La situation d'insécurité et les menaces de déstabilisation, voire les conflits régionaux, s'avèrent un terrain propice à Israël pour effectuer des percées en Afrique et au Moyen-Orient. Après Oman, le premier ministre israélien se rend au Tchad. Fox News annonce de son côté une prochaine visite... en Arabie saoudite.

Aux uns et aux autres, Israël apporte un bouclier sécuritaire. Au Tchad, contre Boko Haram. Dans le Golfe, contre l'Iran.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié de "percée historique" sa visite dimanche au Tchad, un pays africain à majorité musulmane avec lequel Israël s'apprête à renouer des relations, a indiqué son cabinet, cité par l'AFP.

Avant son départ, le chef de gouvernement a affirmé que cette visite "dans un très grand pays musulman ayant des frontières avec la Libye et le Soudan marque une percée historique", a fait savoir son cabinet dans un communiqué.

"Cette visite fait partie de la révolution que nous menons dans le monde arabe et musulman que j'avais promis d'accomplir", a avancé le Premier ministre.

Il a également indiqué que sa visite au Tchad allait être l'occasion de "grandes nouvelles", en faisant apparemment allusion à une possible reprise des relations diplomatiques ente les deux pays que le Tchad avait rompues en 1972.

"Tout cela irrite et provoque même la colère de l'Iran et des Palestiniens qui tentent d'empêcher cela (le rapprochement avec des pays arabes ou musulmans), mais ils n'y parviendront pas", a également affirmé Netanyahu.

Cette visite, qui ne doit durer qu'une journée, fait suite à celle du président tchadien Idriss Déby Itno en Israël en novembre.

Netanyahu avait alors dit son intention d'annoncer le rétablissement des relations diplomatiques entre Israël et le Tchad, un pays d'environ 15 millions d'habitants, lors d'un prochain voyage à N'Djamena.

Netanyahu est engagé dans une campagne active pour nouer ou renouer des liens, y compris en Afrique, avec des pays refusant de reconnaître Israël ou ayant pris leurs distances à cause du conflit avec les Palestiniens.

En novembre, Benjamin Netanyahu et Idriss Déby Itno avaient refusé de dire si leurs discussions incluaient des accords d'armement.

Pour faire face à des rébellions dans le nord et l'est du pays, l'armée tchadienne et l'Agence nationale du renseignement se sont équipées de matériels militaires israéliens, avaient cependant indiqué à l'AFP des sources sécuritaires tchadiennes.

Le Tchad est l'un des Etats africains engagés dans la lutte contre les organisations jihadistes Boko Haram et Etat islamique en Afrique de l'Ouest. A ce titre, il a reçu en novembre des Etats-Unis, grand allié d'Israël, des véhicules et navires militaires d'une valeur de 1,3 million de dollars (environ 1,15 million d'euros).

La pression des nations africaines musulmanes, accentuée par les guerres israélo-arabes de 1967 et de 1973, ont conduit un certain nombre d'Etats africains à rompre avec Israël.

Mais ces dernières années, Israël a offert des perspectives de coopération dans des domaines allant de la sécurité à la technologie, en passant par l'agriculture, afin de développer ses relations sur le continent africain.

Le 26 octobre dernier, Netanyahu avait achevé une viste "historique à Oman" où il avait été reçu officiellement par le Sultan Qabous.

Le samedi 19 janvier, la chaîne de télévision américaine Fox News a annoncé "une prochaine" visite de Netanyahu en Arabie saoudite. (Avec AFP)

 

Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

La situation d'insécurité et les menaces de déstabilisation, voire les conflits régionaux, s'avèrent un terrain propice à Israël pour effectuer des percées en Afrique et au Moyen-Orient. Après Oman, le premier ministre israélien se rend au Tchad. Fox News annonce de son côté une prochaine visite... en Arabie saoudite.

Aux uns et aux autres, Israël apporte un bouclier sécuritaire. Au Tchad, contre Boko Haram. Dans le Golfe, contre l'Iran.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié de "percée historique" sa visite dimanche au Tchad, un pays africain à majorité musulmane avec lequel Israël s'apprête à renouer des relations, a indiqué son cabinet, cité par l'AFP.

Avant son départ, le chef de gouvernement a affirmé que cette visite "dans un très grand pays musulman ayant des frontières avec la Libye et le Soudan marque une percée historique", a fait savoir son cabinet dans un communiqué.

"Cette visite fait partie de la révolution que nous menons dans le monde arabe et musulman que j'avais promis d'accomplir", a avancé le Premier ministre.

Il a également indiqué que sa visite au Tchad allait être l'occasion de "grandes nouvelles", en faisant apparemment allusion à une possible reprise des relations diplomatiques ente les deux pays que le Tchad avait rompues en 1972.

"Tout cela irrite et provoque même la colère de l'Iran et des Palestiniens qui tentent d'empêcher cela (le rapprochement avec des pays arabes ou musulmans), mais ils n'y parviendront pas", a également affirmé Netanyahu.

Cette visite, qui ne doit durer qu'une journée, fait suite à celle du président tchadien Idriss Déby Itno en Israël en novembre.

Netanyahu avait alors dit son intention d'annoncer le rétablissement des relations diplomatiques entre Israël et le Tchad, un pays d'environ 15 millions d'habitants, lors d'un prochain voyage à N'Djamena.

Netanyahu est engagé dans une campagne active pour nouer ou renouer des liens, y compris en Afrique, avec des pays refusant de reconnaître Israël ou ayant pris leurs distances à cause du conflit avec les Palestiniens.

En novembre, Benjamin Netanyahu et Idriss Déby Itno avaient refusé de dire si leurs discussions incluaient des accords d'armement.

Pour faire face à des rébellions dans le nord et l'est du pays, l'armée tchadienne et l'Agence nationale du renseignement se sont équipées de matériels militaires israéliens, avaient cependant indiqué à l'AFP des sources sécuritaires tchadiennes.

Le Tchad est l'un des Etats africains engagés dans la lutte contre les organisations jihadistes Boko Haram et Etat islamique en Afrique de l'Ouest. A ce titre, il a reçu en novembre des Etats-Unis, grand allié d'Israël, des véhicules et navires militaires d'une valeur de 1,3 million de dollars (environ 1,15 million d'euros).

La pression des nations africaines musulmanes, accentuée par les guerres israélo-arabes de 1967 et de 1973, ont conduit un certain nombre d'Etats africains à rompre avec Israël.

Mais ces dernières années, Israël a offert des perspectives de coopération dans des domaines allant de la sécurité à la technologie, en passant par l'agriculture, afin de développer ses relations sur le continent africain.

Le 26 octobre dernier, Netanyahu avait achevé une viste "historique à Oman" où il avait été reçu officiellement par le Sultan Qabous.

Le samedi 19 janvier, la chaîne de télévision américaine Fox News a annoncé "une prochaine" visite de Netanyahu en Arabie saoudite. (Avec AFP)

 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.