Menu
facebook twitter youtube
 
.
.
Page d'accueil Quoi de neuf

Le CMC baisse ses prévisions de croissance pour 2018 

Jeudi 8 février 2018 à 15h36
PDF Imprimer
Le CMC baisse ses prévisions de croissance pour 2018
 

Dans sa dernière lettre d'information, parue ce 08 février, le Centre Marocain de conjoncture aborde les perspectives de croissance de l’économie marocaine en 2018. Après avoir actualisé ses prévisions, en prenant en compte des données informationnelles récentes et en considérant les nouvelles orientations conjoncturelles, le centre prévoit une croissance modérée de 3,3% au lieu de 3,7% initialement annoncés.

 

Dans la même lettre, le CMC s’attarde sur cinq thèmes jugés importants:

Conjoncture internationale

Le CMC fait siennes les dernières estimations du FMI. D’après cette institution, l’économie mondiale connaîtra une croissance de 3,9% en 2018 contre 3,2% en 2017. Cette évolution positive sera essentiellement due à un redressement mondial de la demande.

Echanges extérieurs

Le CMC note l’amélioration tendancielle de la balance des paiements, confirmée en 2017 par à un raffermissement (9,7%) tous azimuts des secteurs exportateurs (industrie automobile, phosphates.....) et par une augmentation des devises engrangées par le tourisme et les MRE.

Demande intérieure

D’après les derniers calculs du CMC, la consommation des ménages s’est accrue de 4,8% en 2017 contre 3,5% en 2016 et la formation brute de capital fixe (FBCF) s’est améliorée l’année écoulée de 5,6%. Cet agrégat reflète l’effort d’investissement des agents économiques nationaux (privés et publics).

Globalement, le centre estime que la demande interne (consommation et investissement) a augmenté plus fortement en 2017 et continue de jouer un rôle prépondérant dans la dynamique économique du pays.

Investissement public

Le CMC apporte sa contribution aux débats actuels (nationaux et internationaux) sur la pertinence des investissements publics et leur incidence sur le développement économique des pays. Ses experts pointent du doigt le rendement faible de ces investissements au Maroc, en indiquant toutefois, que les effets des grands chantiers (infrastructures, énergie renouvelable…) ne peuvent se mesurer que sur le long terme. 

Raffinage de pétrole

Le CMC s’interroge enfin, sur la liquidation de la Samir et le coût qu’elle représente pour les entreprises et pour la collectivité.

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
.
.
Agendaarticles_asuivre
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close