Mezouar à l'AFEM:

C’est sans son colistier que Salaheddine Mezouar a rencontré, jeudi 10 mai, les membres de l’Association des femmes chefs d’entreprises au Maroc (AFEM), dans le cadre de sa campagne pour la présidence de la CGEM. Représentativité de la femme en entreprise et ‘’oxygénation’’ de la PME étaient au cœur des échanges lors de cette rencontre.

Les femmes chefs d’entreprises présentes à cette rencontre n’y sont pas allées par 4 chemins: si Mezaouar est élu, elles réclament que "l’AFEM ait le lead pour tout ce qui a trait à l’entrepreneuriat féminin".

A l’écoute des membres de l’AFEM, Mezouar partage le constat de la sous-représentativité des femmes dans l'entreprise, qui est la cause d’un grand manque à gagner pour le pays.

Il s’est engagé à y remédier s’il est élu, notamment par une meilleure représentativité dans les fédérations. Saisissant la balle au bond, Mezouar étaye son discours par quelques "faits d’armes" : "lorsque j’étais ministre, j’ai doublé le nombre de femmes ambassadeurs et féminisé un grand nombre de directions"…

Toujours en matière de représentativité, certaines membres de l’Afem ont demandé à ce que "la CGEM développe davantage son approche genre, car on ne la sent pas". N’hésitant pas au passage à lancer une petite pique à Mezouar : "C’est dommage que vous ne soyez pas un binôme mixte"…

Sur le volet TPE/PME, Mezouar s’est dit préoccupé par la problématique des paiements en suspens -notamment en matière de TVA-, s’engageant à "relancer la machine afin d’éviter que d’autres PME sombrent ou virent vers l’informel".

Parmi la liste des mesures qu’il s’est engagé à mettre en place, s’il est élu président de la CGEM, l’élaboration d’un mécanisme préférentiel pour les TPE/PME, aussi bien en termes d’accès aux marchés publics que de délais de paiement.

Mezouar estime également prioritaire de rétablir la confiance entre le fisc et les entreprises, tout en appelant à une "CGEM aux positions claires, avec des doctrines bien établies".
A 11 jours du scrutin de la CGEM, le 22 mai prochain, les urnes détermineront quel candidat a su convaincre par son programme et ses mesures.

La bataille pour la présidence de la confédération patronale n’est pas exempte de frictions et d’accrochages. Pas plus tard qu’hier jeudi 10 mai, Salaheddine Mezouar a saisi la commission d'éthique de la CGEM au sujet des propos tenus par son rival Hakim Marrakchi. La commission devrait trancher aujourd’hui même…

 

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
Mezouar à l'AFEM:

C’est sans son colistier que Salaheddine Mezouar a rencontré, jeudi 10 mai, les membres de l’Association des femmes chefs d’entreprises au Maroc (AFEM), dans le cadre de sa campagne pour la présidence de la CGEM. Représentativité de la femme en entreprise et ‘’oxygénation’’ de la PME étaient au cœur des échanges lors de cette rencontre.

Les femmes chefs d’entreprises présentes à cette rencontre n’y sont pas allées par 4 chemins: si Mezaouar est élu, elles réclament que "l’AFEM ait le lead pour tout ce qui a trait à l’entrepreneuriat féminin".

A l’écoute des membres de l’AFEM, Mezouar partage le constat de la sous-représentativité des femmes dans l'entreprise, qui est la cause d’un grand manque à gagner pour le pays.

Il s’est engagé à y remédier s’il est élu, notamment par une meilleure représentativité dans les fédérations. Saisissant la balle au bond, Mezouar étaye son discours par quelques "faits d’armes" : "lorsque j’étais ministre, j’ai doublé le nombre de femmes ambassadeurs et féminisé un grand nombre de directions"…

Toujours en matière de représentativité, certaines membres de l’Afem ont demandé à ce que "la CGEM développe davantage son approche genre, car on ne la sent pas". N’hésitant pas au passage à lancer une petite pique à Mezouar : "C’est dommage que vous ne soyez pas un binôme mixte"…

Sur le volet TPE/PME, Mezouar s’est dit préoccupé par la problématique des paiements en suspens -notamment en matière de TVA-, s’engageant à "relancer la machine afin d’éviter que d’autres PME sombrent ou virent vers l’informel".

Parmi la liste des mesures qu’il s’est engagé à mettre en place, s’il est élu président de la CGEM, l’élaboration d’un mécanisme préférentiel pour les TPE/PME, aussi bien en termes d’accès aux marchés publics que de délais de paiement.

Mezouar estime également prioritaire de rétablir la confiance entre le fisc et les entreprises, tout en appelant à une "CGEM aux positions claires, avec des doctrines bien établies".
A 11 jours du scrutin de la CGEM, le 22 mai prochain, les urnes détermineront quel candidat a su convaincre par son programme et ses mesures.

La bataille pour la présidence de la confédération patronale n’est pas exempte de frictions et d’accrochages. Pas plus tard qu’hier jeudi 10 mai, Salaheddine Mezouar a saisi la commission d'éthique de la CGEM au sujet des propos tenus par son rival Hakim Marrakchi. La commission devrait trancher aujourd’hui même…

 

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.