L'association Anfass publiera sous peu un programme électoral alternatif. Une feuille de route de presque cent propositions, campée très à gauche et dont un draft a été lu par Médias24.

Sur le plan économique et social, l'association reste cohérente et continue de plaider pour des mesures de gauche. Ainsi, elle appelle par exemple à réduire les heures normales travaillées de 44h à 40h par semaine, plaide pour la création d'un SMIG universel de 4.000 dirhams par mois, la création d'une couverture maladie universelle, ou encore pour la "constitution de consortiums nationaux pour la réalisation des chantiers étatiques en vue de leur préparation à l’export".

L'association se prononce en faveur d'une réforme fiscale de fond, visant une "augmentation des recettes fiscales et cotisations sociales de 10% du PIB au bout du quinquennat". S'ensuivent des propositions comme l'installation de l’impôt sur la fortune et la succession, la réduction d'impôt pour les dépenses liées à la scolarisation des enfants...

Anfass se veut aussi précis concernant des questions comme l'écologie ou l'habitat. Elle milite par exemple pour l'application d’une taxe nationale sur les activités économiques polluantes. Concernant l'habitat, elle appelle à "la production de 50.000 logements locatif par an", à "la lutter contre la cherté du foncier avec la création des « Agences Foncières » qui permettront à l’état d’avoir la maitrise et de réguler le prix du foncier" ou encore à "exiger un minimum de 25% de logements sociaux dans toute opération immobilière dépassant les 100 logements".

Le programme alternatif d'Anfass présente, comparé aux programmes des partis en lice pour les élections, plusieurs propositions originales, comme la "mise à disposition des terres communales, étatiques et collectives dans le monde rural à la disposition des jeunes diplômés" afin de favoriser les coopératives, ou la "séparation des fonctions sécuritaires des fonctions de gestion des territoires" au sein du ministère de l'Intérieur. Sans prononcer le mot de maisons de retraites, Anfass se dit pour la "création d’espaces en faveur du troisième âge". L'association ne tergiverse pas en matière de libertés individuelles et appelle à "renforcer les mesures garantissant la liberté de culte".

Enfin, le programme aborde des points peu soulevés par les partis comme l'immigration - elle incite à réformer la loi 02-03 relative à l'immigration -, ou le handicap - à ce sujet, Anfass prône entre autres l'accord d'aides et de subventions aux structures employant des personnes en situation de handicap.

Le 19 septembre 2016, Anfass célébrait ses trois ans d'existence. Dans un communiqué, l'association remarquait "la faiblesse des organisations de gauche" et appelait "à soutenir les listes porteuses des valeurs de gauche et de démocratie, spécialement celles de la fédération de gauche (FGD)".

 

Vente aux enchères
Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

L'association Anfass publiera sous peu un programme électoral alternatif. Une feuille de route de presque cent propositions, campée très à gauche et dont un draft a été lu par Médias24.

Sur le plan économique et social, l'association reste cohérente et continue de plaider pour des mesures de gauche. Ainsi, elle appelle par exemple à réduire les heures normales travaillées de 44h à 40h par semaine, plaide pour la création d'un SMIG universel de 4.000 dirhams par mois, la création d'une couverture maladie universelle, ou encore pour la "constitution de consortiums nationaux pour la réalisation des chantiers étatiques en vue de leur préparation à l’export".

L'association se prononce en faveur d'une réforme fiscale de fond, visant une "augmentation des recettes fiscales et cotisations sociales de 10% du PIB au bout du quinquennat". S'ensuivent des propositions comme l'installation de l’impôt sur la fortune et la succession, la réduction d'impôt pour les dépenses liées à la scolarisation des enfants...

Anfass se veut aussi précis concernant des questions comme l'écologie ou l'habitat. Elle milite par exemple pour l'application d’une taxe nationale sur les activités économiques polluantes. Concernant l'habitat, elle appelle à "la production de 50.000 logements locatif par an", à "la lutter contre la cherté du foncier avec la création des « Agences Foncières » qui permettront à l’état d’avoir la maitrise et de réguler le prix du foncier" ou encore à "exiger un minimum de 25% de logements sociaux dans toute opération immobilière dépassant les 100 logements".

Le programme alternatif d'Anfass présente, comparé aux programmes des partis en lice pour les élections, plusieurs propositions originales, comme la "mise à disposition des terres communales, étatiques et collectives dans le monde rural à la disposition des jeunes diplômés" afin de favoriser les coopératives, ou la "séparation des fonctions sécuritaires des fonctions de gestion des territoires" au sein du ministère de l'Intérieur. Sans prononcer le mot de maisons de retraites, Anfass se dit pour la "création d’espaces en faveur du troisième âge". L'association ne tergiverse pas en matière de libertés individuelles et appelle à "renforcer les mesures garantissant la liberté de culte".

Enfin, le programme aborde des points peu soulevés par les partis comme l'immigration - elle incite à réformer la loi 02-03 relative à l'immigration -, ou le handicap - à ce sujet, Anfass prône entre autres l'accord d'aides et de subventions aux structures employant des personnes en situation de handicap.

Le 19 septembre 2016, Anfass célébrait ses trois ans d'existence. Dans un communiqué, l'association remarquait "la faiblesse des organisations de gauche" et appelait "à soutenir les listes porteuses des valeurs de gauche et de démocratie, spécialement celles de la fédération de gauche (FGD)".

 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.