Le projet de loi organique sur la grève revient sur le devant de la scène politique. Mohamed Yatim, ministre de l’Emploi et de l’insertion professionnelle, a sollicité les centrales syndicales de soumettre leurs propositions. Ce qui n’enchante guère les syndicalistes…

"C’est une erreur du gouvernement que de soumettre cette loi au Parlement avant même de recueillir les propositions des syndicats", fustige Abdelkader Zaïr, SG adjoint de la CDT.

Aux yeux du syndicaliste, la mouture actuelle du texte de loi est très favorable au patronat, au détriment des salariés. "Sous sa forme actuelle, la loi organique tend davantage à museler les libertés syndicales".

Si le droit à la grève est garanti par la Constitution, son application dépend des dispositions de la loi organique, en dehors desquelles tout appel à la grève est considéré comme illégal.

L’employeur, ainsi que les bureaux syndicaux n’ont pas le droit d’interdire une grève ou de tenter de dissuader les salariés. De même, l’employeur ne peut recourir à des employés n’ayant aucune relation avec l’entreprise.

Toutefois, au titre des principaux griefs suscitant l’ire des syndicalistes, figure notamment la possibilité de remplacer les salariés grévistes afin d’assurer une continuité de service, spécialement dans des secteurs jugés vitaux – principalement le transport, l’assainissement, l’eau et l’électricité.

"C’est une instrumentalisation des travailleurs par l’Etat, qui oblige les grévistes à travailler", reproche Abdelkader Zaïr de la CDT. Préparant leur "contre-attaque", la centrale syndicale a constitué une commission qui livrera ses recommandations sous un délai de deux semaines.

Après des années de blocage, le projet de loi organique encadrant le droit de grève ne semble pas pour autant suivre la voie d’une adoption rapide. "Nous sommes ouverts au dialogue, mais cette loi ne passera qu’à condition de trouver un consensus", avertit le SG adjoint de la CDT.

Lire aussi: 

Les dispositions phares du projet de loi organique sur la grève

Le projet de loi organique sur la grève va être discuté avec le patronat et les syndicats

Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le projet de loi organique sur la grève revient sur le devant de la scène politique. Mohamed Yatim, ministre de l’Emploi et de l’insertion professionnelle, a sollicité les centrales syndicales de soumettre leurs propositions. Ce qui n’enchante guère les syndicalistes…

"C’est une erreur du gouvernement que de soumettre cette loi au Parlement avant même de recueillir les propositions des syndicats", fustige Abdelkader Zaïr, SG adjoint de la CDT.

Aux yeux du syndicaliste, la mouture actuelle du texte de loi est très favorable au patronat, au détriment des salariés. "Sous sa forme actuelle, la loi organique tend davantage à museler les libertés syndicales".

Si le droit à la grève est garanti par la Constitution, son application dépend des dispositions de la loi organique, en dehors desquelles tout appel à la grève est considéré comme illégal.

L’employeur, ainsi que les bureaux syndicaux n’ont pas le droit d’interdire une grève ou de tenter de dissuader les salariés. De même, l’employeur ne peut recourir à des employés n’ayant aucune relation avec l’entreprise.

Toutefois, au titre des principaux griefs suscitant l’ire des syndicalistes, figure notamment la possibilité de remplacer les salariés grévistes afin d’assurer une continuité de service, spécialement dans des secteurs jugés vitaux – principalement le transport, l’assainissement, l’eau et l’électricité.

"C’est une instrumentalisation des travailleurs par l’Etat, qui oblige les grévistes à travailler", reproche Abdelkader Zaïr de la CDT. Préparant leur "contre-attaque", la centrale syndicale a constitué une commission qui livrera ses recommandations sous un délai de deux semaines.

Après des années de blocage, le projet de loi organique encadrant le droit de grève ne semble pas pour autant suivre la voie d’une adoption rapide. "Nous sommes ouverts au dialogue, mais cette loi ne passera qu’à condition de trouver un consensus", avertit le SG adjoint de la CDT.

Lire aussi: 

Les dispositions phares du projet de loi organique sur la grève

Le projet de loi organique sur la grève va être discuté avec le patronat et les syndicats

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.