Un haut responsable russe au Maroc pour développer le dialogue bilatéral sur la sécurité

L’incident diplomatique dans les relations maroco-russes est probablement dépassé. Le secrétaire du Conseil de sécurité de la Russie effectue une visite de travail de deux jours dans le Royaume.

Nikolai Patrouchev, secrétaire du Conseil de sécurité russe, effectue jeudi et vendredi une visite au Maroc, annoncent les services de ce conseil, cités par des médias russes.

L’objectif de la visite est de mener des “consultations de sécurité, dans le cadre du dialogue bilatéral“. Il s'agit de consultations pour développer le dialogue bilatéral de sécurité, sans autre précision.

Les deux pays sont liés depuis 2002 par un accord de partenariat stratégique. Mais c’est surtout depuis la visite du Roi Mohammed VI en mars 2016 que les relations semblent promises à un tournant.
Sur le plan économique, la Russie représente près de 15%des exportations agro-alimentaires du Maroc. Le volume des échanges devrait atteindre 3 milliards de dollars en 2016. Le Maroc espère attirer davantage de touristes russes.
Sur le plan militaire, les relations restent modestes. Des sources russes ont cependant indiqué récemment que la Russie espère vendre des avions et assembler des camions au Maroc.
Sur la question du Sahara, et à l’issue de la visite du Roi Mohammed VI, la Russie avait affirmé “tenir dûment compte de la position du Maroc“. Fin avril, à la réunion annuelle du Conseil de sécurité de l’ONU, la Russie s’était abstenue alors que le Maroc aurait souhaité une position directement en sa faveur. A l’époque, ce vote avait été interprété comme une volonté des Russes de tester la bonne volonté marocaine dans la construction d’une relation stratégique solide et à long terme.
Début décembre, un incident est venu passagèrement voiler les relations bilatérales. Les déclarations de Benkirane au sujet de la “volonté russe de détruire la Syrie“ ont été mal prises par la partie russe, car il s’agit du chef du gouvernement. Médias24 est en mesure de révéler que la protestation russe a pris la forme d’une note verbale et pas d’un simple coup de fil ou d’une discussion bilatérale. Suite à cela, la partie russe a demandé à rencontrer le chef de la diplomatie marocaine. Aujourd’hui, la page semble tournée.

Par contre, avec un autre pays, la Colombie, les propos de Benkirane n'ont à ce jour, pas été complètement dépassés. Selon des sources sûres, le Maroc avait réussi à établir d'excellentes relations avec ce pays, mais ces relations sont devenues "froides et distantes" depuis les déclarations du chef de gouvernement au Parlement en avril dernier, où la Colombie selon lesquelles le Maroc "ne doit pas devenir un pays de bandes criminelles liées au trafic de la drogue, comme en Colombie".

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
Un haut responsable russe au Maroc pour développer le dialogue bilatéral sur la sécurité

L’incident diplomatique dans les relations maroco-russes est probablement dépassé. Le secrétaire du Conseil de sécurité de la Russie effectue une visite de travail de deux jours dans le Royaume.

 

Nikolai Patrouchev, secrétaire du Conseil de sécurité russe, effectue jeudi et vendredi une visite au Maroc, annoncent les services de ce conseil, cités par des médias russes.

L’objectif de la visite est de mener des “consultations de sécurité, dans le cadre du dialogue bilatéral“. Il s'agit de consultations pour développer le dialogue bilatéral de sécurité, sans autre précision.

Les deux pays sont liés depuis 2002 par un accord de partenariat stratégique. Mais c’est surtout depuis la visite du Roi Mohammed VI en mars 2016 que les relations semblent promises à un tournant.
Sur le plan économique, la Russie représente près de 15%des exportations agro-alimentaires du Maroc. Le volume des échanges devrait atteindre 3 milliards de dollars en 2016. Le Maroc espère attirer davantage de touristes russes.
Sur le plan militaire, les relations restent modestes. Des sources russes ont cependant indiqué récemment que la Russie espère vendre des avions et assembler des camions au Maroc.
Sur la question du Sahara, et à l’issue de la visite du Roi Mohammed VI, la Russie avait affirmé “tenir dûment compte de la position du Maroc“. Fin avril, à la réunion annuelle du Conseil de sécurité de l’ONU, la Russie s’était abstenue alors que le Maroc aurait souhaité une position directement en sa faveur. A l’époque, ce vote avait été interprété comme une volonté des Russes de tester la bonne volonté marocaine dans la construction d’une relation stratégique solide et à long terme.
Début décembre, un incident est venu passagèrement voiler les relations bilatérales. Les déclarations de Benkirane au sujet de la “volonté russe de détruire la Syrie“ ont été mal prises par la partie russe, car il s’agit du chef du gouvernement. Médias24 est en mesure de révéler que la protestation russe a pris la forme d’une note verbale et pas d’un simple coup de fil ou d’une discussion bilatérale. Suite à cela, la partie russe a demandé à rencontrer le chef de la diplomatie marocaine. Aujourd’hui, la page semble tournée.

Par contre, avec un autre pays, la Colombie, les propos de Benkirane n'ont à ce jour, pas été complètement dépassés. Selon des sources sûres, le Maroc avait réussi à établir d'excellentes relations avec ce pays, mais ces relations sont devenues "froides et distantes" depuis les déclarations du chef de gouvernement au Parlement en avril dernier, où la Colombie selon lesquelles le Maroc "ne doit pas devenir un pays de bandes criminelles liées au trafic de la drogue, comme en Colombie".

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.