Le président américain Donald Trump a limogé mercredi 7 novembre son ministre de la Justice Jeff Sessions, s'attirant les foudres de l'opposition démocrate, qui craint une reprise en main de la très délicate enquête russe.

Il s'agit de sa première décision au lendemain d'élections de mi-mandat qui ont renforcé la majorité républicaine au Sénat, mais fait basculer la Chambre des représentants dans le camp démocrate.

Moins d'une heure après une conférence de presse au cours de laquelle il avait tendu la main à ses adversaires, Donald Trump annonçait dans deux tweets lapidaires le départ de Jeff Sessions et son remplacement, temporaire, par son propre directeur de cabinet, Matthew Whitaker.

Le ministre était sur la sellette depuis qu'il s'est récusé, en mars 2017, dans la tentaculaire enquête du procureur spécial Robert Mueller, qui cherche à établir s'il y a eu collusion entre Moscou et l'équipe du candidat Trump lors de la présidentielle de 2016.

Depuis plus d'un an, Donald Trump reprochait à Jeff Sessions d'être un ministre "très faible" incapable de le protéger d'une "injuste chasse aux sorcières".

En se récusant, M. Sessions a délégué le contrôle hiérarchique du procureur Mueller au numéro deux du ministère de la Justice, Rod Rosenstein, qui a laissé l'ancien directeur du FBI agir à sa guise.

Les marges de manoeuvre du procureur Mueller pourraient se réduire si, comme les médias américains le disent, Matthew Whitaker reprend la supervision de l'enquête russe.

(Avec AFP)

Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le président américain Donald Trump a limogé mercredi 7 novembre son ministre de la Justice Jeff Sessions, s'attirant les foudres de l'opposition démocrate, qui craint une reprise en main de la très délicate enquête russe.

Il s'agit de sa première décision au lendemain d'élections de mi-mandat qui ont renforcé la majorité républicaine au Sénat, mais fait basculer la Chambre des représentants dans le camp démocrate.

Moins d'une heure après une conférence de presse au cours de laquelle il avait tendu la main à ses adversaires, Donald Trump annonçait dans deux tweets lapidaires le départ de Jeff Sessions et son remplacement, temporaire, par son propre directeur de cabinet, Matthew Whitaker.

Le ministre était sur la sellette depuis qu'il s'est récusé, en mars 2017, dans la tentaculaire enquête du procureur spécial Robert Mueller, qui cherche à établir s'il y a eu collusion entre Moscou et l'équipe du candidat Trump lors de la présidentielle de 2016.

Depuis plus d'un an, Donald Trump reprochait à Jeff Sessions d'être un ministre "très faible" incapable de le protéger d'une "injuste chasse aux sorcières".

En se récusant, M. Sessions a délégué le contrôle hiérarchique du procureur Mueller au numéro deux du ministère de la Justice, Rod Rosenstein, qui a laissé l'ancien directeur du FBI agir à sa guise.

Les marges de manoeuvre du procureur Mueller pourraient se réduire si, comme les médias américains le disent, Matthew Whitaker reprend la supervision de l'enquête russe.

(Avec AFP)

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.