L'activité et le PNB de BMCE Bank Of Africa ont connu une progression en 2017. Toutefois, cette amélioration a été atténuée notamment par l'augmentation de 11% du coût du risque consolidé. Ainsi, le résultat net part du groupe ressort à 2 milliards de DH, en stagnation par rapport à 2016.

Au titre de l’exercice 2017, le résultat net part du groupe de BMCE Bank of Africa est resté stable à 2 MMDH. Trois raisons expliquent cette stagnation:

  • La performance exceptionnelle et non-récurrente des activités de marché enregistrée en 2016 au Maroc.
  • L'augmentation des charges d'exploitation du groupe et du coût du risque des filiales, notamment à l'international.
  • La faible croissance de l'encours des crédits distribués et le resserrement des marges d'intermédiation.

En effet, le PNB du groupe n'a progressé que de 3% pour atteindre 13,4 MMDH.

En face, les charges d'exploitation ont augmenté de 4,5% en passant de 6,7 MMDH en 2016 à 7 MMDH en 2017.

Par ailleurs, "dans un contexte de stabilisation des encours en souffrance", le coût du risque a tout de même augmenté de 11% pour se situer à 1,8 MMDH. 

Il est à noter que le taux de couverture des créances en souffrance s'élève à 63,5% contre 60% en 2016.

Le top management a noté la diversification des revenus et des bénéfices avec le maintien de la contribution de l'international dans le RNPG et dans le PNB du groupe à près de 40% et 48% respectivement.

Les dépôts progressent plus vite que les crédits

Sur le plan commercial, les dépôts de la clientèle ont progressé de 5% pour atteindre 195,2 MMDH. 

Les dépôts des migrants, notamment, ont crû de 5,2% , tirés essentiellement par les dépôts en compte chèques (+7,2%) et les comptes sur carnets (+9,8%), ainsi que des évolutions à deux chiffres sur les ouvertures de comptes.

Pareillement, les dépôts de la banque de l'Entreprise ont enregistré une croissance de 7,5% à près de 35 MMDH.

Par contre, les crédits accordés à la clientèle s'élèvent à 183,8 MMDH à fin 2017 contre 179,8 MMDH en 2016, soit une progression limitée à 2,2%.

Baisse du coût du risque au Maroc

En social, c'est-à-dire l'activité bancaire stricte au Maroc, le résultat net s'établit à 1,5 MMDH, en hausse de 12,3%.

Le PNB social a légèrement progressé de 1,2%, "une évolution freinée par la non récurrence du résultat des opérations du marché du fait des performances exceptionnelles enregistrées en 2016", indique le top management.

Le coefficent d'exploitation, pour sa part, s'élève à 58,3%, justifié, selon le groupe, par des spécificités inhérentes à BMCE Bank SA en termes d'investissements pour la structuration du groupe et la poursuite de développement du réseau des agences.

En face, le coût du risque social a baissé de 25%, à 612 MDH contre 821 MDH en 2016. Ce qui a permis au résultat net de réaliser sa forte croissance.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires

L'activité et le PNB de BMCE Bank Of Africa ont connu une progression en 2017. Toutefois, cette amélioration a été atténuée notamment par l'augmentation de 11% du coût du risque consolidé. Ainsi, le résultat net part du groupe ressort à 2 milliards de DH, en stagnation par rapport à 2016.

Au titre de l’exercice 2017, le résultat net part du groupe de BMCE Bank of Africa est resté stable à 2 MMDH. Trois raisons expliquent cette stagnation:

  • La performance exceptionnelle et non-récurrente des activités de marché enregistrée en 2016 au Maroc.
  • L'augmentation des charges d'exploitation du groupe et du coût du risque des filiales, notamment à l'international.
  • La faible croissance de l'encours des crédits distribués et le resserrement des marges d'intermédiation.

En effet, le PNB du groupe n'a progressé que de 3% pour atteindre 13,4 MMDH.

En face, les charges d'exploitation ont augmenté de 4,5% en passant de 6,7 MMDH en 2016 à 7 MMDH en 2017.

Par ailleurs, "dans un contexte de stabilisation des encours en souffrance", le coût du risque a tout de même augmenté de 11% pour se situer à 1,8 MMDH. 

Il est à noter que le taux de couverture des créances en souffrance s'élève à 63,5% contre 60% en 2016.

Le top management a noté la diversification des revenus et des bénéfices avec le maintien de la contribution de l'international dans le RNPG et dans le PNB du groupe à près de 40% et 48% respectivement.

Les dépôts progressent plus vite que les crédits

Sur le plan commercial, les dépôts de la clientèle ont progressé de 5% pour atteindre 195,2 MMDH. 

Les dépôts des migrants, notamment, ont crû de 5,2% , tirés essentiellement par les dépôts en compte chèques (+7,2%) et les comptes sur carnets (+9,8%), ainsi que des évolutions à deux chiffres sur les ouvertures de comptes.

Pareillement, les dépôts de la banque de l'Entreprise ont enregistré une croissance de 7,5% à près de 35 MMDH.

Par contre, les crédits accordés à la clientèle s'élèvent à 183,8 MMDH à fin 2017 contre 179,8 MMDH en 2016, soit une progression limitée à 2,2%.

Baisse du coût du risque au Maroc

En social, c'est-à-dire l'activité bancaire stricte au Maroc, le résultat net s'établit à 1,5 MMDH, en hausse de 12,3%.

Le PNB social a légèrement progressé de 1,2%, "une évolution freinée par la non récurrence du résultat des opérations du marché du fait des performances exceptionnelles enregistrées en 2016", indique le top management.

Le coefficent d'exploitation, pour sa part, s'élève à 58,3%, justifié, selon le groupe, par des spécificités inhérentes à BMCE Bank SA en termes d'investissements pour la structuration du groupe et la poursuite de développement du réseau des agences.

En face, le coût du risque social a baissé de 25%, à 612 MDH contre 821 MDH en 2016. Ce qui a permis au résultat net de réaliser sa forte croissance.

Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.