Jerada est une ville qui ne revient dans l’actualité qu’à l’occasion des drames, le plus souvent liés à la mine de charbon.

Vendredi matin, deux jeunes, âgés de 23 et 30 ans, qui effectuaient des prélèvements dans les galeries clandestines de la mine de charbon, sont morts, noyés dans les galeries inondées.

Les corps n’ont été extraits que le lendemain samedi, en milieu d’après-midi, vers 15 heures.

Selon les témoignages, photos et vidéos des réseaux sociaux, les éléments de la protection civile sont intervenus, mais en petit nombre et sans matériel adéquat.

Une partie de la ville de Jerada survit grâce à l’exploitation de la mine fermée. 1.000 à 3.000 personnes, selon les estimations, participent à cette activité clandestine. Le produit de cette activité est ensuite vendu dans la région et parfois transporté jusqu’à des villes éloignées. Les clients sont les briquèteries, les fours, les hammams et même des particuliers.

Des sources locales font état d’une centaine de tonnes extraites par jour, soit 36.500 T. par an.

 

LIRE EGALEMENT 

DRISS BENHIMA: VOICI POURQUOI L’ETAT A FERME LA MINE DE JERADA

AU MAROC, LES MINES DE LA MORT DE JERADA (AFP)

COMMENT LA MINE A ETE FERMEE ET LES PROMESSES NON TENUES

REPORTAGE. LE DRAME, LE RAS-LE-BOL ET LE SAUT DANS L’INCONNU

 

Jerada est une petite ville qui est née autour de la mine ouverte en 1927. Elle recèle de l’anthracite avec l’une des meilleures teneurs au monde. Mais en l’an 2000, la mine a fermé car l’extraction était de plus en plus onéreuse et le Maroc a préféré importer du charbon meilleur marché.

La population de la ville située à une soixantaine de km au sud d’Oujda, est de 43.000 habitants selon le recensement de 2014, accusant une baisse de 13.000 habitants en une décennie. L’ensemble de la province comprend 100.000 habitants environ, dont 60% sont urbanisés.

Photos de la page Jerada City 

Le travail dans les mines clandestines s’effectue au vu et au su des élus et des autorités locales. Il y a probablement des réseaux qui contrôlent ce business clandestin. Les conditions de travail sont très dures, voie inhumaines ou moyenâgeuses. Le danger est omniprésent, maladie ou accident, pouvant conduire au décès.

 

Le problème est connu et médiatisé depuis le début des années 2000. Ci-dessous, un reportage d'Euronews

 

Les galeries sont creusées jusqu’à 30 mètres de profondeurs. Ensuite, des galeries horizontales vont jusqu’à 80 mètres. L’atmosphère devient rapidement irrespirable et toxique. Les “mineurs“ acheminent des compresseur qui injecteur de l’air grâce à de simples tuyaux d’arrosage. La silicose est une maladie assez répandue, elle atteint les poumons, en raison de la toxicité de l’air dans les galeries.

Les habitants de la ville ont ressenti et exprimé une profonde colère, se disant abandonnés. Certains, comme nous l’avons constaté sur les réseaux sociaux, déplorent l’absence d’infrastructure de secours, ou de diligence des autorités, ainsi que de perspectives de travail dans la région. Vidéo de Chouf TV ci-dessous:

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Jerada est une ville qui ne revient dans l’actualité qu’à l’occasion des drames, le plus souvent liés à la mine de charbon.

Vendredi matin, deux jeunes, âgés de 23 et 30 ans, qui effectuaient des prélèvements dans les galeries clandestines de la mine de charbon, sont morts, noyés dans les galeries inondées.

Les corps n’ont été extraits que le lendemain samedi, en milieu d’après-midi, vers 15 heures.

Selon les témoignages, photos et vidéos des réseaux sociaux, les éléments de la protection civile sont intervenus, mais en petit nombre et sans matériel adéquat.

Une partie de la ville de Jerada survit grâce à l’exploitation de la mine fermée. 1.000 à 3.000 personnes, selon les estimations, participent à cette activité clandestine. Le produit de cette activité est ensuite vendu dans la région et parfois transporté jusqu’à des villes éloignées. Les clients sont les briquèteries, les fours, les hammams et même des particuliers.

Des sources locales font état d’une centaine de tonnes extraites par jour, soit 36.500 T. par an.

 

LIRE EGALEMENT 

DRISS BENHIMA: VOICI POURQUOI L’ETAT A FERME LA MINE DE JERADA

AU MAROC, LES MINES DE LA MORT DE JERADA (AFP)

COMMENT LA MINE A ETE FERMEE ET LES PROMESSES NON TENUES

REPORTAGE. LE DRAME, LE RAS-LE-BOL ET LE SAUT DANS L’INCONNU

 

Jerada est une petite ville qui est née autour de la mine ouverte en 1927. Elle recèle de l’anthracite avec l’une des meilleures teneurs au monde. Mais en l’an 2000, la mine a fermé car l’extraction était de plus en plus onéreuse et le Maroc a préféré importer du charbon meilleur marché.

La population de la ville située à une soixantaine de km au sud d’Oujda, est de 43.000 habitants selon le recensement de 2014, accusant une baisse de 13.000 habitants en une décennie. L’ensemble de la province comprend 100.000 habitants environ, dont 60% sont urbanisés.

Photos de la page Jerada City 

Le travail dans les mines clandestines s’effectue au vu et au su des élus et des autorités locales. Il y a probablement des réseaux qui contrôlent ce business clandestin. Les conditions de travail sont très dures, voie inhumaines ou moyenâgeuses. Le danger est omniprésent, maladie ou accident, pouvant conduire au décès.

 

Le problème est connu et médiatisé depuis le début des années 2000. Ci-dessous, un reportage d'Euronews

 

Les galeries sont creusées jusqu’à 30 mètres de profondeurs. Ensuite, des galeries horizontales vont jusqu’à 80 mètres. L’atmosphère devient rapidement irrespirable et toxique. Les “mineurs“ acheminent des compresseur qui injecteur de l’air grâce à de simples tuyaux d’arrosage. La silicose est une maladie assez répandue, elle atteint les poumons, en raison de la toxicité de l’air dans les galeries.

Les habitants de la ville ont ressenti et exprimé une profonde colère, se disant abandonnés. Certains, comme nous l’avons constaté sur les réseaux sociaux, déplorent l’absence d’infrastructure de secours, ou de diligence des autorités, ainsi que de perspectives de travail dans la région. Vidéo de Chouf TV ci-dessous:

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.