Le groupe Banque Centrale Populaire poursuit ses investissements en Afrique subsaharienne qui s’intensifiaient depuis 2014. Près de trente ans après avoir été à l’origine de la création de la Banque Populaire Maroco-Centrafricaine (BPMC), la banque marocaine verrouille son contrôle de cette filiale dont elle est l’actionnaire majoritaire devant l’Etat centrafricain.

Le groupe présidé par Mohamed Benchaâboun vient d’injecter 85 millions de DH dans sa plus ancienne filiale africaine à l’occasion d’une recapitalisation, destinée à en renforcer les fonds propres après plusieurs exercices déficitaires, apprend Médias24 de source sûre.

L’opération qui a hissé le capital de BPMC de 10 à 15 milliards FCFA (près de 260 millions de DH) a été exclusivement souscrite par l’actionnaire marocain, ce qui lui permet, au passage d’en consolider le contrôle à 75% du capital. Il faut préciser que cette banque gérée par la BCP dans le cadre d’une assistance technique avait connu une période difficile, de 2013 à 2016, notamment en raison des soubresauts de l’économie centrafricaine, mais également à cause d’une recrudescence des créances en souffrance sur certaines contreparties.

Avec les mesures de restructuration opérationnelle mises en place et la récente injection d’argent frais, le management marocain est confiant quant aux capacités de redressement de la profitabilité avec un premier bénéfice significatif attendu dès cette année.

Rappelons que la BPMC avait été créée en 1990 suite à un Protocole d’Accord signé entre le Royaume du Maroc et la République Centrafricaine en vue de renforcer les liens économiques et financiers entre les deux pays. Outre le groupe bancaire coopératif, une autre banque marocaine avait également participé à la mise en place de cette banque d’initiative publique à savoir BMCE Bank. Toutefois, en 2007, la banque contrôlée par Financecom (et devenue privée entre-temps) s’était retirée du capital en 2007 au profit de la BCP qui y a trouvé l’opportunité de monter à 62,5% du capital.

A ce jour, la BCP a investi plus de 2,6 milliards de DH en Afrique subsaharienne dont 90% pour la prise de contrôle progressive d’Atlantique Groupe International (ABI), le 3ème plus grand groupe bancaire de la zone UEMOA, après une forte présence dans une dizaine de pays dont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

La Banque Populaire Maroco-Centrafricaine est une société coopérative de banque et de crédit à capital variable.

La BCP assure, en sa qualité d’actionnaire de référence, la gestion de la banque par le redéploiement de cadres qualifiés auprès de sa filiale. Avec pour principale mission de bancariser la population et de participer au développement de la PME-PMI, la BPMC axe ses interventions essentiellement sur les secteurs de l'artisanat, de l'agriculture, du commerce extérieur…

 

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires

Le groupe Banque Centrale Populaire poursuit ses investissements en Afrique subsaharienne qui s’intensifiaient depuis 2014. Près de trente ans après avoir été à l’origine de la création de la Banque Populaire Maroco-Centrafricaine (BPMC), la banque marocaine verrouille son contrôle de cette filiale dont elle est l’actionnaire majoritaire devant l’Etat centrafricain.

Le groupe présidé par Mohamed Benchaâboun vient d’injecter 85 millions de DH dans sa plus ancienne filiale africaine à l’occasion d’une recapitalisation, destinée à en renforcer les fonds propres après plusieurs exercices déficitaires, apprend Médias24 de source sûre.

L’opération qui a hissé le capital de BPMC de 10 à 15 milliards FCFA (près de 260 millions de DH) a été exclusivement souscrite par l’actionnaire marocain, ce qui lui permet, au passage d’en consolider le contrôle à 75% du capital. Il faut préciser que cette banque gérée par la BCP dans le cadre d’une assistance technique avait connu une période difficile, de 2013 à 2016, notamment en raison des soubresauts de l’économie centrafricaine, mais également à cause d’une recrudescence des créances en souffrance sur certaines contreparties.

Avec les mesures de restructuration opérationnelle mises en place et la récente injection d’argent frais, le management marocain est confiant quant aux capacités de redressement de la profitabilité avec un premier bénéfice significatif attendu dès cette année.

Rappelons que la BPMC avait été créée en 1990 suite à un Protocole d’Accord signé entre le Royaume du Maroc et la République Centrafricaine en vue de renforcer les liens économiques et financiers entre les deux pays. Outre le groupe bancaire coopératif, une autre banque marocaine avait également participé à la mise en place de cette banque d’initiative publique à savoir BMCE Bank. Toutefois, en 2007, la banque contrôlée par Financecom (et devenue privée entre-temps) s’était retirée du capital en 2007 au profit de la BCP qui y a trouvé l’opportunité de monter à 62,5% du capital.

A ce jour, la BCP a investi plus de 2,6 milliards de DH en Afrique subsaharienne dont 90% pour la prise de contrôle progressive d’Atlantique Groupe International (ABI), le 3ème plus grand groupe bancaire de la zone UEMOA, après une forte présence dans une dizaine de pays dont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

La Banque Populaire Maroco-Centrafricaine est une société coopérative de banque et de crédit à capital variable.

La BCP assure, en sa qualité d’actionnaire de référence, la gestion de la banque par le redéploiement de cadres qualifiés auprès de sa filiale. Avec pour principale mission de bancariser la population et de participer au développement de la PME-PMI, la BPMC axe ses interventions essentiellement sur les secteurs de l'artisanat, de l'agriculture, du commerce extérieur…

 

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.