La Turquie a maintenu vendredi 18 août l'assignation à résidence d'un pasteur américain, en dépit de nouvelles menaces de sanctions des Etats-Unis qui ont mis à mal la livre turque et auxquelles Ankara a promis de répliquer.

Un tribunal d'Izmir (ouest de la Turquie) a rejeté vendredi un nouveau recours du pasteur Andrew Brunson, dont le sort est au coeur de l'une des plus graves crises diplomatiques entre Ankara et Washington, deux alliés au sein de l'Otan, depuis près d'un demi-siècle.

Cette décision survient au lendemain de nouvelles pressions américaines: le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a prévenu jeudi que Washington prendrait des sanctions supplémentaires si Ankara ne libérait pas le pasteur Brunson.

Ces menaces ont été balayées par Ankara vendredi. "Nous avons répliqué (aux sanctions américaines) en accord avec les règles de l'OMC et nous continuerons de le faire", a déclaré vendredi la ministre turque du Commerce, Ruhsar Pekcan, citée par l'agence étatique Anadolu.

Alors que la crise diplomatique ne montre aucun signe d'apaisement, la livre turque, qui a pourtant repris des couleurs cette semaine après une spectaculaire débâcle, piquait à nouveau du nez vendredi.

Vers 12H50 GMT, la devise turque perdait plus de 5% face au dollar, comparé à jeudi soir, repassant au-dessus de la barre des 6 livres pour un billet vert. Plus tôt dans la journée, elle est même tombée à 6,3468 livres pour un dollar.

Le pasteur Brunson a été placé le mois dernier en résidence surveillée après plus d'un an et demi d'incarcération. Ankara l'accuse d'espionnage et d'activités "terroristes", ce qu'il dément.

Son avocat en Turquie, Cem Halavurt, a indiqué à l'AFP qu'il ferait appel de la décision du tribunal vendredi dans une quinzaine de jours.

Jeudi, le président américain Donald Trump avait une nouvelle fois plaidé sur Twitter pour la libération d'Andrew Brunson, "un merveilleux Pasteur Chrétien". "La Turquie a profité des Etats-Unis pendant beaucoup d'années", a grondé M. Trump.

(Avec AFP)

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

La Turquie a maintenu vendredi 18 août l'assignation à résidence d'un pasteur américain, en dépit de nouvelles menaces de sanctions des Etats-Unis qui ont mis à mal la livre turque et auxquelles Ankara a promis de répliquer.

Un tribunal d'Izmir (ouest de la Turquie) a rejeté vendredi un nouveau recours du pasteur Andrew Brunson, dont le sort est au coeur de l'une des plus graves crises diplomatiques entre Ankara et Washington, deux alliés au sein de l'Otan, depuis près d'un demi-siècle.

Cette décision survient au lendemain de nouvelles pressions américaines: le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a prévenu jeudi que Washington prendrait des sanctions supplémentaires si Ankara ne libérait pas le pasteur Brunson.

Ces menaces ont été balayées par Ankara vendredi. "Nous avons répliqué (aux sanctions américaines) en accord avec les règles de l'OMC et nous continuerons de le faire", a déclaré vendredi la ministre turque du Commerce, Ruhsar Pekcan, citée par l'agence étatique Anadolu.

Alors que la crise diplomatique ne montre aucun signe d'apaisement, la livre turque, qui a pourtant repris des couleurs cette semaine après une spectaculaire débâcle, piquait à nouveau du nez vendredi.

Vers 12H50 GMT, la devise turque perdait plus de 5% face au dollar, comparé à jeudi soir, repassant au-dessus de la barre des 6 livres pour un billet vert. Plus tôt dans la journée, elle est même tombée à 6,3468 livres pour un dollar.

Le pasteur Brunson a été placé le mois dernier en résidence surveillée après plus d'un an et demi d'incarcération. Ankara l'accuse d'espionnage et d'activités "terroristes", ce qu'il dément.

Son avocat en Turquie, Cem Halavurt, a indiqué à l'AFP qu'il ferait appel de la décision du tribunal vendredi dans une quinzaine de jours.

Jeudi, le président américain Donald Trump avait une nouvelle fois plaidé sur Twitter pour la libération d'Andrew Brunson, "un merveilleux Pasteur Chrétien". "La Turquie a profité des Etats-Unis pendant beaucoup d'années", a grondé M. Trump.

(Avec AFP)

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.