L’ONDA est sur le point d'installer au terminal 1 de l’aéroport Mohammed V de Casablanca, un système de portiques qui reconnaissent les informations de vols des passagers avant leur accès à la zone d'embarquement. Dans un premier temps, les E-Gates ne vérifieront que les cartes d’embarquement mais à terme, elles se substitueront en partie aux contrôles physiques dans les comptoirs de police grâce à un scanner permettant de vérifier les données biométriques des voyageurs.

La rénovation du terminal 1 du plus grand aéroport marocain permettra de doubler sa capacité d’accueil mais également d’introduire des technologies pour faciliter le parcours des 14 millions de voyageurs qui pourront, à terme, l’emprunter chaque année.

En effet, l’ONDA s'apprête à installer plusieurs portiques permettant d’accéder à la zone d'embarquement grâce à un système de reconnaissance et de contrôle des informations des vols.

A l'instar des aéroports internationaux, le nouveau terminal de l'aéroport casablancais sera donc équipé d’un système automatisé permettant de lire et de contrôler les cartes d'embarquement à travers des portes automatiques de pré-sécurité.

Concrètement, cette technologie valide les cartes d’accès à bord de l’avion en les comparant avec la base de données de vol de l'aéroport ainsi qu’avec une série d’autres paramètres prédéterminés tels que la date, la validité du code à barres, la vérification de doublons...

De plus, ce système permet de suivre le passager dans l’enceinte aéroportuaire en faisant le lien entre la lecture initiale à l’entrée de la zone d'embarquement et des lectures subséquentes par des équipements portatifs.

Grâce à quoi, des statistiques des flux et des temps de traitement des passagers seront produites, en plus d'autres applications de sécurité.

Plus besoin de carte d’embarquement physique, un téléphone portable fera l’affaire

Contacté par Médias24, un membre de l’ONDA affirme que l’utilité de ce système est multiple en :

- améliorant le traitement et la qualité du service auprès du passager grâce à l’automatisation et la limitation du nombre de contrôles des documents entre l’entrée en zone stérile et l'embarquement,

- permettant d'accepter des cartes d’accès à bord imprimées en enregistrement hors aéroport (web-checking) ou même sur un téléphone portable,

- améliorant les statistiques relatives aux temps d’attente en zone stérile, afin de prendre les mesures pertinentes pour fluidifier les flux,

- maximisant la ponctualité en permettant aux compagnies aériennes un accès à la base de données du point de contrôle, afin de prendre des décisions plus rapides pour le traitement des « No-show » ;

- fiabilisant les statistiques des flux.

Selon une autre source, les E-Gates pourront également, à terme, traiter le passage d’une partie des passagers munis de passeports biométriques en accord avec les standards internationaux de sécurité.

A terme, gain de temps énorme pour les formalités policières

«D’ici 2020 ou 2021, ces portiques seront adaptés de sorte à contrôler les passeports et leur détenteurs pour les vols internationaux à l’arrivée ou au départ.

« L’objectif étant d'assurer un niveau de sécurité identique à celui d'un professionnel formé de la police des frontières tout en fluidifiant le flux des passagers en particulier lors de l’arrivée simultanée de vols internationaux de plusieurs compagnies aériennes »déclare notre interlocuteur qui ajoute que ce système sera accessible aux seules personnes majeures et possédant un passeport biométrique.

Sachant qu’aucun appel d’offres n’a encore été lancé, notre source n’a pas pu donner plus de précisions sur la technologie qui sera intégrée dans les portiques mais partout ailleurs, il suffit d’entrer dans les E-gates, munis d’un sas, et déposer son passeport à l’endroit indiqué pour qu’il soit scanné et inspecté.

A partir de là, le contrôle s’effectue via les empreintes digitales ou la reconnaissance faciale, et dans le cas où le système ne détecte aucune irrégularité (faux passeport, fausse identité, non concordance du document avec la personne …), le sas s’ouvre, permettant au passager d'embarquer ou de sortir de l’aéroport.

Cette alternative automatisée au traitement manuel des documents par les fonctionnaires de l’immigration permettra d’éviter les goulots d’étranglement dans les comptoirs physiques de la police des frontières et donc de faire gagner beaucoup de temps aux passagers sachant qu’elle ne dure pas plus de 30 secondes.

En attendant de devenir hybrides, ces portiques se contenteront, une fois installés, de lire les cartes d’embarquement mais à terme, c’est une vraie mutation dans le traitement des flux aériens qui se prépare.

Ci-après, illustration de E-Gates (avec sas) permettant le contrôle des passeports :

 

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

L’ONDA est sur le point d'installer au terminal 1 de l’aéroport Mohammed V de Casablanca, un système de portiques qui reconnaissent les informations de vols des passagers avant leur accès à la zone d'embarquement. Dans un premier temps, les E-Gates ne vérifieront que les cartes d’embarquement mais à terme, elles se substitueront en partie aux contrôles physiques dans les comptoirs de police grâce à un scanner permettant de vérifier les données biométriques des voyageurs.

La rénovation du terminal 1 du plus grand aéroport marocain permettra de doubler sa capacité d’accueil mais également d’introduire des technologies pour faciliter le parcours des 14 millions de voyageurs qui pourront, à terme, l’emprunter chaque année.

En effet, l’ONDA s'apprête à installer plusieurs portiques permettant d’accéder à la zone d'embarquement grâce à un système de reconnaissance et de contrôle des informations des vols.

A l'instar des aéroports internationaux, le nouveau terminal de l'aéroport casablancais sera donc équipé d’un système automatisé permettant de lire et de contrôler les cartes d'embarquement à travers des portes automatiques de pré-sécurité.

Concrètement, cette technologie valide les cartes d’accès à bord de l’avion en les comparant avec la base de données de vol de l'aéroport ainsi qu’avec une série d’autres paramètres prédéterminés tels que la date, la validité du code à barres, la vérification de doublons...

De plus, ce système permet de suivre le passager dans l’enceinte aéroportuaire en faisant le lien entre la lecture initiale à l’entrée de la zone d'embarquement et des lectures subséquentes par des équipements portatifs.

Grâce à quoi, des statistiques des flux et des temps de traitement des passagers seront produites, en plus d'autres applications de sécurité.

Plus besoin de carte d’embarquement physique, un téléphone portable fera l’affaire

Contacté par Médias24, un membre de l’ONDA affirme que l’utilité de ce système est multiple en :

- améliorant le traitement et la qualité du service auprès du passager grâce à l’automatisation et la limitation du nombre de contrôles des documents entre l’entrée en zone stérile et l'embarquement,

- permettant d'accepter des cartes d’accès à bord imprimées en enregistrement hors aéroport (web-checking) ou même sur un téléphone portable,

- améliorant les statistiques relatives aux temps d’attente en zone stérile, afin de prendre les mesures pertinentes pour fluidifier les flux,

- maximisant la ponctualité en permettant aux compagnies aériennes un accès à la base de données du point de contrôle, afin de prendre des décisions plus rapides pour le traitement des « No-show » ;

- fiabilisant les statistiques des flux.

Selon une autre source, les E-Gates pourront également, à terme, traiter le passage d’une partie des passagers munis de passeports biométriques en accord avec les standards internationaux de sécurité.

A terme, gain de temps énorme pour les formalités policières

«D’ici 2020 ou 2021, ces portiques seront adaptés de sorte à contrôler les passeports et leur détenteurs pour les vols internationaux à l’arrivée ou au départ.

« L’objectif étant d'assurer un niveau de sécurité identique à celui d'un professionnel formé de la police des frontières tout en fluidifiant le flux des passagers en particulier lors de l’arrivée simultanée de vols internationaux de plusieurs compagnies aériennes »déclare notre interlocuteur qui ajoute que ce système sera accessible aux seules personnes majeures et possédant un passeport biométrique.

Sachant qu’aucun appel d’offres n’a encore été lancé, notre source n’a pas pu donner plus de précisions sur la technologie qui sera intégrée dans les portiques mais partout ailleurs, il suffit d’entrer dans les E-gates, munis d’un sas, et déposer son passeport à l’endroit indiqué pour qu’il soit scanné et inspecté.

A partir de là, le contrôle s’effectue via les empreintes digitales ou la reconnaissance faciale, et dans le cas où le système ne détecte aucune irrégularité (faux passeport, fausse identité, non concordance du document avec la personne …), le sas s’ouvre, permettant au passager d'embarquer ou de sortir de l’aéroport.

Cette alternative automatisée au traitement manuel des documents par les fonctionnaires de l’immigration permettra d’éviter les goulots d’étranglement dans les comptoirs physiques de la police des frontières et donc de faire gagner beaucoup de temps aux passagers sachant qu’elle ne dure pas plus de 30 secondes.

En attendant de devenir hybrides, ces portiques se contenteront, une fois installés, de lire les cartes d’embarquement mais à terme, c’est une vraie mutation dans le traitement des flux aériens qui se prépare.

Ci-après, illustration de E-Gates (avec sas) permettant le contrôle des passeports :

 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.