Lors d'une réunion extraordinaire des Commissions parlementaires des Affaires étrangères, tenue ce dimanche 1er avril, le ministre des Affaires étrangères a passé en revue les dangereux développements que connaît la zone-tampon. Il a averti que les agissements du "polisario", à l'est du mur, constituent des développements "gravissimes" et une violation des accords militaires conclus sous l'égide de l'ONU.

Le Maroc ne va jamais permettre aucun changement du statut juridique et historique de la zone tampon de Guerguarate qui fait partie intégrante du territoire national, a averti, ce dimanche à Rabat, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita.

La réaction des Nations unies aux provocations du polisario dans la région de Guerguarate n'était pas suffisamment ferme pour dissuader les séparatistes, a indiqué M. Bourita dans une déclaration à la presse à l'issue de la réunion conjointe des commissions des affaires étrangères et de la défense nationale à la Chambre des représentants et à la Chambre des conseillers.

Cette réunion s'est tenue en présence du ministre de l'Intérieur et du ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, pour examiner les derniers développements de la question de l'intégrité territoriale du Royaume.

M. Bourita a souligné que le Royaume va agir avec fermeté vis-à-vis des provocations du polisario dans la région de Guerguarate et ne va jamais permettre aucun changement du statut de cette zone qui fait partie intégrante du territoire national et qui a toujours connu une présence marocaine jusqu'à 1991.

Le Maroc s'est retiré de cette zone dans l'unique but de permettre à l'ONU de gérer le cessez-le-feu, a fait observer le ministre, notant que les Nations unies et les grandes puissances doivent assumer leurs responsabilités et que le Royaume se réserve le droit de défendre cette partie de son territoire national.

Le ministre, a en outre, ajouté que la réunion d'aujourd'hui, qui s'est tenue à l'initiative du gouvernement, vise à informer les membres des deux Chambres du Parlement des développements dangereux que connaît la zone tampon, située à l'est du dispositif défensif du Royaume.

Le Maroc, grâce à la vision et aux initiatives du Roi Mohammed VI, a réalisé durant ces dernières années nombre d'acquis, aussi bien sur le plan africain qu'au niveau onusien et international, a-t-il assuré, notant qu'en même temps, la situation qui prévaut dans certains pays de la région ainsi qu'au sein du groupe séparatiste a favorisé certaines provocations dans la région de Guerguarate.

M. Bourita a en outre mis en garde que le groupe séparatiste est allé encore plus loin dans ses provocations avec l'enregistrement de certains agissements dangereux dans la région de Tifariti et Bir Lahlou, qui visent à changer le statut juridique et historique de cette zone.

Le Maroc juge inacceptable de tels agissements et va entreprendre des actions diplomatiques qui ne s'inscrivent nullement dans une démarche d'apaisement ou dans le cadre de la gestion ordinaire de la situation, mais pour attirer l'attention sur le caractère dangereux de ces actions qui constituent une violation du cessez-le-feu, menacent la stabilité régionale et qui risquent de précipiter la région vers l'inconnu.

Cette position marocaine, exprimée au cours d'une réunion extraordinaire des deux commissions parlementaires, ressemble à un dernier avertissement avant une action concrète sur le terrain. La prochaine étape sera une réaction diplomatique très ferme. Et l'étape suivante sera-t-elle une action militaire? La présence du polisario dans ces zones est illégale au regard des termes de l'accord onusien de cessez-le-feu.

Le polisario a multiplié les provocations dans la zone de Guergarate, dans l'objectif de devenir une menace à l'égard des échanges commerciaux et humains, pour couper le Maroc de son prolongement africain.

A Tifariti et Bir Lahlou, situées à l'est du mur de défense, le mouvement séparatiste a annoncé une présence militaire permanente ainsi qu'une prochaine implantation de son "ministère de la défense".

Ces différents agissements interviennent après la multiplication des succès diplomatiques marocains.

Bourita: "Des développements gravissimes"

Nasser Bourita, a qualifié de "développements gravissimes" les multiples provocations des éléments du polisario à l'est du dispositif de défense du Sahara marocain. Dans un point de presse dimanche à Rabat suite à la réunion conjointe des commissions parlementaires des AE, M. Bourita a indiqué que "depuis un certain temps, il y a eu une multiplication des provocations et d'éléments de chantage à l'égard de la Minurso, des déploiements militaires et des annonces médiatiques qui visent toutes à altérer le statut juridique et historique de la zone à l’est du dispositif de défense, et notamment à Bir Lahlou et Tifariti".

"Ces développements graves constituent une violation directe des accords militaires, un défi et une menace au cessez-le-feu et compromettent sérieusement la stabilité régionale", a souligné le ministre.

Vente aux enchères
Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Lors d'une réunion extraordinaire des Commissions parlementaires des Affaires étrangères, tenue ce dimanche 1er avril, le ministre des Affaires étrangères a passé en revue les dangereux développements que connaît la zone-tampon. Il a averti que les agissements du "polisario", à l'est du mur, constituent des développements "gravissimes" et une violation des accords militaires conclus sous l'égide de l'ONU.

Le Maroc ne va jamais permettre aucun changement du statut juridique et historique de la zone tampon de Guerguarate qui fait partie intégrante du territoire national, a averti, ce dimanche à Rabat, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita.

La réaction des Nations unies aux provocations du polisario dans la région de Guerguarate n'était pas suffisamment ferme pour dissuader les séparatistes, a indiqué M. Bourita dans une déclaration à la presse à l'issue de la réunion conjointe des commissions des affaires étrangères et de la défense nationale à la Chambre des représentants et à la Chambre des conseillers.

Cette réunion s'est tenue en présence du ministre de l'Intérieur et du ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, pour examiner les derniers développements de la question de l'intégrité territoriale du Royaume.

M. Bourita a souligné que le Royaume va agir avec fermeté vis-à-vis des provocations du polisario dans la région de Guerguarate et ne va jamais permettre aucun changement du statut de cette zone qui fait partie intégrante du territoire national et qui a toujours connu une présence marocaine jusqu'à 1991.

Le Maroc s'est retiré de cette zone dans l'unique but de permettre à l'ONU de gérer le cessez-le-feu, a fait observer le ministre, notant que les Nations unies et les grandes puissances doivent assumer leurs responsabilités et que le Royaume se réserve le droit de défendre cette partie de son territoire national.

Le ministre, a en outre, ajouté que la réunion d'aujourd'hui, qui s'est tenue à l'initiative du gouvernement, vise à informer les membres des deux Chambres du Parlement des développements dangereux que connaît la zone tampon, située à l'est du dispositif défensif du Royaume.

Le Maroc, grâce à la vision et aux initiatives du Roi Mohammed VI, a réalisé durant ces dernières années nombre d'acquis, aussi bien sur le plan africain qu'au niveau onusien et international, a-t-il assuré, notant qu'en même temps, la situation qui prévaut dans certains pays de la région ainsi qu'au sein du groupe séparatiste a favorisé certaines provocations dans la région de Guerguarate.

M. Bourita a en outre mis en garde que le groupe séparatiste est allé encore plus loin dans ses provocations avec l'enregistrement de certains agissements dangereux dans la région de Tifariti et Bir Lahlou, qui visent à changer le statut juridique et historique de cette zone.

Le Maroc juge inacceptable de tels agissements et va entreprendre des actions diplomatiques qui ne s'inscrivent nullement dans une démarche d'apaisement ou dans le cadre de la gestion ordinaire de la situation, mais pour attirer l'attention sur le caractère dangereux de ces actions qui constituent une violation du cessez-le-feu, menacent la stabilité régionale et qui risquent de précipiter la région vers l'inconnu.

Cette position marocaine, exprimée au cours d'une réunion extraordinaire des deux commissions parlementaires, ressemble à un dernier avertissement avant une action concrète sur le terrain. La prochaine étape sera une réaction diplomatique très ferme. Et l'étape suivante sera-t-elle une action militaire? La présence du polisario dans ces zones est illégale au regard des termes de l'accord onusien de cessez-le-feu.

Le polisario a multiplié les provocations dans la zone de Guergarate, dans l'objectif de devenir une menace à l'égard des échanges commerciaux et humains, pour couper le Maroc de son prolongement africain.

A Tifariti et Bir Lahlou, situées à l'est du mur de défense, le mouvement séparatiste a annoncé une présence militaire permanente ainsi qu'une prochaine implantation de son "ministère de la défense".

Ces différents agissements interviennent après la multiplication des succès diplomatiques marocains.

Bourita: "Des développements gravissimes"

Nasser Bourita, a qualifié de "développements gravissimes" les multiples provocations des éléments du polisario à l'est du dispositif de défense du Sahara marocain. Dans un point de presse dimanche à Rabat suite à la réunion conjointe des commissions parlementaires des AE, M. Bourita a indiqué que "depuis un certain temps, il y a eu une multiplication des provocations et d'éléments de chantage à l'égard de la Minurso, des déploiements militaires et des annonces médiatiques qui visent toutes à altérer le statut juridique et historique de la zone à l’est du dispositif de défense, et notamment à Bir Lahlou et Tifariti".

"Ces développements graves constituent une violation directe des accords militaires, un défi et une menace au cessez-le-feu et compromettent sérieusement la stabilité régionale", a souligné le ministre.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.