Benkirane va reprendre les consultations avec tous les partis

Les tractations pour la constitution du nouveau gouvernement reprennent en ce début de semaine, annonce le PJD. Elles ont été débloquées par une intervention du Roi Mohammed VI. Retour à la case départ ou rapide déblocage? Dans des délais très brefs, on y verra plus clair.

Au cours du mois de janvier, le Maroc aura enfin un nouveau gouvernement. A ce stade, c’est tout ce que l’on peut dire. Il pourrait être dirigé par Benkirane. Il pourrait être dirigé par une autre personnalité si ce dernier échoue à constituer une coalition.

Ceci est la seule lecture possible des derniers développements. Benkirane ne montre rien de ses intentions. Et s’il n'accomplit pas sa mission dans un délai raisonnable, il est peu probable que le Chef de l’Etat intervienne auprès de lui une seconde fois.

Après l’entrevue avec les deux conseillers du Roi, Abdelilah Benkirane a contacté Aziz Akhannouch (RNI) et ils ont convenu d’une rencontre pour ce début de semaine.

Dans la même journée, le sujet a fait l’objet d’une discussion au cours d’une réunion “ordinaire“ du secrétariat général, tient à préciser un communiqué du PJD.

Cette réunion a “donné le feu vert“ au Chef de gouvernement pour entamer un second round de discussions, ajoute le communiqué. Tout le reste du communiqué consiste en des généralités, qui peuvent être comprises de toutes les manières possibles et qui laissent à la fois la porte ouverte au compromis et en même temps à la persistance du blocage:

-le PJD respectera le discours de Dakar et le choix populaire,  

-Benkirane va sonder les partis politiques sur leurs intentions et leur décision finale concernant leur participation,

-la coalition sera construite autour d’un programme visant l’intérêt du Maroc et d’une charte signée par ses composantes.

On y verra plus clair à l’issue des premiers entretiens et des premières déclarations.

La question de la présence de l’Istiqlal reste centrale. Le RNI s’y oppose, sans que l’on sache si c’est l’Istiqlal en tant que parti ou Chabat en tant que personne qui est persona non grata aux yeux de ce parti. La raison qui a été avancée par le RNI est la sortie de l’Istiqlal de la coalition gouvernementale en 2013 et les échanges très virulents entre les deux leaders du PI et du PJD, comme le montre cette vidéo bloquée sur youtube et qui vient de resurgir sur une autre plateforme:

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
Benkirane va reprendre les consultations avec tous les partis

Les tractations pour la constitution du nouveau gouvernement reprennent en ce début de semaine, annonce le PJD. Elles ont été débloquées par une intervention du Roi Mohammed VI. Retour à la case départ ou rapide déblocage? Dans des délais très brefs, on y verra plus clair.

Au cours du mois de janvier, le Maroc aura enfin un nouveau gouvernement. A ce stade, c’est tout ce que l’on peut dire. Il pourrait être dirigé par Benkirane. Il pourrait être dirigé par une autre personnalité si ce dernier échoue à constituer une coalition.

Ceci est la seule lecture possible des derniers développements. Benkirane ne montre rien de ses intentions. Et s’il n'accomplit pas sa mission dans un délai raisonnable, il est peu probable que le Chef de l’Etat intervienne auprès de lui une seconde fois.

Après l’entrevue avec les deux conseillers du Roi, Abdelilah Benkirane a contacté Aziz Akhannouch (RNI) et ils ont convenu d’une rencontre pour ce début de semaine.

Dans la même journée, le sujet a fait l’objet d’une discussion au cours d’une réunion “ordinaire“ du secrétariat général, tient à préciser un communiqué du PJD.

Cette réunion a “donné le feu vert“ au Chef de gouvernement pour entamer un second round de discussions, ajoute le communiqué. Tout le reste du communiqué consiste en des généralités, qui peuvent être comprises de toutes les manières possibles et qui laissent à la fois la porte ouverte au compromis et en même temps à la persistance du blocage:

-le PJD respectera le discours de Dakar et le choix populaire,  

-Benkirane va sonder les partis politiques sur leurs intentions et leur décision finale concernant leur participation,

-la coalition sera construite autour d’un programme visant l’intérêt du Maroc et d’une charte signée par ses composantes.

On y verra plus clair à l’issue des premiers entretiens et des premières déclarations.

La question de la présence de l’Istiqlal reste centrale. Le RNI s’y oppose, sans que l’on sache si c’est l’Istiqlal en tant que parti ou Chabat en tant que personne qui est persona non grata aux yeux de ce parti. La raison qui a été avancée par le RNI est la sortie de l’Istiqlal de la coalition gouvernementale en 2013 et les échanges très virulents entre les deux leaders du PI et du PJD, comme le montre cette vidéo bloquée sur youtube et qui vient de resurgir sur une autre plateforme:

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.