Lors de la présentation du rapport sur les carburants au Parlement, le ministre de l'Energie, Aziz Rabbah a souligné que 9 nouvelles licences ont été attribuées à des opérateurs économiques en vue de "promouvoir le secteur des hydrocarbures et de renforcer la concurrence dans ce domaine".

"Les prix des carburants au Maroc sont impactés par la conjoncture internationale et les fluctuations des cours du pétrole au niveau mondial", a-t-il dit.

Le Maroc a opté pour la libéralisation des hydrocarbures à l'instar de plusieurs secteurs, a-t-il relevé, rappelant que la loi sur la libéralisation des prix a été promulguée en 2000 et la structure des prix a été fixée en 2009.

Le ministre a affirmé que le gouvernement est prêt à prendre toutes les mesures nécessaires pour baisser les impôts à condition de préserver le budget et maintenir son équilibre.

De son côté, le ministre délégué chargé des Affaires générales, Lahcen Daoudi a souligné la nécessité de plafonner les bénéfices des sociétés de distribution des carburants, notant que le marché des carburants au Maroc est ouvert et que le gouvernement n'interdit aucune société de s'investir dans ce domaine.

Dans ce sens, M. Daoudi a relevé que 8 sociétés ont exprimé leur volonté d'investir dans ce secteur.

Pour leur part, les parlementaires relevant des partis de la majorité et de l'opposition ont indiqué que cette mission exploratoire a permis d'identifier plusieurs lacunes relatives à la libéralisation du secteur des carburants.

Les conclusions du rapport ne répondent pas à certaines questions importantes, notamment celles relatives à la rente et au monopole dans le domaine des hydrocarbures après leur libéralisation, ont-ils considéré.

Le consommateur a payé cher le prix de la politique de la libéralisation totale des prix des carburants, ont-ils estimé, insistant sur l'importance de prendre une série de mesures, à leur tête la détermination de la marge du bénéfice dans la vente des carburants à travers la création d'un mécanisme permanent.

Selon eux, "le secteur des hydrocarbures a besoin d'une véritable concurrence".

(Avec MAP)

>>Lire aussi: Carburant: les principaux chiffres du rapport parlementaire

Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Lors de la présentation du rapport sur les carburants au Parlement, le ministre de l'Energie, Aziz Rabbah a souligné que 9 nouvelles licences ont été attribuées à des opérateurs économiques en vue de "promouvoir le secteur des hydrocarbures et de renforcer la concurrence dans ce domaine".

"Les prix des carburants au Maroc sont impactés par la conjoncture internationale et les fluctuations des cours du pétrole au niveau mondial", a-t-il dit.

Le Maroc a opté pour la libéralisation des hydrocarbures à l'instar de plusieurs secteurs, a-t-il relevé, rappelant que la loi sur la libéralisation des prix a été promulguée en 2000 et la structure des prix a été fixée en 2009.

Le ministre a affirmé que le gouvernement est prêt à prendre toutes les mesures nécessaires pour baisser les impôts à condition de préserver le budget et maintenir son équilibre.

De son côté, le ministre délégué chargé des Affaires générales, Lahcen Daoudi a souligné la nécessité de plafonner les bénéfices des sociétés de distribution des carburants, notant que le marché des carburants au Maroc est ouvert et que le gouvernement n'interdit aucune société de s'investir dans ce domaine.

Dans ce sens, M. Daoudi a relevé que 8 sociétés ont exprimé leur volonté d'investir dans ce secteur.

Pour leur part, les parlementaires relevant des partis de la majorité et de l'opposition ont indiqué que cette mission exploratoire a permis d'identifier plusieurs lacunes relatives à la libéralisation du secteur des carburants.

Les conclusions du rapport ne répondent pas à certaines questions importantes, notamment celles relatives à la rente et au monopole dans le domaine des hydrocarbures après leur libéralisation, ont-ils considéré.

Le consommateur a payé cher le prix de la politique de la libéralisation totale des prix des carburants, ont-ils estimé, insistant sur l'importance de prendre une série de mesures, à leur tête la détermination de la marge du bénéfice dans la vente des carburants à travers la création d'un mécanisme permanent.

Selon eux, "le secteur des hydrocarbures a besoin d'une véritable concurrence".

(Avec MAP)

>>Lire aussi: Carburant: les principaux chiffres du rapport parlementaire

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.