Le gouvernement allemand a accordé un financement de 6 millions de DH à l’ONG marocaine Dar Si Hmad, afin de construire 1.600 m2 de filet pour prélever les eaux de brouillard. Les travaux commenceront dès janvier 2017 et permettront d'obtenir près de 35 tonnes d’eau par jour, en moyenne.

L’idée de récolter les eaux de brouillard vient d’Amérique Latine et plus précisément du Chili, a confié le président de Dar Si Hmad, Issa Derhem, à Médias 24.

"Cette technique a vu le jour au Chili. J’ai entendu parler de l’expérience quand j’étais jeune étudiant au Canada. A mon retour chez mes parents dans un village à Sidi Ifni, je me suis rendu compte de l’importance du projet", nous a-t-il précisé.

"Au Maroc, dans le milieu rural, ce sont les femmes et les enfants qui se chargent d’aller chercher l’eau de très loin en hiver. En été, ou en période de sécheresse, ils l'achètent à des camions citernes, à 100 DH la tonne (1.000l), ce qui représente un coût énorme pour des personnes sans revenus," a-t-il ajouté.

Le projet de collecte d’eau de brouillard de Dar Si Hmad a commencé en 2006, avec l’aide de l’organisme canadien FogQuest, ainsi que celle du professeur Marzol, géographe de formation et qui mène depuis les années 80, des recherches dans ce domaine.

L’ONG marocaine s’est focalisée sur la mise en place de filets dans la montagne "Boutmezguida", qui se trouve à plus de 35 km au sud-est de la ville d’Ifni, et où la collecte journalière est de 7,5 m3 d’eau, en moyenne, a fait savoir la même source.

Depuis 2010, l’organisation Dar Si Hmad y a construit près de 600 m2 de filet. Elle a également conçu des tuyaux de canalisation sur 9 km, pour permettre aux habitants de ce village de bénéficier d’une eau courante au sein même de leurs foyers.

Le président de l'ONG marocaine nous a confié que la livraison d’eau a commencé le 22 mars de l'année 2015, à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau, fournissant ainsi 80 foyers, soit plus de 400 personnes, à raison de 25 à 30 L par personne et par jour. Dar Si Hmad propose une tonne d'eau à 24 DH (soit 4 DH/t, plus une taxe de 20 DH, pour maintenir les équipements en état), un prix qui reste également un peu élevé pour les personnes de ce village.

Cette eau est distillée et satisfait aux critères de l’Office international de l’eau.

Par ailleurs, M. Derhem a noté que Dar Si Hmad manque de moyens de stockage. Elle dispose actuellement de deux grandes citernes d’une capacité de 250 T d’eau chacune, dont une offerte par l’Agence du bassin hydraulique (ABH) de Souss-Massa, soit un total de 500 T.

Pour rappel, le projet de récolte d’eau de brouillard de l’ONG Dar si Hmad a remporté le prix "Elan des Nations-Unies pour le changement climatique", avait annoncé, le 28 septembre, le secrétaire de la Convention cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) à Bonn.

Le prix sera remis lors de la COP22 qui aura lieu du 7 au 18 novembre à Marrakech et sera dédié aux femmes.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires

Le gouvernement allemand a accordé un financement de 6 millions de DH à l’ONG marocaine Dar Si Hmad, afin de construire 1.600 m2 de filet pour prélever les eaux de brouillard. Les travaux commenceront dès janvier 2017 et permettront d'obtenir près de 35 tonnes d’eau par jour, en moyenne.

L’idée de récolter les eaux de brouillard vient d’Amérique Latine et plus précisément du Chili, a confié le président de Dar Si Hmad, Issa Derhem, à Médias 24.

"Cette technique a vu le jour au Chili. J’ai entendu parler de l’expérience quand j’étais jeune étudiant au Canada. A mon retour chez mes parents dans un village à Sidi Ifni, je me suis rendu compte de l’importance du projet", nous a-t-il précisé.

"Au Maroc, dans le milieu rural, ce sont les femmes et les enfants qui se chargent d’aller chercher l’eau de très loin en hiver. En été, ou en période de sécheresse, ils l'achètent à des camions citernes, à 100 DH la tonne (1.000l), ce qui représente un coût énorme pour des personnes sans revenus," a-t-il ajouté.

Le projet de collecte d’eau de brouillard de Dar Si Hmad a commencé en 2006, avec l’aide de l’organisme canadien FogQuest, ainsi que celle du professeur Marzol, géographe de formation et qui mène depuis les années 80, des recherches dans ce domaine.

L’ONG marocaine s’est focalisée sur la mise en place de filets dans la montagne "Boutmezguida", qui se trouve à plus de 35 km au sud-est de la ville d’Ifni, et où la collecte journalière est de 7,5 m3 d’eau, en moyenne, a fait savoir la même source.

Depuis 2010, l’organisation Dar Si Hmad y a construit près de 600 m2 de filet. Elle a également conçu des tuyaux de canalisation sur 9 km, pour permettre aux habitants de ce village de bénéficier d’une eau courante au sein même de leurs foyers.

Le président de l'ONG marocaine nous a confié que la livraison d’eau a commencé le 22 mars de l'année 2015, à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau, fournissant ainsi 80 foyers, soit plus de 400 personnes, à raison de 25 à 30 L par personne et par jour. Dar Si Hmad propose une tonne d'eau à 24 DH (soit 4 DH/t, plus une taxe de 20 DH, pour maintenir les équipements en état), un prix qui reste également un peu élevé pour les personnes de ce village.

Cette eau est distillée et satisfait aux critères de l’Office international de l’eau.

Par ailleurs, M. Derhem a noté que Dar Si Hmad manque de moyens de stockage. Elle dispose actuellement de deux grandes citernes d’une capacité de 250 T d’eau chacune, dont une offerte par l’Agence du bassin hydraulique (ABH) de Souss-Massa, soit un total de 500 T.

Pour rappel, le projet de récolte d’eau de brouillard de l’ONG Dar si Hmad a remporté le prix "Elan des Nations-Unies pour le changement climatique", avait annoncé, le 28 septembre, le secrétaire de la Convention cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) à Bonn.

Le prix sera remis lors de la COP22 qui aura lieu du 7 au 18 novembre à Marrakech et sera dédié aux femmes.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.