A moins d'une forte augmentation des capitaux propres, les règles prudentielles Solvency II -en cours d'adoption- pousseront les assureurs à réduire leur exposition sur le marché actions. L'impact peut toutefois être contrebalancé par Trois facteurs. Détails.

C'était attendu ; maintenant c'est confirmé par les acteurs du secteur eux-mêmes. Les compagnies d'assurance réduiront progressivement leur exposition sur le marché actions. Non pas forcément en valeur absolue, mais en tout cas en proportion de leurs investissements globaux.

C'est ce qu'ont déclaré Othman El Alamy, secrétaire général de l'Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS), et Bachir Baddou, directeur général de la Fédération marocaine des sociétés d'assurance et de réassurance (FMSAR), qui participaient à la conférence de présentation de la nouvelle feuille de route de la Bourse de Casablanca, tenue le 30 mars.

Plus clairement, les assureurs, considérés comme de gros intervenants sur le marché, investiront moins en Bourse. Mais pas volontairement. C'est l'adoption des règles prudentielles Solvency II qui les poussera à limiter leur présence sur ce compartiment du marché des capitaux.

En effet, le nouveau régime de solvabilité, basé sur les risques (contrepartie, marché, taux, opérationnel...), exige des compagnies d'assurance la constitution de fonds propres importants en contrepartie de leurs investissements en Bourse. D'autant plus qu'elles misent actuellement 45% de leurs portefeuilles en actions, contre... 7% en France par exemple ! L'adoption du nouveau référentiel se traduira donc forcément soit par un renforcement important des capitaux des assureurs, soit par leur désengagement partiel du marché boursier.

>>Lire aussi : Assurances. Comment Solvency II pourra impacter le marché des capitaux

Malgré tout, les professionnels du secteur se veulent rassurants dans un contexte où le marché des capitaux, surtout celui des actions cotées, compte beaucoup sur l'implication de tous les acteurs pour la réussite du processus de dynamisation de la place.

MM. El Alamy et Baddou avancent trois arguments dans ce sens :

  • L'adoption des règles Solvency II se fera de manière progressive, en concertation entre la tutelle et les opérateurs.
  • Le référentiel de solvabilité est en cours de révision à l'international, dans le sens de l'assouplissement, et ce sous la pression des compagnies d'assurance mondiales impactées par les restrictions en matière d'investissement en actions.
  • La baisse progressive de l'exposition des assureurs sur le marché boursier, en proportion de leurs portefeuilles, sera compensée par l'augmentation de l'activité (et donc des besoins en placement financier) induite par un taux de pénétration de l'assurance encore faible au Maroc et l'arrivée de nouvelles couvertures obligatoires : tous risques chantiers, responsabilité civile décennale, multirisques habitation...
Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

A moins d'une forte augmentation des capitaux propres, les règles prudentielles Solvency II -en cours d'adoption- pousseront les assureurs à réduire leur exposition sur le marché actions. L'impact peut toutefois être contrebalancé par Trois facteurs. Détails.

C'était attendu ; maintenant c'est confirmé par les acteurs du secteur eux-mêmes. Les compagnies d'assurance réduiront progressivement leur exposition sur le marché actions. Non pas forcément en valeur absolue, mais en tout cas en proportion de leurs investissements globaux.

C'est ce qu'ont déclaré Othman El Alamy, secrétaire général de l'Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS), et Bachir Baddou, directeur général de la Fédération marocaine des sociétés d'assurance et de réassurance (FMSAR), qui participaient à la conférence de présentation de la nouvelle feuille de route de la Bourse de Casablanca, tenue le 30 mars.

Plus clairement, les assureurs, considérés comme de gros intervenants sur le marché, investiront moins en Bourse. Mais pas volontairement. C'est l'adoption des règles prudentielles Solvency II qui les poussera à limiter leur présence sur ce compartiment du marché des capitaux.

En effet, le nouveau régime de solvabilité, basé sur les risques (contrepartie, marché, taux, opérationnel...), exige des compagnies d'assurance la constitution de fonds propres importants en contrepartie de leurs investissements en Bourse. D'autant plus qu'elles misent actuellement 45% de leurs portefeuilles en actions, contre... 7% en France par exemple ! L'adoption du nouveau référentiel se traduira donc forcément soit par un renforcement important des capitaux des assureurs, soit par leur désengagement partiel du marché boursier.

>>Lire aussi : Assurances. Comment Solvency II pourra impacter le marché des capitaux

Malgré tout, les professionnels du secteur se veulent rassurants dans un contexte où le marché des capitaux, surtout celui des actions cotées, compte beaucoup sur l'implication de tous les acteurs pour la réussite du processus de dynamisation de la place.

MM. El Alamy et Baddou avancent trois arguments dans ce sens :

  • L'adoption des règles Solvency II se fera de manière progressive, en concertation entre la tutelle et les opérateurs.
  • Le référentiel de solvabilité est en cours de révision à l'international, dans le sens de l'assouplissement, et ce sous la pression des compagnies d'assurance mondiales impactées par les restrictions en matière d'investissement en actions.
  • La baisse progressive de l'exposition des assureurs sur le marché boursier, en proportion de leurs portefeuilles, sera compensée par l'augmentation de l'activité (et donc des besoins en placement financier) induite par un taux de pénétration de l'assurance encore faible au Maroc et l'arrivée de nouvelles couvertures obligatoires : tous risques chantiers, responsabilité civile décennale, multirisques habitation...
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.