Menu
facebook twitter
 
.
.
Vendredi 7 décembre 2018 à 15h35
Rendre au public la santé publique
 

LONDRES – Le service national de santé britannique, le National Health Service (NHS), fêtait cette année son soixante-dixième anniversaire; le moment est donc opportun de réfléchir à son passé et de considérer son avenir.

Le NHS a été pris en exemple, à travers le monde, dans de nombreux débats sur les soins de santé. Mais si l’équilibre n’en est pas plus durablement rétabli, il pourrait ne plus servir que de contre-exemple.

Lorsque fut fondé le NHS, en 1948, sa mission – fournir une couverture universelle de soins de santé de haute qualité – était aussi audacieuse que radicale. Le temps passant, il en est cependant venu à représenter l’un des trois piliers de l’Etat-providence, avec l’éducation et les prestations publiques pour les personnes âgées.

Aujourd’hui, le NHS doit pourtant faire face à des difficultés croissantes, dues aux années d’"austérité", après la crise financière de 2008, ainsi qu’aux évolutions considérables du modèle économique de l’industrie pharmaceutique.

La gouvernance d’entreprise étant de plus en plus dépendante d’indicateurs financiers à court terme, comme le bénéfice trimestriel, les compagnies pharmaceutiques ont augmenté les prix des médicaments, et c’est le NHS qui en supporte les coûts.

Nombre de médicaments n’auraient pas même vu le jour sans investissements publics – ce qui complique encore le tableau.

Le NHS a dépensé l’an dernier en Angleterre un milliard de livres sterling (1,28 milliard de dollars) en achats de traitements ayant perçu des fonds du Conseil médical de la recherche du Royaume-Uni (Medical Research Council) et d’autres organismes publics. Aux Etats-Unis, les Instituts de santé nationaux (National institutes of Health – NIH) dépensent plus de 37 milliards de dollars par an pour la recherche biomédicale, dans des domaines, notamment, que le secteur privé considère comme trop risqués.

Et l’on estime que les budgets publics financent globalement les deux tiers des coûts initiaux de recherche et de développement du secteur pharmaceutique.

Le prix élevé des médicaments a des effets, qui se propagent au-delà de la santé publique, dans le monde entier. Pour deux milliards d’êtres humains, il se traduit par d’énormes difficultés d’accès à la médecine, et il précipite chaque année dans l’extrême pauvreté 100 millions de personnes.

Le rôle de l'Etat

Outre toutes ces souffrances, les coûts économiques sont considérables. Le capital humain perdu concerne non seulement celles et ceux qui se trouvent exclus par leur maladie de la main-d’œuvre imposable, mais aussi tous ceux qui doivent quitter leur travail pour prendre soin des premiers.

Une chose est plus grave encore: il devient de plus en plus difficile d’arbitrer entre l’accès pour les patients à une médecine efficace, la maîtrise des dépenses croissantes de soins de santé et l’incitation à l’innovation. Même si l’accès aux soins était assuré et les prix correctement contrôlés, le cap actuel de l’innovation sanitaire continuerait de poser problème. Les maladies qui ne créent pas de marchés à fort potentiel de croissance sont largement ignorées.

Entre 2000 et 2011, 4% seulement des médicaments nouvellement autorisés étaient destinés au traitement de ces maladies négligées, qui affectent majoritairement les pays à bas et moyens revenus, alors qu’entre 2005 et 2015, 78% des nouveaux traitements brevetés aux Etats-Unis concernaient des médicaments déjà présents sur le marché et qu’en Europe, entre 2000 et 2014, 51% des nouveaux médicaments autorisés n’étaient que des versions modifiées de produits existants, n’apportant donc aucun avantage sanitaire supplémentaire.

Dès lors que les systèmes de soins de santé ne parviennent plus ou pas assez à fournir aux malades les traitements dont ils ont besoin à des prix pour eux abordables, dès lors que l’innovation ne répond plus aux besoins de la santé publique, le statu quo n’est plus tenable. Pour réorienter vers les besoins publics l’offre de soins de santé et l’innovation thérapeutique, il nous faut opérer le genre de transformation que les fondateurs du NSH surent mener à bien voici soixante-dix ans.

Pour ce faire, le premier pas est de reconnaître le rôle crucial de la puissance publique dans la mise au point de nouveaux traitements et médicaments. Plutôt que de se contenter de financer l’innovation, les Etats doivent commencer à la conduire, en s’y impliquant avec autant d’énergie qu’ils en consacrent à leur budget de défense. Ce qui signifie mettre en phase les découvertes de la recherche, en amont, avec les applications, en aval, et les objectifs de santé publique.

Le monopole des industriels 

L’industrie pharmaceutique prétendra sans aucun doute que l’intrusion des pouvoirs publics étouffe l’innovation. C’est cependant grâce à des politiques publiques et à des méthodes dictées par un but préalablement défini que l’homme est allé sur la lune, qu’internet a été créé et que s’ouvre aujourd’hui la voie de l’automobile autonome. Les gouvernements et les sociétés qu’ils gouvernent doivent faire preuve d’ambition et se poser toujours cette question pratique: à quoi voulons-nous parvenir?

Dès lors que la réponse est donnée, la loi et les mesures de régulation peuvent porter et faire avancer nos buts collectifs, mais aussi encourager les expérimentations partant de la base. Ainsi les récompenses et la reconnaissance peuvent-elles s’avérer plus efficaces que les prix pour stimuler l’investissement privé. Et des procédures publiques d’achat parviendraient certainement mieux à fixer le cap de l’innovation.

Les responsables politiques doivent aussi, et c’est encore plus important, s’attaquer à la financiarisation de l’industrie pharmaceutique, qui ne se préoccupe que de valeur actionnariale en négligeant les parties prenantes. Entre 2007 et 2016, les 19 compagnies pharmaceutiques prises en compte en janvier 2017 par l’indice S&P 500 ont dépensé 97 milliards de dollars dans le rachat de leurs propres titres afin de valoriser les options d’achat de leurs cadres, ce qui représente 61% de leurs dépenses combinées de R&D sur la même période.

Aussi longtemps que prévaudra ce modèle économique, les prix continueront d’être fixés à des niveaux exorbitants. Comme ce fut récemment le cas pour un antibiotique, les dirigeants des compagnies prétendront qu’ils servent les intérêts de leurs actionnaires en laissant les prix monter, quel que soit le niveau atteint par le marché, et en abusant des droits de propriété intellectuelle pour en tirer des rentes de monopole. Les brevets sont devenus trop difficiles à accorder et sont trop souvent acquis pour des raisons stratégiques plutôt que pour les découvertes qu’ils sont censés protéger.

Afin de remettre les soins de santé en phase avec l’intérêt public, nous pouvons nous inspirer du NHS. Ses fondateurs avaient reçu pour mission de créer un système utile à tous, gratuit sur les lieux où sont délivrés les soins, et tourné vers les besoins des patients, indépendamment de leur capacité à payer. Les responsables politiques d’aujourd’hui devraient reprendre à leur compte cette mission essentielle. Ce n’est qu’en harmonisant l’innovation aux priorités d’une société civilisée que nous parviendront à porter les soins de santé vers de nouveaux horizons.

Traduit de l’anglais par François Boisivon

© Project Syndicate 1995–2018

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close