Tout en appréciant l’action mesurée du Maroc, le Secrétaire général de l'ONU appelle le polisario "à se retirer de la zone tampon comme il l’a fait en avril 2017".

Le rapport du Secrétaire général des Nations unies sur le Sahara, qui a été rendu public mercredi 4 avril, a confirmé, une fois de plus, le leadership onusien exclusif quant au processus devant mener à une solution durable, politique et mutuellement acceptée. La version en langue française de ce rapport peut être consultée ou téléchargée en cliquant ici.

Il propose un renouvellement du mandat de la Minurso pour 12 mois à compter du 1er mai 2018.

Ainsi, au paragraphe 26 du rapport soumis aux membres du Conseil de sécurité, le Secrétaire général précise que lors des entretiens de son envoyé personnel avec les responsables de l’Union Africaine (UA) et de l’Union Européenne (UE), "ses interlocuteurs ont affirmé leur soutien à l’envoyé personnel et ont reconnu le leadership de l’ONU dans le processus".

De même, en se référant aux décisions de l’Union Africaine, le document dans son paragraphe 74 souligne que lors du 30e Sommet de l’UA, les Chefs d’Etat et de gouvernement ont “appuyé le leadership de l’ONU dans la relance du processus de négociation" et se sont engagés "à coopérer pleinement avec l’envoyé personnel".

Bien plus, le rapport ne mentionne nullement le contact qu’a eu l’envoyé personnel avec le commissaire à la paix et la sécurité de l’Union Africaine, l’Algérien Ismail Chergui.

Il convient de souligner qu’à aucun moment le rapport dans ses 16 pages et 90 paragraphes ne se réfère à l’arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne malgré la pleine mobilisation de l’Algérie et du polisario.

Lire aussi: Sahara, Guergarate, Algérie: ce que dit réellement la nouvelle copie du rapport Guterres

L’ONU comme le Maroc considèrent que ce développement n’est d’aucune pertinence pour le cadre onusien, qui demeure le cadre exclusif du traitement du dossier du Sahara.

Après plusieurs semaines d’agitation diplomatique effrénée, d’excitation médiatique excessive, et de manipulation politique éhontée de l’Algérie et du polisario, le rapport du Secrétaire Général vient donc rétablir quelques vérités et démentir plusieurs allégations avancées par ces parties, dans la mesure où le document contient en effet des réponses claires à des contres vérités et confirme des réalités que l’Algérie et le polisario tentent vainement d’occulter.  

Le polisario appelé à se retirer de la zone tampon

Dans son rapport, Antonio Guterres, a réitéré la "position ferme de l’ONU quant à la présence du polisario dans la zone de Guerguerate".

En effet, dans son paragraphe 8, le Secrétaire général réaffirme "son appel du 6 janvier 2018, pour que le trafic commercial et civil ne soit pas entravé et qu’aucune action ne soit menée qui pourrait constituer un changement dans le statu quo de la zone tampon".

Ainsi le rapport répond de la manière la plus claire aux chimères entretenues, tout au long de l’année, par les autres parties sur l’existence de soi-disant “territoires libérés”.

Dans le paragraphe 80 du rapport, le Secrétaire général, tout en appréciant l’action mesurée du Marocappelle le polisario "à se retirer de la zone tampon comme il l’a fait en avril 2017".  

Prolongation du mandat de la Minurso

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a recommandé, dans son rapport, la prorogation de 12 mois jusqu’au 30 avril 2019, du mandat de la mission onusienne au Sahara (Minurso).

Le SG a appelé l’Algérie à "faire d’importantes contributions au processus politique" et à augmenter son engagement dans le processus de négociations.

M. Guterres a souligné qu’à l'ère de l'interdépendance mondiale, "les conséquences socio-économiques, humanitaires et sécuritaires de ce conflit prolongé pèsent lourdement sur l'intégration régionale et sous-régionale".

M. Guterres a tenu à faire mention, dans son rapport, du discours du Roi Mohammed VI à l’occasion du 42e anniversaire de la Marche Verte, notamment le passage dans lequel le Souverain affirme que "sur le plan international, le Maroc maintient l’engagement qu’il a fait d’adhérer à la dynamique actuelle voulue par le Secrétaire général de l’ONU et à coopérer avec son envoyé personnel”.

Le rapport note ainsi que l’engagement du Royaume repose sur les principes et les fondamentaux de la position marocaine, notamment, le rejet de tout règlement de l’affaire du Sahara en dehors de la pleine souveraineté du Maroc sur son Sahara, et dans le cadre de l’Initiative d’autonomie; l’appel aux parties à l’origine de ce conflit monté de toutes pièces d’assumer pleinement leur responsabilité pour parvenir à une solution; le respect du Conseil de sécurité comme seule instance internationale chargée de superviser le processus de règlement; et le refus de toute proposition obsolète visant à écarter le plan de règlement des paramètres référentiels retenus.

Le Secrétaire général a indiqué que le Souverain a souligné que le Maroc ne restera pas "les bras croisés à attendre que soit trouvée la solution souhaitée", mais poursuivra l’action engagée pour "stimuler le développement de nos provinces du Sud".

Dans ce sens, le rapport de M. Guterres fait remarquer que les investissements marocains au Sahara "se poursuivent et de nombreux projets ont été mis en œuvre ou annoncés". 

(Avec MAP)

 

Vente aux enchères
Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Tout en appréciant l’action mesurée du Maroc, le Secrétaire général de l'ONU appelle le polisario "à se retirer de la zone tampon comme il l’a fait en avril 2017".

 

 

Le rapport du Secrétaire général des Nations unies sur le Sahara, qui a été rendu public mercredi 4 avril, a confirmé, une fois de plus, le leadership onusien exclusif quant au processus devant mener à une solution durable, politique et mutuellement acceptée. La version en langue française de ce rapport peut être consultée ou téléchargée en cliquant ici.

Il propose un renouvellement du mandat de la Minurso pour 12 mois à compter du 1er mai 2018.

Ainsi, au paragraphe 26 du rapport soumis aux membres du Conseil de sécurité, le Secrétaire général précise que lors des entretiens de son envoyé personnel avec les responsables de l’Union Africaine (UA) et de l’Union Européenne (UE), "ses interlocuteurs ont affirmé leur soutien à l’envoyé personnel et ont reconnu le leadership de l’ONU dans le processus".

De même, en se référant aux décisions de l’Union Africaine, le document dans son paragraphe 74 souligne que lors du 30e Sommet de l’UA, les Chefs d’Etat et de gouvernement ont “appuyé le leadership de l’ONU dans la relance du processus de négociation" et se sont engagés "à coopérer pleinement avec l’envoyé personnel".

Bien plus, le rapport ne mentionne nullement le contact qu’a eu l’envoyé personnel avec le commissaire à la paix et la sécurité de l’Union Africaine, l’Algérien Ismail Chergui.

Il convient de souligner qu’à aucun moment le rapport dans ses 16 pages et 90 paragraphes ne se réfère à l’arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne malgré la pleine mobilisation de l’Algérie et du polisario.

Lire aussi: Sahara, Guergarate, Algérie: ce que dit réellement la nouvelle copie du rapport Guterres

L’ONU comme le Maroc considèrent que ce développement n’est d’aucune pertinence pour le cadre onusien, qui demeure le cadre exclusif du traitement du dossier du Sahara.

Après plusieurs semaines d’agitation diplomatique effrénée, d’excitation médiatique excessive, et de manipulation politique éhontée de l’Algérie et du polisario, le rapport du Secrétaire Général vient donc rétablir quelques vérités et démentir plusieurs allégations avancées par ces parties, dans la mesure où le document contient en effet des réponses claires à des contres vérités et confirme des réalités que l’Algérie et le polisario tentent vainement d’occulter.  

Le polisario appelé à se retirer de la zone tampon

Dans son rapport, Antonio Guterres, a réitéré la "position ferme de l’ONU quant à la présence du polisario dans la zone de Guerguerate".

En effet, dans son paragraphe 8, le Secrétaire général réaffirme "son appel du 6 janvier 2018, pour que le trafic commercial et civil ne soit pas entravé et qu’aucune action ne soit menée qui pourrait constituer un changement dans le statu quo de la zone tampon".

Ainsi le rapport répond de la manière la plus claire aux chimères entretenues, tout au long de l’année, par les autres parties sur l’existence de soi-disant “territoires libérés”.

Dans le paragraphe 80 du rapport, le Secrétaire général, tout en appréciant l’action mesurée du Marocappelle le polisario "à se retirer de la zone tampon comme il l’a fait en avril 2017".  

Prolongation du mandat de la Minurso

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a recommandé, dans son rapport, la prorogation de 12 mois jusqu’au 30 avril 2019, du mandat de la mission onusienne au Sahara (Minurso).

Le SG a appelé l’Algérie à "faire d’importantes contributions au processus politique" et à augmenter son engagement dans le processus de négociations.

M. Guterres a souligné qu’à l'ère de l'interdépendance mondiale, "les conséquences socio-économiques, humanitaires et sécuritaires de ce conflit prolongé pèsent lourdement sur l'intégration régionale et sous-régionale".

M. Guterres a tenu à faire mention, dans son rapport, du discours du Roi Mohammed VI à l’occasion du 42e anniversaire de la Marche Verte, notamment le passage dans lequel le Souverain affirme que "sur le plan international, le Maroc maintient l’engagement qu’il a fait d’adhérer à la dynamique actuelle voulue par le Secrétaire général de l’ONU et à coopérer avec son envoyé personnel”.

Le rapport note ainsi que l’engagement du Royaume repose sur les principes et les fondamentaux de la position marocaine, notamment, le rejet de tout règlement de l’affaire du Sahara en dehors de la pleine souveraineté du Maroc sur son Sahara, et dans le cadre de l’Initiative d’autonomie; l’appel aux parties à l’origine de ce conflit monté de toutes pièces d’assumer pleinement leur responsabilité pour parvenir à une solution; le respect du Conseil de sécurité comme seule instance internationale chargée de superviser le processus de règlement; et le refus de toute proposition obsolète visant à écarter le plan de règlement des paramètres référentiels retenus.

Le Secrétaire général a indiqué que le Souverain a souligné que le Maroc ne restera pas "les bras croisés à attendre que soit trouvée la solution souhaitée", mais poursuivra l’action engagée pour "stimuler le développement de nos provinces du Sud".

Dans ce sens, le rapport de M. Guterres fait remarquer que les investissements marocains au Sahara "se poursuivent et de nombreux projets ont été mis en œuvre ou annoncés". 

(Avec MAP)

 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.