A peine rentré de Paris où il a célébré la paix avec les autres dirigeants du monde, Donald Trump s'est vivement attaqué mardi 13 novembre à la France et à Emmanuel Macron, dont il a raillé la "très faible cote de popularité".

Dans une série de tweets matinaux particulièrement énervés, le président des Etats-Unis est revenu sur la proposition de son homologue français de créer une armée européenne, déjà jugée "très insultante" lors de son atterrissage en France au début du weekend de commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale.

"Emmanuel Macron a suggéré la création de leur propre armée pour protéger l'Europe contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Mais c'était l'Allemagne dans la Première et la Seconde Guerre mondiale", a-t-il écrit sur Twitter.

Les Français "commençaient à apprendre l'allemand à Paris avant que les Etats-Unis n'arrivent", a-t-il ironisé, dans une référence très peu diplomatique à l'occupation par l'Allemagne nazie à partir de 1940 jusqu'à la Libération par les Alliés, encore vécue comme un traumatisme dans l'Hexagone.

"Paie pour l'Otan ou non", a-t-il poursuivi, reprenant sa supplique aux pays européens membres de l'Alliance atlantique pour qu'ils dépendent moins des dépenses militaires américaines pour leur défense.

Peu importe si le président français assure que c'est justement dans cette optique qu'il plaide pour "une vrai armée européenne". Le locataire de la Maison Blanche n'a pas digéré que celui de l'Elysée évoque, dans le même temps, la nécessité de "protéger" le Vieux continent "de la Chine, de la Russie et même des Etats-Unis d'amérique" dans le domaine du cyberespace - créant une "confusion" de l'aveu même de la présidence française.

"MAKE FRANCE GREAT AGAIN"

L'Elysée s'est refusé à tout commentaire dans l'immédiat, tandis que plusieurs parlementaires français d'opposition ont appelé à "taper du poing sur la table".

L'ambassadeur de France à Washington, Gérard Araud, s'est lui fendu d'un tweet en anglais pour rétablir la "vérité": "Le président Emmanuel Macron n'a pas dit que l'Union européenne avait besoin d'une armée 'contre les Etats-Unis'. Cela a été mal rapporté par la presse", a-t-il dit.

Sur l'armée européenne, Paris a en tout cas reçu mardi le renfort de la chancelière allemande Angela Merkel, qui a plaidé pour ce projet comme "bon complément de l'Otan".

Mais Donald Trump, qui avait chaleureusement remercié Emmanuel Macron au terme de son déplacement français, a enchaîné avec d'autres tweets polémiques au moment où la France commémore le troisième anniversaire des attentats jihadistes de 2015.

Visiblement agacé par les commentaires dans les médias américains, il a réagi à la dénonciation du "nationalisme" par le président français.

"Le patriotisme est l'exact contraire du nationalisme. Le nationalisme en est sa trahison", avait affirmé dimanche Emmanuel Macron dans un discours solennel qui a résonné comme une critique de son homologue américain, principal pourfendeur du multilatéralisme.

Le milliardaire républicain, qui se revendique comme nationaliste, est passé à la contre-offensive depuis Washington. "Il n'y a aucun pays plus nationaliste que la France, des personnes très fières - à juste titre", a-t-il lancé.

L'attaque a ensuite visé personnellement Emmanuel Macron et son bilan à la tête de la France.

"Le problème est qu'Emmanuel Macron souffre d'une très faible cote de popularité en France, 26%, et d'un taux de chômage à près de 10%", a relevé Donald Trump.

"MAKE FRANCE GREAT AGAIN", l'a-t-il exhorté en lettres capitales, en écho à son propre slogan, "Rendre à l'Amérique sa grandeur". Cette formule fait l'objet d'échanges acerbes entre les deux hommes: le Français l'avait lui-même détournée pour dénoncer la décision de l'Américain de se retirer de l'accord de Paris sur le climat, en martelant "Make our planet great again".

 
Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires

A peine rentré de Paris où il a célébré la paix avec les autres dirigeants du monde, Donald Trump s'est vivement attaqué mardi 13 novembre à la France et à Emmanuel Macron, dont il a raillé la "très faible cote de popularité".
 

Dans une série de tweets matinaux particulièrement énervés, le président des Etats-Unis est revenu sur la proposition de son homologue français de créer une armée européenne, déjà jugée "très insultante" lors de son atterrissage en France au début du weekend de commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale.

"Emmanuel Macron a suggéré la création de leur propre armée pour protéger l'Europe contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Mais c'était l'Allemagne dans la Première et la Seconde Guerre mondiale", a-t-il écrit sur Twitter.

Les Français "commençaient à apprendre l'allemand à Paris avant que les Etats-Unis n'arrivent", a-t-il ironisé, dans une référence très peu diplomatique à l'occupation par l'Allemagne nazie à partir de 1940 jusqu'à la Libération par les Alliés, encore vécue comme un traumatisme dans l'Hexagone.

"Paie pour l'Otan ou non", a-t-il poursuivi, reprenant sa supplique aux pays européens membres de l'Alliance atlantique pour qu'ils dépendent moins des dépenses militaires américaines pour leur défense.

Peu importe si le président français assure que c'est justement dans cette optique qu'il plaide pour "une vrai armée européenne". Le locataire de la Maison Blanche n'a pas digéré que celui de l'Elysée évoque, dans le même temps, la nécessité de "protéger" le Vieux continent "de la Chine, de la Russie et même des Etats-Unis d'amérique" dans le domaine du cyberespace - créant une "confusion" de l'aveu même de la présidence française.

"MAKE FRANCE GREAT AGAIN"

L'Elysée s'est refusé à tout commentaire dans l'immédiat, tandis que plusieurs parlementaires français d'opposition ont appelé à "taper du poing sur la table".

L'ambassadeur de France à Washington, Gérard Araud, s'est lui fendu d'un tweet en anglais pour rétablir la "vérité": "Le président Emmanuel Macron n'a pas dit que l'Union européenne avait besoin d'une armée 'contre les Etats-Unis'. Cela a été mal rapporté par la presse", a-t-il dit.

Sur l'armée européenne, Paris a en tout cas reçu mardi le renfort de la chancelière allemande Angela Merkel, qui a plaidé pour ce projet comme "bon complément de l'Otan".

Mais Donald Trump, qui avait chaleureusement remercié Emmanuel Macron au terme de son déplacement français, a enchaîné avec d'autres tweets polémiques au moment où la France commémore le troisième anniversaire des attentats jihadistes de 2015.

Visiblement agacé par les commentaires dans les médias américains, il a réagi à la dénonciation du "nationalisme" par le président français.

"Le patriotisme est l'exact contraire du nationalisme. Le nationalisme en est sa trahison", avait affirmé dimanche Emmanuel Macron dans un discours solennel qui a résonné comme une critique de son homologue américain, principal pourfendeur du multilatéralisme.

Le milliardaire républicain, qui se revendique comme nationaliste, est passé à la contre-offensive depuis Washington. "Il n'y a aucun pays plus nationaliste que la France, des personnes très fières - à juste titre", a-t-il lancé.

L'attaque a ensuite visé personnellement Emmanuel Macron et son bilan à la tête de la France.

"Le problème est qu'Emmanuel Macron souffre d'une très faible cote de popularité en France, 26%, et d'un taux de chômage à près de 10%", a relevé Donald Trump.

"MAKE FRANCE GREAT AGAIN", l'a-t-il exhorté en lettres capitales, en écho à son propre slogan, "Rendre à l'Amérique sa grandeur". Cette formule fait l'objet d'échanges acerbes entre les deux hommes: le Français l'avait lui-même détournée pour dénoncer la décision de l'Américain de se retirer de l'accord de Paris sur le climat, en martelant "Make our planet great again".

 
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.