Nouveau mécanisme de financement de l’Etat : concertations avec les institutionnels

Le gouvernement a prévu un financement de 12 milliards de DH via un nouveau mécanisme dans la loi de finances 2019.

Lors de la première présentation du projet de budget 2019, aucune précision n’a été donnée sur ce nouvel instrument. Mohamed Benchaâboun, ministre de l’économie et des finances, a ultérieurement expliqué qu’il servira à financer des investissements publics et qu’il reposera sur des formes de partenariat public-public ou public-privé, entre l'Etat et une caisse de retraite, une compagnie d'assurance ou un organisme public.

Ces acteurs porteront les projets et seront rémunérés par des redevances que paiera l’Etat. Ce qui permettra à ce dernier de limiter l’évolution de sa dette dans la mesure où il louera des services. Les investissements concernés sont ceux permettant de générer des revenus.

Mais selon une source autorisée contactée par Médias24, l’entrée en vigueur des premiers mécanismes devrait intervenir courant l’année 2019. « Une réflexion est actuellement menée au niveau du ministère des finances, en concertation avec les principaux partenaires notamment les investisseurs institutionnels, pour la structuration juridique et financière de ces mécanismes», explique notre source.

Outre l’allègement de l’impact sur la dette du Trésor, l’objectif du recours à ces nouveaux mécanismes est l’accélération des investissements publics et l’amélioration de leur efficience et de la qualité des services aux usagers.

Dans un entretien accordé à notre confrère LeBoursier, Khalid Cheddadi, PDG de la CIMR, avait salué cette initiative qui permettra aux institutionnels d'investir leurs excédents dans des projets structurant pour le pays.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
Nouveau mécanisme de financement de l’Etat : concertations avec les institutionnels

Le gouvernement a prévu un financement de 12 milliards de DH via un nouveau mécanisme dans la loi de finances 2019.

Lors de la première présentation du projet de budget 2019, aucune précision n’a été donnée sur ce nouvel instrument. Mohamed Benchaâboun, ministre de l’économie et des finances, a ultérieurement expliqué qu’il servira à financer des investissements publics et qu’il reposera sur des formes de partenariat public-public ou public-privé, entre l'Etat et une caisse de retraite, une compagnie d'assurance ou un organisme public.

Ces acteurs porteront les projets et seront rémunérés par des redevances que paiera l’Etat. Ce qui permettra à ce dernier de limiter l’évolution de sa dette dans la mesure où il louera des services. Les investissements concernés sont ceux permettant de générer des revenus.

Mais selon une source autorisée contactée par Médias24, l’entrée en vigueur des premiers mécanismes devrait intervenir courant l’année 2019. « Une réflexion est actuellement menée au niveau du ministère des finances, en concertation avec les principaux partenaires notamment les investisseurs institutionnels, pour la structuration juridique et financière de ces mécanismes», explique notre source.

Outre l’allègement de l’impact sur la dette du Trésor, l’objectif du recours à ces nouveaux mécanismes est l’accélération des investissements publics et l’amélioration de leur efficience et de la qualité des services aux usagers.

Dans un entretien accordé à notre confrère LeBoursier, Khalid Cheddadi, PDG de la CIMR, avait salué cette initiative qui permettra aux institutionnels d'investir leurs excédents dans des projets structurant pour le pays.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.