La polémique entre Rachid Niny, éditeur du quotidien Al Akhbar, et le secrétaire général de l'Istiqlal Hamid Chabat, a pris ce lundi 30 janvier, une tournure qui pourrait être lourde de conséquences, pour l'un ou l'autre des deux protagonistes.

Le directeur de la publication du quotidien arabophone Al Akhbar a publié, dans son journal de ce lundi 30 janvier, une liste présentée comme celle des avoirs et des biens de la famille Chabat, accumulés entre 2008 et 2016. Selon des témoins oculaires, le quotidien en question est même épuisé dans les kiosques de la ville de Fès, fief de Chabat.

C’est ce lundi 30 janvier que le procès opposant Rachid Niny, directeur de publication du quotidien Al Akhbar, et le parti de l’Istiqlal devait s'ouvrir. Le parti accusait le chroniqueur d’avoir insulté le secrétaire général du parti, Hamid Chabat, et que son texte, paru le 5 décembre dernier, était basé sur de la calomnie et de la diffamation. L’éditorialiste, et rédacteur de la fameuse chronique "Chouf Tchouf", a ouvert les hostilités avant même d’arriver au tribunal.

Dans sa chronique, du numéro 1292 daté du 30 janvier 2017, Rachid Niny a publié ce qu’il appelle "un inventaire préliminaire" des avoirs et des biens du secrétaire général du parti de la balance et de sa famille. Le chroniqueur rappelle le conflit qu’il y avait entre Abdelilah Benkirane et Hamid Chabat, depuis que ce dernier a quitté la majorité gouvernementale en 2013.

Le chef du gouvernement avait ouvertement qualifié Chabat de "Fou de Fès", avant de s'interroger sur l’origine sa fortune. "Nous, de notre côté, nous posons des questions et il devrait répondre. Comment est-il devenu milliardaire? Pourquoi a-t-il pris cet argent? Et il en a fait quoi?", se demandait Benkirane, selon Niny.

Le journal Al Akhbar publie une liste fournie des actifs de la famille Chabat. Chaque actif est accompagné de l’adresse et du numéro d’enregistrement à la conservation foncière. Le secrétaire général du PI est accusé d'avoir inscrit ses biens au nom de son épouse et de ses enfants. Dans certains cas, il s'agit de transfert de biens postérieurs aux élections du 7 octobre: le 11 octobre 2016, il a, selon cette source, mis au nom de ses deux filles, Nidal et Rim, 9 appartements d’une superficie comprise entre 103 et 303 m², ainsi que deux commerces dont les superficies se situent entre 25 et 39 m². Tous les biens se trouvent à "Bab Al Atlas" dans le quartier Bensouda à Fès.

Le seul bien qui est resté à son nom, selon Chabat, c’est une maison dans le quartier Bensouda d’une superficie de 121 m² qu’il détient depuis mai 2010. Mais en réalité, le secrétaire général de l’Istiqlal est propriétaire, d'après le quotidien, de deux immeubles de trois étages chacun: l’un dans le quartier Al Qods, et l’autre Al Merja. Il a dans ses actifs, deux fermes de 2 et 22 hectares dans la commune de Khrabcha à Moulay Yaacoub et l’autre à Sidi Khyar, région d'Imouzar.

En plus, d’une salle des fêtes, sur la route d'Ain Chkaf, il est propriétaire, toujours selon Al Akhbar, de deux commerces sur l’avenue Oued Al Makhazin dans le quartier Narjiss et d’un troisème immeuble à Bensouda.

Sa femme, Fatima Tarek, est également citée, en tant que propriétaire d’une ferme d’une superficie de 208 hectares, située dans la région d'Oulad Jamâa dans la province de Tissa à Taounat. Deux appartements dans la commune de Zouagha et une maison qu’elle loue à une association et une section du parti de l’Istiqlal à Fès, sont inscrits au nom de Madame Chabat, affirme le journal.

Et ce n’est pas tout, selon l'auteur, les avoirs de la femme de Chabat sont constitués aussi de 7 appartements éparpillés à Fès, d’une superficie entre 68 et 88 m² et d’un sous-sol de 128 m².

Les biens Chabat, selon cette liste, s’étendent même dans d’autres villes. Fatima Tarek détient, à en croire le journal, un terrain de 1200 m² à Salé, depuis 2014, une villa de 500 m² et de deux terrains nus de 291 m² et de 307 m² à Meknès. Chabat a aussi, selon le quotidien arabophone, mis au nom de sa femme et son grand fils Naoufel, devenu parlementaire lui aussi, 8 terrains agricoles, enregistrés tous le même jour, le 15 juillet 2008.

Son fils Naoufel a ainsi reçu, selon la même source, un café dans le quartier Al Qods à Bensouda, deux villas, l’une dans les Jardins d’El Badïe et l‘autre à proximité de l’aéroport de Fès, deux terrains équipés de 500 m² chacun, trois autres de 92 m², 262 m² et 324 m² et enfin un appartement de 105 m² à Tanger.

L’autre fils qui se prénomme Nabil a eu droit à une villa à Moulay Yaacoub, une ferme de 14 hectares vers Sefrou et une maison de 208m2. Yassine de son côté, a reçu une villa, un hangar de 998 m²dans le quartier industriel de Bensouda et un appartement de 201 m²sur la route de Sefrou. La sœur Nidal a eu droit à une villa à Fès, et deux appartements de 81 m² et 65 m².

Le journal accuse Chabat d'avoir accumulé ces biens entre 2008 et 2016 et promet d'autres révélations.

Nous publierons les réactions de M. Chabat dès que possible. 

Le 31 décembre 2016, lors d'un discours devant la session extraordinaire du conseil national (parlement) de l'Istiqlal, Hamid Chabat avait fermement soutenu ne rien avoir comme biens, "à part ma maison, et si vous trouvez autre chose, prenez-le". Il a mis au défi ses adversaires de comparer toutes ses déclarations de patrimoine à la Cour des comptes (vidéo ci-dessous, à partir de 54'00).

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

La polémique entre Rachid Niny, éditeur du quotidien Al Akhbar, et le secrétaire général de l'Istiqlal Hamid Chabat, a pris ce lundi 30 janvier, une tournure qui pourrait être lourde de conséquences, pour l'un ou l'autre des deux protagonistes. 

Le directeur de la publication du quotidien arabophone Al Akhbar a publié, dans son journal de ce lundi 30 janvier, une liste présentée comme celle des avoirs et des biens de la famille Chabat, accumulés entre 2008 et 2016. Selon des témoins oculaires, le quotidien en question est même épuisé dans les kiosques de la ville de Fès, fief de Chabat.

C’est ce lundi 30 janvier que le procès opposant Rachid Niny, directeur de publication du quotidien Al Akhbar, et le parti de l’Istiqlal devait s'ouvrir. Le parti accusait le chroniqueur d’avoir insulté le secrétaire général du parti, Hamid Chabat, et que son texte, paru le 5 décembre dernier, était basé sur de la calomnie et de la diffamation. L’éditorialiste, et rédacteur de la fameuse chronique "Chouf Tchouf", a ouvert les hostilités avant même d’arriver au tribunal.

Dans sa chronique, du numéro 1292 daté du 30 janvier 2017, Rachid Niny a publié ce qu’il appelle "un inventaire préliminaire" des avoirs et des biens du secrétaire général du parti de la balance et de sa famille. Le chroniqueur rappelle le conflit qu’il y avait entre Abdelilah Benkirane et Hamid Chabat, depuis que ce dernier a quitté la majorité gouvernementale en 2013.

Le chef du gouvernement avait ouvertement qualifié Chabat de "Fou de Fès", avant de s'interroger sur l’origine sa fortune. "Nous, de notre côté, nous posons des questions et il devrait répondre. Comment est-il devenu milliardaire? Pourquoi a-t-il pris cet argent? Et il en a fait quoi?", se demandait Benkirane, selon Niny.

Le journal Al Akhbar publie une liste fournie des actifs de la famille Chabat. Chaque actif est accompagné de l’adresse et du numéro d’enregistrement à la conservation foncière. Le secrétaire général du PI est accusé d'avoir inscrit ses biens au nom de son épouse et de ses enfants. Dans certains cas, il s'agit de transfert de biens postérieurs aux élections du 7 octobre: le 11 octobre 2016, il a, selon cette source, mis au nom de ses deux filles, Nidal et Rim, 9 appartements d’une superficie comprise entre 103 et 303 m², ainsi que deux commerces dont les superficies se situent entre 25 et 39 m². Tous les biens se trouvent à "Bab Al Atlas" dans le quartier Bensouda à Fès.

Le seul bien qui est resté à son nom, selon Chabat, c’est une maison dans le quartier Bensouda d’une superficie de 121 m² qu’il détient depuis mai 2010. Mais en réalité, le secrétaire général de l’Istiqlal est propriétaire, d'après le quotidien, de deux immeubles de trois étages chacun: l’un dans le quartier Al Qods, et l’autre Al Merja. Il a dans ses actifs, deux fermes de 2 et 22 hectares dans la commune de Khrabcha à Moulay Yaacoub et l’autre à Sidi Khyar, région d'Imouzar.

En plus, d’une salle des fêtes, sur la route d'Ain Chkaf, il est propriétaire, toujours selon Al Akhbar, de deux commerces sur l’avenue Oued Al Makhazin dans le quartier Narjiss et d’un troisème immeuble à Bensouda.

Sa femme, Fatima Tarek, est également citée, en tant que propriétaire d’une ferme d’une superficie de 208 hectares, située dans la région d'Oulad Jamâa dans la province de Tissa à Taounat. Deux appartements dans la commune de Zouagha et une maison qu’elle loue à une association et une section du parti de l’Istiqlal à Fès, sont inscrits au nom de Madame Chabat, affirme le journal.

Et ce n’est pas tout, selon l'auteur, les avoirs de la femme de Chabat sont constitués aussi de 7 appartements éparpillés à Fès, d’une superficie entre 68 et 88 m² et d’un sous-sol de 128 m².

Les biens Chabat, selon cette liste, s’étendent même dans d’autres villes. Fatima Tarek détient, à en croire le journal, un terrain de 1200 m² à Salé, depuis 2014, une villa de 500 m² et de deux terrains nus de 291 m² et de 307 m² à Meknès. Chabat a aussi, selon le quotidien arabophone, mis au nom de sa femme et son grand fils Naoufel, devenu parlementaire lui aussi, 8 terrains agricoles, enregistrés tous le même jour, le 15 juillet 2008.

Son fils Naoufel a ainsi reçu, selon la même source, un café dans le quartier Al Qods à Bensouda, deux villas, l’une dans les Jardins d’El Badïe et l‘autre à proximité de l’aéroport de Fès, deux terrains équipés de 500 m² chacun, trois autres de 92 m², 262 m² et 324 m² et enfin un appartement de 105 m² à Tanger.

L’autre fils qui se prénomme Nabil a eu droit à une villa à Moulay Yaacoub, une ferme de 14 hectares vers Sefrou et une maison de 208m2. Yassine de son côté, a reçu une villa, un hangar de 998 m²dans le quartier industriel de Bensouda et un appartement de 201 m²sur la route de Sefrou. La sœur Nidal a eu droit à une villa à Fès, et deux appartements de 81 m² et 65 m².

Le journal accuse Chabat d'avoir accumulé ces biens entre 2008 et 2016 et promet d'autres révélations.

Nous publierons les réactions de M. Chabat dès que possible. 

Le 31 décembre 2016, lors d'un discours devant la session extraordinaire du conseil national (parlement) de l'Istiqlal, Hamid Chabat avait fermement soutenu ne rien avoir comme biens, "à part ma maison, et si vous trouvez autre chose, prenez-le". Il a mis au défi ses adversaires de comparer toutes ses déclarations de patrimoine à la Cour des comptes (vidéo ci-dessous, à partir de 54'00).

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.