Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'est apprécié de 1,11 dollar pour finir à 57,06 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres. Il a gagné 7,2% sur la semaine.

Les cours du pétrole ont bénéficié vendredi d'un regain d'appétit pour le risque après des signes encourageants pour la croissance mondiale provenant de la Chine et des États-Unis, malgré un bond des réserves américaines de produits pétroliers.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'est apprécié de 1,11 dollar pour finir à 57,06 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres. Il a gagné 7,2% sur la semaine.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de WTI pour le contrat de février, la référence américaine, a grimpé de 87 cents, terminant à 47,96 dollars et prenant, sur la semaine, 5,8%.

Le ministère chinois du Commerce a confirmé vendredi la tenue de discussions officielles, lundi et mardi en Chine, entre des représentants chinois et américains afin de calmer les différends qui les opposent et pèsent ainsi sur la croissance.

Par ailleurs, les baisses de production annoncées par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires début décembre commencent à être reflétées dans les données, le groupe pétrolier Saoudi Aramco augmentant ses prix à la vente vers l'Asie malgré la chute des cours sur le marché mondial.

Dans le même temps aux États-Unis, un rapport sur l'emploi en janvier et des propos jugés conciliants du patron de la Banque centrale américaine ont réconforté les investisseurs, affaiblis ces derniers temps par la peur de voir la première puissance mondiale se diriger vers une récession.

Dans ce contexte, les cours ont beaucoup hésité après la parution du rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l’Énergie (EIA), de nature à peser sur les prix.

Lors de la semaine achevée le 28 décembre, la production d'or noir s'est maintenue à un niveau record dans le pays, les stocks de brut se sont stabilisés alors que les analystes anticipaient un repli marqué, les réserves d'essence et de produits distillés (fioul et gaz de chauffage) bondissant, respectivement, de 6,9 et 9,5 millions de barils.  

Vente aux enchères
Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'est apprécié de 1,11 dollar pour finir à 57,06 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres. Il a gagné 7,2% sur la semaine.

Les cours du pétrole ont bénéficié vendredi d'un regain d'appétit pour le risque après des signes encourageants pour la croissance mondiale provenant de la Chine et des États-Unis, malgré un bond des réserves américaines de produits pétroliers.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'est apprécié de 1,11 dollar pour finir à 57,06 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres. Il a gagné 7,2% sur la semaine.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de WTI pour le contrat de février, la référence américaine, a grimpé de 87 cents, terminant à 47,96 dollars et prenant, sur la semaine, 5,8%.

Le ministère chinois du Commerce a confirmé vendredi la tenue de discussions officielles, lundi et mardi en Chine, entre des représentants chinois et américains afin de calmer les différends qui les opposent et pèsent ainsi sur la croissance.

Par ailleurs, les baisses de production annoncées par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires début décembre commencent à être reflétées dans les données, le groupe pétrolier Saoudi Aramco augmentant ses prix à la vente vers l'Asie malgré la chute des cours sur le marché mondial.

Dans le même temps aux États-Unis, un rapport sur l'emploi en janvier et des propos jugés conciliants du patron de la Banque centrale américaine ont réconforté les investisseurs, affaiblis ces derniers temps par la peur de voir la première puissance mondiale se diriger vers une récession.

Dans ce contexte, les cours ont beaucoup hésité après la parution du rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l’Énergie (EIA), de nature à peser sur les prix.

Lors de la semaine achevée le 28 décembre, la production d'or noir s'est maintenue à un niveau record dans le pays, les stocks de brut se sont stabilisés alors que les analystes anticipaient un repli marqué, les réserves d'essence et de produits distillés (fioul et gaz de chauffage) bondissant, respectivement, de 6,9 et 9,5 millions de barils.  

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.