Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil NATION POLITIQUE

Dialogue social: Les propositions d’Elotmani divisent les syndicats 

Mardi 6 mars 2018 à 17h56
Dialogue social: Les propositions d’Elotmani divisent les syndicats
 

Le Chef de gouvernement s’est réuni, le 5 mars, avec les représentants des principales centrales syndicales pour un nouveau round du dialogue social. Sa proposition d’une nouvelle méthodologie de travail dans le cadre de 3 commissions n’a pas fait l’unanimité parmi les syndicalistes. Certains qualifient cette démarche de ‘stérile’.

Recevant lundi 5 mars, les représentants des principaux syndicats – UMT, CDT, UGTM et UNTM, le Chef de gouvernement a montré un certain ‘optimisme’ quant à la reprise du dialogue social, selon une source syndicale présente à cette rencontre.

Un optimisme qui n’a pas fait long feu. Elotmani a en effet proposé de poursuivre le dialogue social dans le cadre de 3 commissions constituées à cet effet:

- La commission ‘Amélioration des revenus’ comprendra un représentant du Chef de gouvernement – en la personne de son directeur de cabinet Jamaâ El Mouâtassim, des représentants des ministères des Finances, du Travail, et de la Fonction publique – aux côtés bien sûr de membres du patronat et des syndicats.

- La commission ‘secteur public’ sera présidée par le ministre de la Fonction publique, avec la présence d’un représentant du ministère de l’Economie et des Finances, et les syndicats.

- La commission ‘secteur privé’ (législation du travail et libertés syndicales) sera quant à elle présidée par le ministre du Travail, avec la présence d’un représentant des Finances, du patronat ainsi que des syndicats.

Le travail de ces commissions débutera dès la semaine prochaine. Avec des recommandations attendues en avril, préalablement à la signature - à la veille du 1er mai, d’une convention collective d’une durée de 3 ans.

Dissonances syndicales

La CDT a été la première centrale syndicale à rompre les rangs. ‘’Il faut aller de l’avant et abandonner ces méthodes stériles de dialogue. Ce genre de commissions nous fait perdre du temps, car aucune recommandation concrète n’en découle’’ déplore Allal Belarbi, SG du syndicat national de l’Enseignement – affilié à la CDT, qui a représenté la Centrale lors de cette rencontre avec El Otmani. ‘’Nous avons signifié au Chef de gouvernement notre refus de travailler dans le cadre de ces commissions’’ assure Belarbi.

Les réserves de la CDT portent aussi bien sur le fond que sur la forme. ‘’Les rounds du dialogue social doivent se dérouler conformément aux conventions internationales ratifiées par le Maroc. A savoir des négociations collectives tripartites, limitées dans le temps, dans le cadre d’une seule et unique commission’’ précise le syndicaliste CDT, qui apprécie aussi moyennement la reprise du dialogue social alors qu’une loi sur le droit de grève est dans le circuit législatif - sans que les syndicats n’aient été associés à son élaboration.

Sur le fond, Allal Belarbi estime que certaines propositions du gouvernement ne sont tout au mieux que des demi-mesures… ‘’L’amélioration des revenus est une revendication récurrente des syndicats. Mais alors que nous demandons une valorisation du salaire de base, le gouvernement propose plutôt une augmentation des allocations familiales’’.

Toutefois, la défiance de la CDT à l’égard des commissions nouvellement créées, ne fait pas l’unanimité parmi les syndicats.

‘’Au sein de l’UGTM nous sommes d’accord sur le principe. Nous avons bien attendu 7 ans, on peut patienter un mois et demi’’ estime, philosophe, Enaâm Mayara, SG de l’UGTM.

Au sujet du boycott de la CDT – qui révèle un déficit, voire une absence totale de coordination entre les principaux syndicats, Mayara reconnaît que, par le passé, lui-même était contre la création de ce type de commissions. ‘’Ce qui m’a encouragé cette fois-ci, c’est que le Chef de gouvernement a fixé un calendrier précis pour l’élaboration d’une convention collective. Nous avons toutefois demandé que les travaux des commissions capitalisent, dès le départ, sur les recommandations des précédents rounds du dialogue social. Il y a aussi un intérêt pratique dans cette méthodologie, car il est très difficile de discuter l’ensemble des points du dialogue social en une seule commission. J’ai bon espoir en une issue positive. Certes tout ne sera pas réglé, mais ce sera une bonne base de travail pour les futurs rounds du dialogue social’’.

La reprise du dialogue social, alors qu’une loi encadrant le droit de grève est dans le circuit législatif, ne pose pas particulièrement problème au SG de l’UGTM. ‘’Cette loi a été élaborée sous le précédent gouvernement. Nous avons proposé son retrait du Parlement afin d’être discutée dans le cadre d’une commission idoine - dont les recommandations seront intégrées en tant qu’amendements, préalablement à sa discussion à la chambre haute. Le Chef de gouvernement nous a confirmé son accord de principe, pour peu que les autres syndicats soient aussi partants’’.
 

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close