Connu pour son empathie envers les démunis, cet homme élégant, premier radiologue de la ville de Marrakech, était le représentant de l'une des trois grandes familles mauritaniennes qui avaient milité pour un ensemble unifié maroco-mauritanien. Il s'est éteint ce samedi 5 janvier.

Nous apprenons la disparition ce samedi 5 janvier 2019 de Cheikh Horma Ben Babana, médecin radiologue à Marrakech, des suites d'une longue maladie. Le défunt était connu entre autres pour avoir ses prestations gratuites, chaque vendredi, envers les patients démunis. Il avait été auparavant ministre de la Santé et des affaires sociales dans le gouvernement mauritanien, entre 2005 et 2007.

Marocain d'origine mauritanienne, Cheikh Horma était le fils d'une grande figure de l'histoire de la région: Horma Ould Babana, d'origine mauritanienne, qui faisait partie des dizaines de personnalités mauritaniennes qui avaient rallié le Maroc et milité pour un ensemble régional. Les trois plus grandes familles étaient les Horma Bould (ou Ben) Babana, Dey Ould Sidi Baba et Fal Ould Omeir.

Son père, Horma Ould Babana, avait été le premier député mauritanien dans l'Assemblée nationale française. Il avait ensuite démissionné avec fracas et avait rallié le Maroc. Il y avait été invité par le Roi Mohammed V dont il était devenu conseiller diplomatique. Il s'était alors consacré au développement des relations entre le Maroc et les pays africains.

Le défunt Dr cheikh Horma était arrivé à Marrakech au début des années 80. Sur recommandation de Dey Ould Sidi Baba, alors président du parlement marocain, une personnalité de Marrakech l’a pris sous son aile et l’a aidé à s’installer dans la ville en tant que médecin radiologue, le premier dans cette spécialité dans la ville rouge.

“Il avait également installé le premier scanner dans la ville et avant son arrivée, on devait se rendre à Casablanca pour une simple radio“, se rappelle cette personnalité, devenue un ami très proche du défunt.

“C’était un homme élégant pas seulement sur le plan vestimentaire mais dans ses attitudes, il était très rassurant envers ses patients et était connu pour ses actions caritatives“.

Comme son père et son fils Aly, cet homme bon et digne aimait passionnément le Maroc.

En 2005, il rentre en Mauritanie où il est nommé ministre de la Santé et des affaires sociales, poste qu’il a occupé pendant deux ans avant de démissionner et revenir à Marrakech.

Cheikh Horma était également le père de Aly Horma, PDG du Marrakech Grand Prix et ancien banquier d'affaires aux Etats Unis.

Les obsèques ont eu lieu ce samedi après la prière d'Al Asr à Marrakech.

Médias24 présente ses condoléances aux proches et à la famille du défunt et notamment son fils Aly, sa belle-fille Me Zineb Laraqui ainsi que Me Bassamat Fassi Fihri.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Connu pour son empathie envers les démunis, cet homme élégant, premier radiologue de la ville de Marrakech, était le représentant de l'une des trois grandes familles mauritaniennes qui avaient milité pour un ensemble unifié maroco-mauritanien. Il s'est éteint ce samedi 5 janvier.

Nous apprenons la disparition ce samedi 5 janvier 2019 de Cheikh Horma Ben Babana, médecin radiologue à Marrakech, des suites d'une longue maladie. Le défunt était connu entre autres pour avoir ses prestations gratuites, chaque vendredi, envers les patients démunis. Il avait été auparavant ministre de la Santé et des affaires sociales dans le gouvernement mauritanien, entre 2005 et 2007.

Marocain d'origine mauritanienne, Cheikh Horma était le fils d'une grande figure de l'histoire de la région: Horma Ould Babana, d'origine mauritanienne, qui faisait partie des dizaines de personnalités mauritaniennes qui avaient rallié le Maroc et milité pour un ensemble régional. Les trois plus grandes familles étaient les Horma Bould (ou Ben) Babana, Dey Ould Sidi Baba et Fal Ould Omeir.

Son père, Horma Ould Babana, avait été le premier député mauritanien dans l'Assemblée nationale française. Il avait ensuite démissionné avec fracas et avait rallié le Maroc. Il y avait été invité par le Roi Mohammed V dont il était devenu conseiller diplomatique. Il s'était alors consacré au développement des relations entre le Maroc et les pays africains.

Le défunt Dr cheikh Horma était arrivé à Marrakech au début des années 80. Sur recommandation de Dey Ould Sidi Baba, alors président du parlement marocain, une personnalité de Marrakech l’a pris sous son aile et l’a aidé à s’installer dans la ville en tant que médecin radiologue, le premier dans cette spécialité dans la ville rouge.

“Il avait également installé le premier scanner dans la ville et avant son arrivée, on devait se rendre à Casablanca pour une simple radio“, se rappelle cette personnalité, devenue un ami très proche du défunt.

“C’était un homme élégant pas seulement sur le plan vestimentaire mais dans ses attitudes, il était très rassurant envers ses patients et était connu pour ses actions caritatives“.

Comme son père et son fils Aly, cet homme bon et digne aimait passionnément le Maroc.

En 2005, il rentre en Mauritanie où il est nommé ministre de la Santé et des affaires sociales, poste qu’il a occupé pendant deux ans avant de démissionner et revenir à Marrakech.

Cheikh Horma était également le père de Aly Horma, PDG du Marrakech Grand Prix et ancien banquier d'affaires aux Etats Unis.

Les obsèques ont eu lieu ce samedi après la prière d'Al Asr à Marrakech.

Médias24 présente ses condoléances aux proches et à la famille du défunt et notamment son fils Aly, sa belle-fille Me Zineb Laraqui ainsi que Me Bassamat Fassi Fihri.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.