© Crédit photo: Saâd Tazi

Elles sont des professionnelles du cinéma marocain, engagées en faveur de la parité professionnelle, elles créent la Fondation Tamayouz pour tenter de permettre aux jeunes Marocaines un meilleur accès aux métiers du cinéma, en particulier aux postes de la production et de la réalisation.

Il s'agit de Dounia Benjelloun-Mezian, Farida Benlyazid, Simone Bitton, Lamia Chraibi et Narjiss Nejjar, des figures nationales du cinéma marocain. Leur appel a été accueilli par une cinquantaine de réalisatrices, techniciennes, productrices, auteures et critiques qui ont répondu présent, au Palais des Congrès de Marrakech, le 6 décembre 2018.

En effet, c'était à l'occasion du Festival international du film de Tanger, tenu du 9 au 17 mars 2018, que la Fondation Tamayouz a entamé sa genèse. Le jury du festival, où siégeaient notamment la productrice Dounia Benjelloun-Mezian ainsi que la réalisatrice-documentariste Simone Bitton, avait alors décerné le prestigieux prix de meilleure production à Lamia Chraibi pour ses deux œuvres "Apatride" et "Jahiliya".

Conscientes des enjeux et des défis propres aux métiers du cinéma et se rendant compte de la pénurie d’acteurs dans le domaine de la production marocaine, ces trois professionnelles engagées décident de constituer une association qui faciliterait l’insertion des femmes dans le milieu cinématographique national.

En outre, elles ont estimé que Farida Benlyazid et Narjiss Nejjar, deux réalisatrices et scénaristes chevronnées, constituaient un choix naturel et logique pour compléter leur trio, au vu de leur implication précoce et durable dans le monde du cinéma marocain et de leur militantisme pour les causes sociétales et notamment celle, féministe.

Ainsi la fondation "compte promouvoir le mécénat et l’investissement à long terme dans le cinéma, en contribuant à la mise en place de mécanismes de financement, efficients et pérennes", précise un communiqué.

Quant au secteur public, l'association plaide pour un accès équitable, transparent et responsable aux ressources destinées à la création artistique en général et cinématographique en particulier.

Ce projet tentera également de réunir des binômes de productrices et de réalisatrices aptes à cogérer sereinement et en toute indépendance des productions cinématographiques d’envergure, et de faciliter l’inscription de jeunes talents dans différentes résidences de formation à l’international telles que Sundance, Torino Film Lab, Rawi, Tribeca, La fabrique du cinéma du monde...

Tamayouz ambitionne d’offrir dès l'année 2019 une bourse d'étude sur 4 ans à une ou plusieurs candidates bachelières, admises à l'Ecole supérieure des arts visuels de Marrakech (ESAV).

Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
© Crédit photo: Saâd Tazi

Elles sont des professionnelles du cinéma marocain, engagées en faveur de la parité professionnelle, elles créent la Fondation Tamayouz pour tenter de permettre aux jeunes Marocaines un meilleur accès aux métiers du cinéma, en particulier aux postes de la production et de la réalisation.

Il s'agit de Dounia Benjelloun-Mezian, Farida Benlyazid, Simone Bitton, Lamia Chraibi et Narjiss Nejjar, des figures nationales du cinéma marocain. Leur appel a été accueilli par une cinquantaine de réalisatrices, techniciennes, productrices, auteures et critiques qui ont répondu présent, au Palais des Congrès de Marrakech, le 6 décembre 2018.

En effet, c'était à l'occasion du Festival international du film de Tanger, tenu du 9 au 17 mars 2018, que la Fondation Tamayouz a entamé sa genèse. Le jury du festival, où siégeaient notamment la productrice Dounia Benjelloun-Mezian ainsi que la réalisatrice-documentariste Simone Bitton, avait alors décerné le prestigieux prix de meilleure production à Lamia Chraibi pour ses deux œuvres "Apatride" et "Jahiliya".

Conscientes des enjeux et des défis propres aux métiers du cinéma et se rendant compte de la pénurie d’acteurs dans le domaine de la production marocaine, ces trois professionnelles engagées décident de constituer une association qui faciliterait l’insertion des femmes dans le milieu cinématographique national.

En outre, elles ont estimé que Farida Benlyazid et Narjiss Nejjar, deux réalisatrices et scénaristes chevronnées, constituaient un choix naturel et logique pour compléter leur trio, au vu de leur implication précoce et durable dans le monde du cinéma marocain et de leur militantisme pour les causes sociétales et notamment celle, féministe.

Ainsi la fondation "compte promouvoir le mécénat et l’investissement à long terme dans le cinéma, en contribuant à la mise en place de mécanismes de financement, efficients et pérennes", précise un communiqué.

Quant au secteur public, l'association plaide pour un accès équitable, transparent et responsable aux ressources destinées à la création artistique en général et cinématographique en particulier.

Ce projet tentera également de réunir des binômes de productrices et de réalisatrices aptes à cogérer sereinement et en toute indépendance des productions cinématographiques d’envergure, et de faciliter l’inscription de jeunes talents dans différentes résidences de formation à l’international telles que Sundance, Torino Film Lab, Rawi, Tribeca, La fabrique du cinéma du monde...

Tamayouz ambitionne d’offrir dès l'année 2019 une bourse d'étude sur 4 ans à une ou plusieurs candidates bachelières, admises à l'Ecole supérieure des arts visuels de Marrakech (ESAV).

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.