La Turquie souhaite la fermeture des écoles Gülen au Maroc L'ambassadeur de Turquie au Maroc, Ethem Barkan

Ankara propose ses services à Rabat pour fermer les écoles Gülen dans le cas où le Royaume estime que les institutions gülénistes présentent un danger pour le pays.

En d'autres termes et en langage diplomatique, la Turquie aimerait bien que ces écoles soient fermées.

C’est au cours d’une conférence de presse organisée par l’ambassade de Turquie au Maroc à Rabat ce lundi 1er août que l’ambassadeur turc, Ethem Barkan, a demandé implicitement et diplomatiquement au Royaume de fermer les écoles dites turques, liées  au mouvement Gülen.

Mise à jour : Le Maroc ferme toutes les écoles Gülen dans le Royaume

"C’est un mouvement terroriste très dangereux. Cela s’est confirmé après son implication dans la tentative du coup d’Etat. Plusieurs pays ont fermé les écoles affiliées à Fethullah Gülen comme la Somalie, le Niger, la Guinée Equatoriale, la Biélorussie. Nous sommes prêts à coopérer avec Rabat pour fermer les écoles Gülen présentes au Maroc", a déclaré l’ambassadeur.

Exilé aux Etats-Unis depuis 1999, l’opposant Fethullah Gülen est accusé par les autorités d’Ankara d’être l’instigateur de la tentative du coup d’Etat du 15 juillet en Turquie. Mais bien avant le putsch avorté, l’Etat turc demande depuis décembre 2013, aux pays africains d’interdire les écoles turques.

Si l’ambassadeur n’a pas souhaité donner d’information au sujet des institutions affiliées au mouvement de l’opposant turc, le groupe scolaire "Mohammed Al Fatih", implanté au Maroc depuis 1994, est considéré comme l’un des établissements très proches de la confrérie Gülen.

"Notre groupe scolaire est marocain et n’a aucune liaison politique avec le mouvement Gülen. Mais dans le cursus scolaire, il nous arrive d'incorporer dans le programme des cours de penseurs et intellectuels tels que Fethullah Gülen ou Recep Tayib Erdogan", affirme Ibrahim Aktas, directeur du groupe scolaire.   

Le groupe n’a aucun lien officiel et aucune implication dans l’administration du groupe scolaire. Officieusement, c’est une autre histoire.

L’établissement est présent au Maroc à travers 8 écoles: Trois à Casablanca, une à Fès, Tanger, Tétouan et deux à El Jadida. Il propose un cursus scolaire du primaire au baccalauréat. Au total, ce sont 2.500 étudiants inscrits dans ces établissements dont 2.470 élèves marocains et seulement 30 turcs. La proportion des enseignants marocains est également très élevée, à hauteur de 90% du corps professoral. Les enseignants turcs dispensent généralement les cours scientifique du baccalauréat international en langue anglaise, fait savoir M. Aktas.

Les cours sont enseignés en langue arabe, en français et en anglais. La langue turque est optionnelle. Le contenu du cursus est axé sur l’apprentissage des nouvelles technologies et les matières scientifiques. Les frais d’inscription varient quant à eux entre "1.500 et 3.000 DH mensuels, selon la ville et le cursus".

 Pour rappel, Fethullah Gülen promeut un islam modéré, inscrit dans la tradition soufie, dont le principal credo est l’ouverture d’écoles au lieu de mosquées. 

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
La Turquie souhaite la fermeture des écoles Gülen au Maroc L'ambassadeur de Turquie au Maroc, Ethem Barkan

Ankara propose ses services à Rabat pour fermer les écoles Gülen dans le cas où le Royaume estime que les institutions gülénistes présentent un danger pour le pays. 

En d'autres termes et en langage diplomatique, la Turquie aimerait bien que ces écoles soient fermées.

C’est au cours d’une conférence de presse organisée par l’ambassade de Turquie au Maroc à Rabat ce lundi 1er août que l’ambassadeur turc, Ethem Barkan, a demandé implicitement et diplomatiquement au Royaume de fermer les écoles dites turques, liées  au mouvement Gülen.

Mise à jour : Le Maroc ferme toutes les écoles Gülen dans le Royaume

"C’est un mouvement terroriste très dangereux. Cela s’est confirmé après son implication dans la tentative du coup d’Etat. Plusieurs pays ont fermé les écoles affiliées à Fethullah Gülen comme la Somalie, le Niger, la Guinée Equatoriale, la Biélorussie. Nous sommes prêts à coopérer avec Rabat pour fermer les écoles Gülen présentes au Maroc", a déclaré l’ambassadeur.

Exilé aux Etats-Unis depuis 1999, l’opposant Fethullah Gülen est accusé par les autorités d’Ankara d’être l’instigateur de la tentative du coup d’Etat du 15 juillet en Turquie. Mais bien avant le putsch avorté, l’Etat turc demande depuis décembre 2013, aux pays africains d’interdire les écoles turques.

Si l’ambassadeur n’a pas souhaité donner d’information au sujet des institutions affiliées au mouvement de l’opposant turc, le groupe scolaire "Mohammed Al Fatih", implanté au Maroc depuis 1994, est considéré comme l’un des établissements très proches de la confrérie Gülen.

"Notre groupe scolaire est marocain et n’a aucune liaison politique avec le mouvement Gülen. Mais dans le cursus scolaire, il nous arrive d'incorporer dans le programme des cours de penseurs et intellectuels tels que Fethullah Gülen ou Recep Tayib Erdogan", affirme Ibrahim Aktas, directeur du groupe scolaire.   

Le groupe n’a aucun lien officiel et aucune implication dans l’administration du groupe scolaire. Officieusement, c’est une autre histoire.

L’établissement est présent au Maroc à travers 8 écoles: Trois à Casablanca, une à Fès, Tanger, Tétouan et deux à El Jadida. Il propose un cursus scolaire du primaire au baccalauréat. Au total, ce sont 2.500 étudiants inscrits dans ces établissements dont 2.470 élèves marocains et seulement 30 turcs. La proportion des enseignants marocains est également très élevée, à hauteur de 90% du corps professoral. Les enseignants turcs dispensent généralement les cours scientifique du baccalauréat international en langue anglaise, fait savoir M. Aktas.

Les cours sont enseignés en langue arabe, en français et en anglais. La langue turque est optionnelle. Le contenu du cursus est axé sur l’apprentissage des nouvelles technologies et les matières scientifiques. Les frais d’inscription varient quant à eux entre "1.500 et 3.000 DH mensuels, selon la ville et le cursus".

 Pour rappel, Fethullah Gülen promeut un islam modéré, inscrit dans la tradition soufie, dont le principal credo est l’ouverture d’écoles au lieu de mosquées. 

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.