EXCLUSIF. Réunie le 31 mai dernier à Casablanca, une assemblée générale des actionnaires d’Aluminium du Maroc s’est achevée en queue de poisson, pour se poursuivre en … deux réunions distinctes.

Les nouveaux administrateurs ont désigné l’ancien DG Jawad Sqalli au poste de PDG d’Aluminium du Maroc, en remplacement de Abdelouahed El Alami. Abdeslam El Alami remplace M. El Bied au poste de vice-président.  

Abdelouahed El Alami, président jusqu’au 31 mai, a de son côté convoqué une assemblée générale extraordinaire pour le 19 juillet prochain.

Rien ne va plus à la tête d’Aluminium du Maroc. L’entreprise est actuellement dotée de deux PDG et de deux vice-PDG. Fondée en 1978, cotée sur la place de Casablanca, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 700 MDH en 2015. Elle est au bord de l’implosion.

L’ancien directeur général Jawad Sqalli est remplacé par le directeur financier et vice-DG Benoît Vaillant, cette dernière nomination était anticipée depuis février 2015.

Gouvernance et stratégie: des divergences profondes

Le PDG “historique“ Abdelouahed El Alami “Douah“ conteste les décisions prises lors de l’AG du 31 mai tenue au siège de la direction commerciale à Casablanca. Entre “Douah“ et son frère Mohamed El Alami, les divergences sur la gouvernance et la stratégie d’Aluminium sont profondes et les animosités anciennes.

L’étincelle qui a lancé les  chamboulements actuels et futurs est venue de Abdeslam El Alami, fils de Mohamed El Alami et donc neveu du PDG [actuel ? sortant ?] d’Aluminium du Maroc, Abdelouahed El Alami.
Depuis plusieurs années, Abdeslam El Alami conteste les orientations prises par le PDG Abdelouahed El Alami et son conseiller Mourad El Bied,qui a rejoint le groupe il y a 10 ans, avec le fils de Abdelouahed El Alami, Sharif El Alami.

Abdelouahed El Alami, à travers son holding GEA détient 19,5% du capital et son frère Mohamed El Alami à travers Holding S.A. en détient 22,5%. Le tour de table comprend également Fatima et Fouzia El Alami, l’assureur RMA et la CMR,  Caisse marocaine de retraites.

Leurs administrateurs étaient absents le 31 mai derniers à Casablanca. L’entreprise a été fondée par Abdelaziz El Alami à Tanger, à la fin des années 1970.

Abdeslam et Si Mohamed contre Douah, Sharif et Mourad

Abdeslam El Alami conteste les investissements d’Aluminium du Maroc dans l’immobilier et l’hôtellerie, des investissements réalisés à Tanger, Casablanca et Marrakech.

Selon un administrateur de la société présent à l’AG du 31 mai dernier, «un auditeur de la société n’a pas manqué de faire remarquer que les comptes de la société faisaient apparaître une proportion importante d’investissements d’Aluminium du Maroc dans des secteurs qui n’ont rien à voir avec le cœur de métier».

Les critiques se sont renforcées avec  les investissements alloués «au projet hôtelier Oberoï à Marrakech, qui sont passés de 320 MDH au départ à 450 MDH aujourd’hui». Le projet qui a subi des retards doit ouvrir ses portes début octobre 2016, selon Abdelouahed El Alami.

Du côté des filiales historiques aussi, on hausse le ton envers Abdelouahed El Alami et Mourad El Bied. Médias 24 a pu apprendre que «des administrateurs d’Afric Industries reprochent depuis plusieurs exercices les investissements effectués par Aluminium du Maroc dans l’immobilier et l’hôtellerie, depuis le milieu des années 2000». Ils n’ont pas été entendus.

Au fil des derniers exercices et assemblées générales, la tendance ne s’est pas inversée. Aluminium du Maroc au départ spécialisée dans le profilé d‘aluminium détient aujourd’hui 47% d’Afric Industries, cotée en Bourse, a racheté Industube  (tube galvanisé), a investi massivement dans l‘immobilier à la faveur du boom du milieu des années 2010 et continue d’investir dans l’hôtellerie de luxe.

«Ils ont embarqué Aluminium du Maroc dans des opérations financières alors que le cœur de son métier est l’industrie,» tonne un administrateur et fin connaisseur des rouages du groupe.

Il y a 18 mois environ, Médias 24 annonçait l’arrivée de Benoît Vaillant au poste de DG d’Aluminium du Maroc pour juin 2016. Son DG de l’époque, Jawad Sqalli avait accepté la proposition de prolonger son activité jusque-là pour assurer la transition. Jawad Sqalli a rejoint Aluminium du Maroc en 1983 en tant que directeur d’usine, avant d’occuper les postes de DG-adjoint puis de DG.  Le 31 mai, il a été nommé PDG.

“Ni putsch, ni complot“ et une AGE le 19 juillet

Il y a deux mois, Jawad Sqalli recevait un courrier signé de Sharif El Alami lui proposant d’être administrateur d’Aluminium du Maroc, d’Industube et d’Afric Industries.

 Cette semaine, des membres de la direction d’Aluminium du Maroc accusent Jawad Skalli «d’avoir trahi» pour avoir accepté le poste de PDG d’Aluminium du Maroc.

Réaction d’un administrateur: «Quand l’actionnaire principal Holding S.A. de Mohamed El Alami propose le poste de PDG à Sqalli, c’est une reconnaissance de ses compétences. C’est l’assemblée générale souveraine qui nomme et qui révoque.Il n’y a ni putsch ni complot lorsque les procédures sont respectées , notamment avec la tenue d’un vote en bonne et due forme».

AG du 31 mai: le récit

Abdeslam El Alami a préparé l’assemblée générale du 31 mai dernier. Il sait que s’il demande à son oncle Abdelouahed El Alami d’ajouter le point de «nomination de nouveaux administrateurs» à l’ordre du jour, cela ne passera pas. En revanche, Abdeslam El Alami, qui a consulté juristes et administrateurs, sait que la révocation et la nomination de nouveaux administrateurs peuvent se faire au moment des «questions diverses».

Il anticipe un possible clash et pour cela il prend ses précautions: ce 31 mai, un huissier de justice est prêt à faire son constat du déroulement de l’assemblée générale.  Auparavant, il s’est assuré du vote de ses tantes Fatima et Fouzia El Alami. C’est ce qui va se passer.

La révocation de Mourad El Bied et de Tawfiq Bouzoubaâ va être demandée et obtenue au cours de la deuxième partie de l’assemblée générale, après une suspension de séance demandée par Abdelouahed El Alami.

Jawad Sqalli et Omar Lazrak vont être nommés à leur place. Abdelouahed El Alami, «choqué», quitte l’assemblée générale, qui poursuivra ses travaux sans lui et sans M. El Bied notamment. Les deux nouveaux administrateurs nommés, le conseil d’administration se réunit et désigne Jawad Sqalli nouveau PDG d’Aluminium du Maroc et Abdeslam El Alami vice-PDG.

Entretemps, Abdelouahed El Alami ne reste pas les bras croisés. En tant que PDG «sortant», il convoque une assemblée générale extraordinaire pour le mardi 19 juillet pour décider d’une nouvelle gouvernance. Des journaux en sont informés. Des administrateurs en traitent d’autres de «véreux».

Selon des administrateurs présents à l’assemblée générale du 31 mai, “Douah“ Alami, âgé de 82 ans, «souhaite quitter Aluminium du Maroc en laissant son fils Sharif au poste de PDG avec Mourad El Bied comme vice-PDG». Ou l’inverse.

Chérif El Alami, administrateur d’Aluminium du Maroc, est connu comme éleveur de chevaux de race près de Khémisset. Agé de 33 ans, il a obtenu un B.A. à Dayton dans l’Ohio.

QUI EST QUI? Les principaux acteurs de la bataille.

Abdelouahed El Alami «Douah». PDG d’Aluminium du Maroc jusqu’au 31 mai. Il a co-fondé l’entreprise avec son père Abdelaziz El Alami. Il est âgé de 82 ans. Avocat de formation. A travers deux de ses sociétés, il détient 19,5% du capital.

Mohamed El Alami. frère aîné d’Abdelouahed El Alami, il détient 22,5% du capital d’Aluminium du Maroc. Il délègue ses pouvoirs à son fils Abdeslam, notamment en raison de l’affaiblissement récent de son état de santé. Il est soutenu au sein du conseil d’administration par ses sœurs, Fatima et Fouzia, également actionnaires.

Jawad Sqalli. Ingénieur de formation, entré à Aluminium du Maroc en 1983, il a occupé les postes de DG-adjoint et de DG, jusqu’au 31 mai dernier. Il devait occuper des postes d’administrateur au sein de trois sociétés du groupe. Il a été désigné par la majorité du conseil d’administration du 31 mai au poste de PDG, remplaçant ainsi son ancien patron.

Mourad El Bied.  Polytechnicien, vice-PDG jusqu’au 31 mai dernier. Arrivé il y a 10 ans au sein du Groupe El Alami, il a développé les investissements dans l’immobilier et l’hôtellerie, "loin du cœur de métier d’Aluminium", selon ses nombreux détracteurs. Il est remplacé par Abdeslam El Alami.

Abdeslam El Alami. Fils de Mohamed El Alami, frère de Abdelouahed El Alami. Il a été nommé vice-PDG d’Aluminium du Maroc. Ses relations avec Mourad El Bied, le fils spirituel de son oncle Abdelouahed El Alami sont au plus bas.

Sharif El Alami. 33 ans, fils de Abdelouahed El Alami, éleveur de chevaux de race près de Khémisset.

Benoît Vaillant. Directeur financier  d’Aluminium du Maroc et DG-Adjoint de Jawad Sqalli, il prend la direction générale de la société. Son arrivée au poste de DG, anticipée depuis 18 mois, a provoqué le départ du cabinet Bernossi, qui assurait le co-commissariat aux comptes d’Aluminium du Maroc, afin d’éviter d’éventuels conflits d’intérêt. Le cabinet Bernossi est dirigé par son beau-père.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

EXCLUSIF. Réunie le 31 mai dernier à Casablanca, une assemblée générale des actionnaires d’Aluminium du Maroc s’est achevée en queue de poisson, pour se poursuivre en … deux réunions distinctes.

Les nouveaux administrateurs ont désigné l’ancien DG Jawad Sqalli au poste de PDG d’Aluminium du Maroc, en remplacement de Abdelouahed El Alami. Abdeslam El Alami remplace M. El Bied au poste de vice-président.  

Abdelouahed El Alami, président jusqu’au 31 mai, a de son côté convoqué une assemblée générale extraordinaire pour le 19 juillet prochain.

Rien ne va plus à la tête d’Aluminium du Maroc. L’entreprise est actuellement dotée de deux PDG et de deux vice-PDG. Fondée en 1978, cotée sur la place de Casablanca, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 700 MDH en 2015. Elle est au bord de l’implosion.

L’ancien directeur général Jawad Sqalli est remplacé par le directeur financier et vice-DG Benoît Vaillant, cette dernière nomination était anticipée depuis février 2015.

Gouvernance et stratégie: des divergences profondes

Le PDG “historique“ Abdelouahed El Alami “Douah“ conteste les décisions prises lors de l’AG du 31 mai tenue au siège de la direction commerciale à Casablanca. Entre “Douah“ et son frère Mohamed El Alami, les divergences sur la gouvernance et la stratégie d’Aluminium sont profondes et les animosités anciennes.

L’étincelle qui a lancé les  chamboulements actuels et futurs est venue de Abdeslam El Alami, fils de Mohamed El Alami et donc neveu du PDG [actuel ? sortant ?] d’Aluminium du Maroc, Abdelouahed El Alami.
Depuis plusieurs années, Abdeslam El Alami conteste les orientations prises par le PDG Abdelouahed El Alami et son conseiller Mourad El Bied,qui a rejoint le groupe il y a 10 ans, avec le fils de Abdelouahed El Alami, Sharif El Alami.

Abdelouahed El Alami, à travers son holding GEA détient 19,5% du capital et son frère Mohamed El Alami à travers Holding S.A. en détient 22,5%. Le tour de table comprend également Fatima et Fouzia El Alami, l’assureur RMA et la CMR,  Caisse marocaine de retraites.

Leurs administrateurs étaient absents le 31 mai derniers à Casablanca. L’entreprise a été fondée par Abdelaziz El Alami à Tanger, à la fin des années 1970.

Abdeslam et Si Mohamed contre Douah, Sharif et Mourad

Abdeslam El Alami conteste les investissements d’Aluminium du Maroc dans l’immobilier et l’hôtellerie, des investissements réalisés à Tanger, Casablanca et Marrakech.

Selon un administrateur de la société présent à l’AG du 31 mai dernier, «un auditeur de la société n’a pas manqué de faire remarquer que les comptes de la société faisaient apparaître une proportion importante d’investissements d’Aluminium du Maroc dans des secteurs qui n’ont rien à voir avec le cœur de métier».

Les critiques se sont renforcées avec  les investissements alloués «au projet hôtelier Oberoï à Marrakech, qui sont passés de 320 MDH au départ à 450 MDH aujourd’hui». Le projet qui a subi des retards doit ouvrir ses portes début octobre 2016, selon Abdelouahed El Alami.

Du côté des filiales historiques aussi, on hausse le ton envers Abdelouahed El Alami et Mourad El Bied. Médias 24 a pu apprendre que «des administrateurs d’Afric Industries reprochent depuis plusieurs exercices les investissements effectués par Aluminium du Maroc dans l’immobilier et l’hôtellerie, depuis le milieu des années 2000». Ils n’ont pas été entendus.

Au fil des derniers exercices et assemblées générales, la tendance ne s’est pas inversée. Aluminium du Maroc au départ spécialisée dans le profilé d‘aluminium détient aujourd’hui 47% d’Afric Industries, cotée en Bourse, a racheté Industube  (tube galvanisé), a investi massivement dans l‘immobilier à la faveur du boom du milieu des années 2010 et continue d’investir dans l’hôtellerie de luxe.

«Ils ont embarqué Aluminium du Maroc dans des opérations financières alors que le cœur de son métier est l’industrie,» tonne un administrateur et fin connaisseur des rouages du groupe.

Il y a 18 mois environ, Médias 24 annonçait l’arrivée de Benoît Vaillant au poste de DG d’Aluminium du Maroc pour juin 2016. Son DG de l’époque, Jawad Sqalli avait accepté la proposition de prolonger son activité jusque-là pour assurer la transition. Jawad Sqalli a rejoint Aluminium du Maroc en 1983 en tant que directeur d’usine, avant d’occuper les postes de DG-adjoint puis de DG.  Le 31 mai, il a été nommé PDG.

“Ni putsch, ni complot“ et une AGE le 19 juillet

Il y a deux mois, Jawad Sqalli recevait un courrier signé de Sharif El Alami lui proposant d’être administrateur d’Aluminium du Maroc, d’Industube et d’Afric Industries.

 Cette semaine, des membres de la direction d’Aluminium du Maroc accusent Jawad Skalli «d’avoir trahi» pour avoir accepté le poste de PDG d’Aluminium du Maroc.

Réaction d’un administrateur: «Quand l’actionnaire principal Holding S.A. de Mohamed El Alami propose le poste de PDG à Sqalli, c’est une reconnaissance de ses compétences. C’est l’assemblée générale souveraine qui nomme et qui révoque.Il n’y a ni putsch ni complot lorsque les procédures sont respectées , notamment avec la tenue d’un vote en bonne et due forme».

AG du 31 mai: le récit

Abdeslam El Alami a préparé l’assemblée générale du 31 mai dernier. Il sait que s’il demande à son oncle Abdelouahed El Alami d’ajouter le point de «nomination de nouveaux administrateurs» à l’ordre du jour, cela ne passera pas. En revanche, Abdeslam El Alami, qui a consulté juristes et administrateurs, sait que la révocation et la nomination de nouveaux administrateurs peuvent se faire au moment des «questions diverses».

Il anticipe un possible clash et pour cela il prend ses précautions: ce 31 mai, un huissier de justice est prêt à faire son constat du déroulement de l’assemblée générale.  Auparavant, il s’est assuré du vote de ses tantes Fatima et Fouzia El Alami. C’est ce qui va se passer.

La révocation de Mourad El Bied et de Tawfiq Bouzoubaâ va être demandée et obtenue au cours de la deuxième partie de l’assemblée générale, après une suspension de séance demandée par Abdelouahed El Alami.

Jawad Sqalli et Omar Lazrak vont être nommés à leur place. Abdelouahed El Alami, «choqué», quitte l’assemblée générale, qui poursuivra ses travaux sans lui et sans M. El Bied notamment. Les deux nouveaux administrateurs nommés, le conseil d’administration se réunit et désigne Jawad Sqalli nouveau PDG d’Aluminium du Maroc et Abdeslam El Alami vice-PDG.

Entretemps, Abdelouahed El Alami ne reste pas les bras croisés. En tant que PDG «sortant», il convoque une assemblée générale extraordinaire pour le mardi 19 juillet pour décider d’une nouvelle gouvernance. Des journaux en sont informés. Des administrateurs en traitent d’autres de «véreux».

Selon des administrateurs présents à l’assemblée générale du 31 mai, “Douah“ Alami, âgé de 82 ans, «souhaite quitter Aluminium du Maroc en laissant son fils Sharif au poste de PDG avec Mourad El Bied comme vice-PDG». Ou l’inverse.

Chérif El Alami, administrateur d’Aluminium du Maroc, est connu comme éleveur de chevaux de race près de Khémisset. Agé de 33 ans, il a obtenu un B.A. à Dayton dans l’Ohio.

QUI EST QUI? Les principaux acteurs de la bataille.

Abdelouahed El Alami «Douah». PDG d’Aluminium du Maroc jusqu’au 31 mai. Il a co-fondé l’entreprise avec son père Abdelaziz El Alami. Il est âgé de 82 ans. Avocat de formation. A travers deux de ses sociétés, il détient 19,5% du capital.

Mohamed El Alami. frère aîné d’Abdelouahed El Alami, il détient 22,5% du capital d’Aluminium du Maroc. Il délègue ses pouvoirs à son fils Abdeslam, notamment en raison de l’affaiblissement récent de son état de santé. Il est soutenu au sein du conseil d’administration par ses sœurs, Fatima et Fouzia, également actionnaires.

Jawad Sqalli. Ingénieur de formation, entré à Aluminium du Maroc en 1983, il a occupé les postes de DG-adjoint et de DG, jusqu’au 31 mai dernier. Il devait occuper des postes d’administrateur au sein de trois sociétés du groupe. Il a été désigné par la majorité du conseil d’administration du 31 mai au poste de PDG, remplaçant ainsi son ancien patron.

Mourad El Bied.  Polytechnicien, vice-PDG jusqu’au 31 mai dernier. Arrivé il y a 10 ans au sein du Groupe El Alami, il a développé les investissements dans l’immobilier et l’hôtellerie, "loin du cœur de métier d’Aluminium", selon ses nombreux détracteurs. Il est remplacé par Abdeslam El Alami.

Abdeslam El Alami. Fils de Mohamed El Alami, frère de Abdelouahed El Alami. Il a été nommé vice-PDG d’Aluminium du Maroc. Ses relations avec Mourad El Bied, le fils spirituel de son oncle Abdelouahed El Alami sont au plus bas.

Sharif El Alami. 33 ans, fils de Abdelouahed El Alami, éleveur de chevaux de race près de Khémisset.

Benoît Vaillant. Directeur financier  d’Aluminium du Maroc et DG-Adjoint de Jawad Sqalli, il prend la direction générale de la société. Son arrivée au poste de DG, anticipée depuis 18 mois, a provoqué le départ du cabinet Bernossi, qui assurait le co-commissariat aux comptes d’Aluminium du Maroc, afin d’éviter d’éventuels conflits d’intérêt. Le cabinet Bernossi est dirigé par son beau-père.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.