Le rapport 2017 du CESE (conseil économique, social et environnemental) est disponible en ligne (synthèse ici).

Voici quelques points intéressants relevés par le rapport:

1. "L’économie nationale n’a pas poursuivi [en 2017] sa transition vers un palier de croissance plus élevé, corroborant, ainsi, la nécessité d’engager le pays dans un nouveau modèle de développement".

2. "La rentrée scolaire 2016/2017 a été révélatrice, au-delà des problématiques structurelles du secteur, d’un déficit de planification et d’une gestion hâtive des ressources humaines". 

3. "La situation de l’enseignement public a mené à une augmentation rapide de la part d’élèves scolarisés dans les établissements privés réduisant ainsi la mixité sociale et approfondissant les inégalités en matière d’éducation".

4. "Les régimes de couverture médicale sont fragilisés par le non-accompagnement de l’élargissement de cette couverture par une hausse des financements alloués et par l’insuffisance de l’offre de santé rétablie sur l’ensemble du territoire".

5. Climat social: "le Conseil déplore les retards et les faiblesses dans la mise en œuvre des instances de concertation et des mécanismes de la démocratie participative qui auraient pu fortement contribuer à anticiper ou à servir de cadre de règlement des mouvements sociaux comme ceux qui ont été enregistrés dans plusieurs provinces de notre pays".

6. "Le Conseil manifeste une préoccupation particulière concernant la poursuite de la dégradation du taux d’activité des femmes qui atteint désormais 18,4% en milieu urbain.

7. "Le Conseil préconise (...) d'accompagner la libéralisation des prix et la suppression de la compensation par un ciblage efficient des subventions et par une politique efficace de lutte contre les monopoles, les rentes de situation, les ententes sur les prix et l’abus de positions dominantes". C'est la libération des prix des hydrocarbures qui est visée par cette phrase.

8.Sur le plan environnemental, "le déficit hydrique dans certaines régions s’est traduit par des perturbations en alimentation en eau potable qui ont notamment conduit à des manifestations dans certaines régions du pays".9.

9. Le Conseil a consacré le focus de son rapport annuel au titre de l’année 2017 aux "inégalités régionales et territoriales". L'année précédente, le focus avait été consacré à la transformation digitale.

Sur ce sujet, le conseil écrit que "la multiplication des mouvements sociaux, durant la période récente, a montré que la pauvreté, le chômage des jeunes et les inégalités sont vécus comme des injustices de moins en moins acceptables dans notre pays.

10. Inégalités sociales. Le Conseil recommande de:

-Rétablir la confiance des populations en concentrant les efforts sur le renforcement de la lutte contre la corruption et la généralisation de la reddition des comptes, la sanction des pratiques anticoncurrentielles et la réduction des délais entre l’adoption des lois et la publication des textes d’application ;

-Elargir la base fiscale, réviser le niveau de taxation des revenus les plus élevés et instaurer une taxe sur le patrimoine non-productif et se diriger vers une fiscalité plus progressive pour assurer davantage de solidarité entre les plus aisés et les plus pauvres.

Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le rapport 2017 du CESE (conseil économique, social et environnemental) est disponible en ligne (synthèse ici).

Voici quelques points intéressants relevés par le rapport:

1. "L’économie nationale n’a pas poursuivi [en 2017] sa transition vers un palier de croissance plus élevé, corroborant, ainsi, la nécessité d’engager le pays dans un nouveau modèle de développement".

2. "La rentrée scolaire 2016/2017 a été révélatrice, au-delà des problématiques structurelles du secteur, d’un déficit de planification et d’une gestion hâtive des ressources humaines". 

3. "La situation de l’enseignement public a mené à une augmentation rapide de la part d’élèves scolarisés dans les établissements privés réduisant ainsi la mixité sociale et approfondissant les inégalités en matière d’éducation".

4. "Les régimes de couverture médicale sont fragilisés par le non-accompagnement de l’élargissement de cette couverture par une hausse des financements alloués et par l’insuffisance de l’offre de santé rétablie sur l’ensemble du territoire".

5. Climat social: "le Conseil déplore les retards et les faiblesses dans la mise en œuvre des instances de concertation et des mécanismes de la démocratie participative qui auraient pu fortement contribuer à anticiper ou à servir de cadre de règlement des mouvements sociaux comme ceux qui ont été enregistrés dans plusieurs provinces de notre pays".

6. "Le Conseil manifeste une préoccupation particulière concernant la poursuite de la dégradation du taux d’activité des femmes qui atteint désormais 18,4% en milieu urbain.

7. "Le Conseil préconise (...) d'accompagner la libéralisation des prix et la suppression de la compensation par un ciblage efficient des subventions et par une politique efficace de lutte contre les monopoles, les rentes de situation, les ententes sur les prix et l’abus de positions dominantes". C'est la libération des prix des hydrocarbures qui est visée par cette phrase.

8.Sur le plan environnemental, "le déficit hydrique dans certaines régions s’est traduit par des perturbations en alimentation en eau potable qui ont notamment conduit à des manifestations dans certaines régions du pays".9.

9. Le Conseil a consacré le focus de son rapport annuel au titre de l’année 2017 aux "inégalités régionales et territoriales". L'année précédente, le focus avait été consacré à la transformation digitale.

Sur ce sujet, le conseil écrit que "la multiplication des mouvements sociaux, durant la période récente, a montré que la pauvreté, le chômage des jeunes et les inégalités sont vécus comme des injustices de moins en moins acceptables dans notre pays.

10. Inégalités sociales. Le Conseil recommande de:

-Rétablir la confiance des populations en concentrant les efforts sur le renforcement de la lutte contre la corruption et la généralisation de la reddition des comptes, la sanction des pratiques anticoncurrentielles et la réduction des délais entre l’adoption des lois et la publication des textes d’application ;

-Elargir la base fiscale, réviser le niveau de taxation des revenus les plus élevés et instaurer une taxe sur le patrimoine non-productif et se diriger vers une fiscalité plus progressive pour assurer davantage de solidarité entre les plus aisés et les plus pauvres.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.