La baisse des cours à l'international, conjuguée à la hausse de certaines charges opérationnelles, ont annulé l'effet de l'augmentation des volumes de vente du groupe phosphatier. Sa marge opérationnelle reste toutefois confortable.

Le Groupe OCP a annoncé de bons résultats au titre de l’année 2017 compte tenu de la conjoncture sectorielle internationale. Nous revenons ici sur les éléments explicatifs de l’évolution des principaux indicateurs.

Hausse du chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires a augmenté de 14% grâce à un effet volume qui a compensé la baisse des prix.

Au niveau mondial, le marché est en sur-offre, ce qui pèse sur les cours mondiaux du phosphate. Mais la demande a été soutenue justement en raison de cette baisse des prix qui rend les engrais plus accessible.

Le groupe OCP a profité de cette situation pour augmenter ses ventes en volume: hausse de 40% des revenus de la roche et de 24% des revenus des engrais.

En détail:

-Les engrais représentent 54% des ventes totales, la roche 21% et enfin l'acide phosphorique 15%.
-Les exportations des produits premium (produits de spécialité) ont augmenté de 50%.
-Les exporations vers l’Afrique ont augmenté de près de 50%, passant à 2,5 millions de tonnes en 2017, avec une distribution équilibrée sur l'ensemble du continent.

Baisse de la marge

L’EBITDA ou l’excédent brut d’exploitation est resté stable, à cause de la baisse des cours à l’international mais pas seulement.

En conséquence, la marge d’EBITDA, principal indicateur de rentabilité dans l’industrie et dans celles des phosphates en particulier, a baissé de 30% à 26%.

Notons toutefois que ce niveau de marge demeure confortable en comparaison aux autres acteurs du secteur à l’international.

Ce qui a fait baisser la marge en dehors des cours mondiaux:

-La hausse des achats de matières premières corrélée à l'augmentation de la production, avec une légère hausse des prix d'achat.
-L'augmentation de certaines charges en lien direct avec l'augmentation de la capacité de production (transport, énergie, maintenance…).
-L'évolution du mix de produits
-Des charges liées à des investissements dans des projets d'avenir, comme le développement d'OCP Africa (ouverture de bureaux, recrutements…) qui auront un impact positif sur les résultats futurs

Notons toutefois que les coûts de production sont en amélioration grâce à la montée en puissance du pipeline, lequel génère des économies de coûts totales de 1.7 milliard de DH en 2017 contre 1 MM DH en 2016.

Les gains cumulés grâce au slurry pipeline depuis 2014 sont de 3,7 MM DH.
Notons aussi que les coûts de production de la roche ont baissé de près de 35% au cours des 4 dernières années.

Les premières retombées du plan d’investissement

La première phase du plan d’investissement d’envergure du groupe est achevée. Elle a permis de:
-Doubler la capacité minière.
-Tripler la capacité d'engrais : La 4ème usine d'engrais, JFC 4, est achevée et la capacité de cette unité de granulation sera amenée sur le marché courant 2018.
-Construire le pipeline.
-Développer la plateforme de Jorf Lasfar.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires

La baisse des cours à l'international, conjuguée à la hausse de certaines charges opérationnelles, ont annulé l'effet de l'augmentation des volumes de vente du groupe phosphatier. Sa marge opérationnelle reste toutefois confortable.

Le Groupe OCP a annoncé de bons résultats au titre de l’année 2017 compte tenu de la conjoncture sectorielle internationale. Nous revenons ici sur les éléments explicatifs de l’évolution des principaux indicateurs.

Hausse du chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires a augmenté de 14% grâce à un effet volume qui a compensé la baisse des prix.

Au niveau mondial, le marché est en sur-offre, ce qui pèse sur les cours mondiaux du phosphate. Mais la demande a été soutenue justement en raison de cette baisse des prix qui rend les engrais plus accessible.

Le groupe OCP a profité de cette situation pour augmenter ses ventes en volume: hausse de 40% des revenus de la roche et de 24% des revenus des engrais.

En détail:

-Les engrais représentent 54% des ventes totales, la roche 21% et enfin l'acide phosphorique 15%.
-Les exportations des produits premium (produits de spécialité) ont augmenté de 50%.
-Les exporations vers l’Afrique ont augmenté de près de 50%, passant à 2,5 millions de tonnes en 2017, avec une distribution équilibrée sur l'ensemble du continent.

Baisse de la marge

L’EBITDA ou l’excédent brut d’exploitation est resté stable, à cause de la baisse des cours à l’international mais pas seulement.

En conséquence, la marge d’EBITDA, principal indicateur de rentabilité dans l’industrie et dans celles des phosphates en particulier, a baissé de 30% à 26%.

Notons toutefois que ce niveau de marge demeure confortable en comparaison aux autres acteurs du secteur à l’international.

Ce qui a fait baisser la marge en dehors des cours mondiaux:

-La hausse des achats de matières premières corrélée à l'augmentation de la production, avec une légère hausse des prix d'achat.
-L'augmentation de certaines charges en lien direct avec l'augmentation de la capacité de production (transport, énergie, maintenance…).
-L'évolution du mix de produits
-Des charges liées à des investissements dans des projets d'avenir, comme le développement d'OCP Africa (ouverture de bureaux, recrutements…) qui auront un impact positif sur les résultats futurs

Notons toutefois que les coûts de production sont en amélioration grâce à la montée en puissance du pipeline, lequel génère des économies de coûts totales de 1.7 milliard de DH en 2017 contre 1 MM DH en 2016.

Les gains cumulés grâce au slurry pipeline depuis 2014 sont de 3,7 MM DH.
Notons aussi que les coûts de production de la roche ont baissé de près de 35% au cours des 4 dernières années.

Les premières retombées du plan d’investissement

La première phase du plan d’investissement d’envergure du groupe est achevée. Elle a permis de:
-Doubler la capacité minière.
-Tripler la capacité d'engrais : La 4ème usine d'engrais, JFC 4, est achevée et la capacité de cette unité de granulation sera amenée sur le marché courant 2018.
-Construire le pipeline.
-Développer la plateforme de Jorf Lasfar.

Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.