quelques fleurons du secteur sont en pleine déconfiture ?

4 écosystèmes à fort potentiel, dans le secteur des industries métallurgiques et mécaniques (IMM), ont vu le 31 janvier le lancement officiel d'un appel à manifestation d'intérêt. La Fédération des industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques (FIMME), en partenariat avec le ministère de l’Industrie et le magazine Industrie.ma, a présenté ces écosystèmes et leurs objectifs, en l’absence toutefois du ministre de tutelle qui s’est excusé.

Ces 4 écosystèmes concernent les métiers suivants :

- la valorisation des métaux, essentiellement le cuivre et l’aluminium.

- les «nouveaux métiers»: fabrication de tracteurs et de bicyclettes.

- le travail des métaux.

- l’industrie navale.

Pour rappel, les contrats de performance de 3 de ces écosystèmes ont été signés le 02 mai 2016: Valorisation des métaux, Nouveaux métiers et Travail des métaux. Le contrat de performance de l'écosystème Industrie navale a quant à lui été signé le 13 juin 2017. Alors qu'un nouvel écosystème ferroviaire est en cours de finalisation.

La FIMME pprocède actuellement à l'actualisation des données du secteur, afin d'en évaluer les premières retombées. Selon un document du ministère de l'Industrie, ces écosystèmes IMM justifient déja des réalisations suivantes à fin 2018:

-277 MDH ont été engagés par l’Etat, à travers le Fonds de développement industriel et des investissements, en soutien direct aux investissements des opérateurs du secteur.

-4978 emplois ont été concrétisés au sein de 3 écosystèmes IMM: Travail des métaux, Nouveaux métiers et Valorisation des métaux.

-L’écosystème Travail des métaux a été animé par une bonne dynamique d’investissement, portée notamment par des PME.

-Sur l’écosystème Valorisation des métaux, plusieurs projets ont été accompagnés et doivent prochainement entrer en production, sur les deux segments du cuivre et de l’aluminium.
 

 

Aux-côtés de ces écosystèmes IMM, le Plan d’accélération industriel comporte déjà 7 écosystèmes dans l'automobile, 6 dans le textile, 5 dans l'aéronautique, 1 dans la filière «Poids lourd et carrosserie industrielle», 6 dans la construction, 2 dans les industries chimiques, 3 dans le cuir, 5 dans l’offshoring, 2 dans l’industrie pharmaceutique, 7 dans l’agroalimentaire, ainsi qu’un écosystème OCP.

Un écosystème sans noyau dur ?

Avec le démarrage officiel de l'appel à manifestation d’intérêt des 4 écosystèmes IMM, tout porteur de projet est appelé à soumettre son dossier à la FIMME. En termes de délais, la fédération se donne 6 mois à un an pour identifier ces porteurs de projets et les accompagner, avec un road-show à la clé.

Un bémol toutefois, le secteur de l’industrie métallurgique est en plein marasme. Plusieurs de ses fleurons d’antan traversent de grosses difficultés : Maghreb SteelStroc IndustrieBuzzichelliDelattre Levivier,… Or, la notion même d’écosystème repose sur la capacité d’un champion, idéalement national, à fédérer et développer autour de lui un microcosme d’entreprises. Où est ce champion aujourd’hui ?

Interpellé sur ce point par Médias24, le président de la FIMME, Tarik Aitri, n’y va pas par quatre chemins: «nous sommes conscients de la situation du secteur. Mais les entreprises en difficulté doivent innover, et parfois l’innovation consiste aussi à se reconvertir».

Soit, mais comment construire ces écosystèmes si aucune entreprise nationale ne justifie de l’envergure nécessaire? «L’appel à projets pour ces nouveaux écosystèmes est un wake-up call pour les entreprises marocaines. Je souhaite de tout mon cœur qu’elles répondent en masse, mais si elles ne saisissent pas cette opportunité, nous irons démarcher des industriels à l’étranger», poursuit le président de la FIMME.

Les chiffres-clé des nouveaux écosystèmes

Les 4 écosystèmes IMM bénéficient d’un appui de l’Etat de l’ordre de 630 MDH. Ci-après les engagements des parties:

 

Sur les 4 écosystèmes, les «nouveaux métiers» se taillent la part du lion en termes d’investissement, la valorisation des métaux devant, elle, créer le plus d’emplois :

>Ecosystème «Valorisation des métaux»

L’objectif est de créer la première industrie métallurgique nationale du cuivre et de l’aluminium, avec à la clé l’intégration des acteurs informels œuvrant dans la collecte de rebus métalliques.

>Ecosystème «Nouveaux métiers»

Cet écosystème vise la fabrication de tracteurs made in Morocco afin de rehausser le taux de mécanisation agricole, avec des perspectives d’exportation vers les marchés africains.
L’autre objectif de cet écosystème est l’assemblage de vélos, «en attirant un IDE sous forme de sous-traitant de niveau 1», selon la FIMME.

La fédération n’ayant pas communiqué l’identité de cet investisseur étranger, il est plus que probable que ce soit l’enseigne Décathlon, qui a signé il y a quelques années une convention-cadre en ce sens avec le ministère de l’Industrie. Le management de Décathlon avait par ailleurs confirmé à Médias24, il y a de cela un an, son intention de monter une usine d’assemblage de vélos afin d’approvisionner aussi bien le Maroc que les marchés européens.

>Ecosystème «Travail des métaux»

Au Maroc, le travail des métaux regroupe 59% des entreprises du secteur des IMM, qui pèsent 28% de la production, et dont 80% sont des TPME. Cet écosystème vise à approvisionner une multitude de secteurs: automobile, aéronautique, ferroviaire, BTP, énergies renouvelables,...

L’objectif fixé consiste en l’accompagnement de 100 PME actives dans le travail des métaux, afin de les structurer et rehausser leurs standards au niveau d’exigence des secteurs cités plus haut.

 

>Ecosystème «Industrie navale»

 

Ci-après la retransmission complète de la présentation des 4 nouveaux écosystèmes IMM:

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Les industries métallurgiques et mécaniques ont vu, le 31 janvier, la lancement officiel d'un appel à manifestation d'intérêt relatif à 4 écosystèmes dans le cadre du Plan d’accélération industrielle, et ce en partenariat avec la fédération des professionnels du secteur. Mobilisant un appui global de l’Etat de l’ordre de 630 MDH, ces écosystèmes visent notamment la création de 13.340 emplois. Est-ce pertinent pour autant, alors que quelques fleurons du secteur sont en pleine déconfiture ?

4 écosystèmes à fort potentiel, dans le secteur des industries métallurgiques et mécaniques (IMM), ont vu le 31 janvier le lancement officiel d'un appel à manifestation d'intérêt. La Fédération des industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques (FIMME), en partenariat avec le ministère de l’Industrie et le magazine Industrie.ma, a présenté ces écosystèmes et leurs objectifs, en l’absence toutefois du ministre de tutelle qui s’est excusé.

Ces 4 écosystèmes concernent les métiers suivants :

- la valorisation des métaux, essentiellement le cuivre et l’aluminium.

- les «nouveaux métiers»: fabrication de tracteurs et de bicyclettes.

- le travail des métaux.

- l’industrie navale.

Pour rappel, les contrats de performance de 3 de ces écosystèmes ont été signés le 02 mai 2016: Valorisation des métaux, Nouveaux métiers et Travail des métaux. Le contrat de performance de l'écosystème Industrie navale a quant à lui été signé le 13 juin 2017. Alors qu'un nouvel écosystème ferroviaire est en cours de finalisation.

La FIMME pprocède actuellement à l'actualisation des données du secteur, afin d'en évaluer les premières retombées. Selon un document du ministère de l'Industrie, ces écosystèmes IMM justifient déja des réalisations suivantes à fin 2018:

-277 MDH ont été engagés par l’Etat, à travers le Fonds de développement industriel et des investissements, en soutien direct aux investissements des opérateurs du secteur.

-4978 emplois ont été concrétisés au sein de 3 écosystèmes IMM: Travail des métaux, Nouveaux métiers et Valorisation des métaux.

-L’écosystème Travail des métaux a été animé par une bonne dynamique d’investissement, portée notamment par des PME.

-Sur l’écosystème Valorisation des métaux, plusieurs projets ont été accompagnés et doivent prochainement entrer en production, sur les deux segments du cuivre et de l’aluminium.
 

 

Aux-côtés de ces écosystèmes IMM, le Plan d’accélération industriel comporte déjà 7 écosystèmes dans l'automobile, 6 dans le textile, 5 dans l'aéronautique, 1 dans la filière «Poids lourd et carrosserie industrielle», 6 dans la construction, 2 dans les industries chimiques, 3 dans le cuir, 5 dans l’offshoring, 2 dans l’industrie pharmaceutique, 7 dans l’agroalimentaire, ainsi qu’un écosystème OCP.

Un écosystème sans noyau dur ?

Avec le démarrage officiel de l'appel à manifestation d’intérêt des 4 écosystèmes IMM, tout porteur de projet est appelé à soumettre son dossier à la FIMME. En termes de délais, la fédération se donne 6 mois à un an pour identifier ces porteurs de projets et les accompagner, avec un road-show à la clé.

Un bémol toutefois, le secteur de l’industrie métallurgique est en plein marasme. Plusieurs de ses fleurons d’antan traversent de grosses difficultés : Maghreb SteelStroc IndustrieBuzzichelliDelattre Levivier,… Or, la notion même d’écosystème repose sur la capacité d’un champion, idéalement national, à fédérer et développer autour de lui un microcosme d’entreprises. Où est ce champion aujourd’hui ?

Interpellé sur ce point par Médias24, le président de la FIMME, Tarik Aitri, n’y va pas par quatre chemins: «nous sommes conscients de la situation du secteur. Mais les entreprises en difficulté doivent innover, et parfois l’innovation consiste aussi à se reconvertir».

Soit, mais comment construire ces écosystèmes si aucune entreprise nationale ne justifie de l’envergure nécessaire? «L’appel à projets pour ces nouveaux écosystèmes est un wake-up call pour les entreprises marocaines. Je souhaite de tout mon cœur qu’elles répondent en masse, mais si elles ne saisissent pas cette opportunité, nous irons démarcher des industriels à l’étranger», poursuit le président de la FIMME.

Les chiffres-clé des nouveaux écosystèmes

Les 4 écosystèmes IMM bénéficient d’un appui de l’Etat de l’ordre de 630 MDH. Ci-après les engagements des parties:

 

Sur les 4 écosystèmes, les «nouveaux métiers» se taillent la part du lion en termes d’investissement, la valorisation des métaux devant, elle, créer le plus d’emplois :

>Ecosystème «Valorisation des métaux»

L’objectif est de créer la première industrie métallurgique nationale du cuivre et de l’aluminium, avec à la clé l’intégration des acteurs informels œuvrant dans la collecte de rebus métalliques.

>Ecosystème «Nouveaux métiers»

Cet écosystème vise la fabrication de tracteurs made in Morocco afin de rehausser le taux de mécanisation agricole, avec des perspectives d’exportation vers les marchés africains.
L’autre objectif de cet écosystème est l’assemblage de vélos, «en attirant un IDE sous forme de sous-traitant de niveau 1», selon la FIMME.

La fédération n’ayant pas communiqué l’identité de cet investisseur étranger, il est plus que probable que ce soit l’enseigne Décathlon, qui a signé il y a quelques années une convention-cadre en ce sens avec le ministère de l’Industrie. Le management de Décathlon avait par ailleurs confirmé à Médias24, il y a de cela un an, son intention de monter une usine d’assemblage de vélos afin d’approvisionner aussi bien le Maroc que les marchés européens.

>Ecosystème «Travail des métaux»

Au Maroc, le travail des métaux regroupe 59% des entreprises du secteur des IMM, qui pèsent 28% de la production, et dont 80% sont des TPME. Cet écosystème vise à approvisionner une multitude de secteurs: automobile, aéronautique, ferroviaire, BTP, énergies renouvelables,...

L’objectif fixé consiste en l’accompagnement de 100 PME actives dans le travail des métaux, afin de les structurer et rehausser leurs standards au niveau d’exigence des secteurs cités plus haut.

 

>Ecosystème «Industrie navale»

 

Ci-après la retransmission complète de la présentation des 4 nouveaux écosystèmes IMM:

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.