Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil SOCIETELe Maroc possède le niveau d'inégalités le plus élevé d'Afrique du Nord

Le Maroc possède le niveau d'inégalités le plus élevé d'Afrique du Nord 

Lundi 22 janvier 2018 à 08h24
Le Maroc possède le niveau d'inégalités le plus élevé d'Afrique du Nord
 

A la veille de l'ouverture du World Economic Forum de Davos, l'ONG internationale Oxfam publie son rapport sur les inégalités mondiales et à l'intérieur des nations. Le rapport consacré au Maroc est parlant: les inégalités sociales au sein du pays sont les plus marquées d'Afrique du Nord.

Un seul graphique suffit à résumer la situation: la société marocaine est la plus inégalitaire d'Afrique du Nord. Sur le graphique ci-dessous, plus l'indice Gini est élevé, plus les inégalités sont élevées. L'indice marocain est le plus élevé et il ne baisse pas, contrairement à celui des autres pays de la région.

 

(Source: Oxfam)

>Les inégalités dans le monde: Des richesses engendrées l'année dernière, 82% ont profité aux 1% les plus riches de la population mondiale, alors que les 3,7 milliards de personnes qui forment la moitié la plus pauvre de la planète n'en ont rien vu.

Ce rapport montre comment "le système économique mondial permet à une minorité fortunée d'accumuler d'immenses richesses, tandis que l'immense majorité des travailleurs ne touche pas sa juste part qui lui permet d'accéder à un niveau de vie décent".

-Entre mars 2016 et mars 2017: le nombre de milliardaires a connu l'année dernière sa plus forte hausse de l'histoire, avec un nouveau milliardaire tous les deux jours. [Précisons sur ce point que la source d'Oxfam est le classement Forbes qui comme on le sait est très approximatif sur le Maroc et les pays similaires]

-En 12 mois, la richesse des milliardaires a augmenté de 762 milliards de dollars, soit plus de sept fois le montant nécessaire par an, pour sortir de l'extrême pauvreté les personnes qui y sont plongées.

-Le patrimoine des milliardaires a augmenté en moyenne de 13 % par an depuis 2010, soit six fois plus vite que la rémunération des travailleuses et travailleurs, qui n'a progressé que de 2% par an en moyenne.

-Quatre jours suffisent au PDG de l'une des cinq premières marques mondiales du secteur du textile pour gagner ce qu'une ouvrière de la confection bangladaise gagnera au cours de sa vie.

-Porter les salaires des 2,5 millions d'ouvrières et ouvriers du textile vietnamiens à un niveau décent coûterait 2,2 milliards de dollars par an. Cela équivaut à un tiers des sommes versées aux actionnaires par les cinq plus grands acteurs du secteur du textile en 2016.

-De la même manière, 10% des dividendes versés par Carrefour à ses actionnaires en 2016 suffiraient à assurer un niveau de vie décent pour plus de 39 000 travailleurs du secteur du textile au Bangladesh.

>Le cas du Maroc.

Le Maroc n'échappe pas à cette réalité:

-Trois milliardaires marocains les plus riches détiennent à eux seuls 4,5 milliards de dollars, soit 44 milliards de dirhams. Leur richesse est telle que la croissance de leur fortune en une année représente autant que la consommation de 375.000 Marocains parmi les plus pauvres, sur la même période.

-Les 10% les plus riches ont un niveau de vie en moyenne 12 fois supérieur à celui des 10% les plus pauvres, un écart qui n'a guère reculé depuis les années 1990.

-Le Maroc possède le niveau d'inégalités le plus élevé d'Afrique du nord, malgré une légère baisse depuis une décennie.

Si la situation globale des Marocain-e-s s'est améliorée au cours de ces dernières années - le taux de pauvreté ayant été divisé par trois entre 2001 et 2014 (de 15,3% à 4,8%) - plus de 1,6 million de personnes restent pauvres et 4,2 millions de personnes restent vulnérables, c'est-à-dire susceptibles de basculer dans la pauvreté à tout moment. La plupart des personnes pauvres et vulnérables résident en zones rurales.

Les jeunes et les femmes sont particulièrement touché-e-s par la précarité car la grande majorité ne parvient pas à accéder à un emploi stable, à un salaire décent et à une couverture médico-sociale.

Seules 22% des femmes occupent un emploi, contre 65% des hommes; et près de trois-quarts des jeunes diplômés du supérieur sont au chômage. Au-delà des difficultés économiques qu'elles rencontrent, les femmes sont victimes de discrimination dans de nombreux autres domaines.

L'éducation joue un rôle déterminant dans la création et la reproduction des inégalités. Malgré des améliorations indéniables, 1/3 de la population marocaine est encore analphabète, et en milieu rural la proportion des femmes analphabètes s'élève à 60%.

Les insuffisances des systèmes de santé et d'éducation au Maroc expliquent son faible Indice de Développement Humain (IDH): le Maroc occupe la 123e place sur 188 pays. Fait intéressant, la prise en compte des inégalités fait baisser l'IDH marocain de 30%.

Pour Abdeljalil Laroussi, porte-parole dOxfam au Maroc "Le constat des inégalités au Maroc est éloquent et appelle à des mesures ambitieuses. Il appartient désormais au gouvernement et aux différentes institutions du pays de s'attaquer à la racine du fléau des inégalités, en instaurant un système économique qui bénéficie à toutes et tous, et non à quelques privilégiés".

Oxfam au Maroc considère comme prioritaire la lutte contre les inégalités socio-économiques et de genre, comme en témoignent ses programmes et projets, et se joint à la société civile marocaine afin d'appeler le gouvernement et les institutions concernées à:

-Collecter régulièrement et de manière rigoureuse les données nécessaires à la connaissance des niveaux de revenus et de richesses. Ces données doivent être accessibles à la société civile et permettre de fixer des objectifs de réduction des inégalités à la hauteur de l'enjeu.

-Mettre fin à l'économie de rente, de privilèges et de clientélisme et encourager la bonne gouvernance en matière de politique économique et sociale au niveau local, régional et national en améliorant la redevabilité, la transparence et la lutte contre l´impunité.

-Assurer une réelle mise en œuvre du programme gouvernemental en matière de développement du modèle économique, de promotion de l'emploi et du développement durable ainsi que de renforcement du développement humain.

-Renforcer la cohésion sociale et spatiale, à travers des mesures concrètes dans les domaines de l'éducation, de la formation, de la santé, et du travail.

-Instaurer une justice fiscale de sorte que les plus fortunés paient leur juste part d'impôt en augmentant leur taux d'imposition, en renforçant les mesures de lutte contre l'évasion fiscale et en accroissant les dépenses dans les services publics. Oxfam estime qu'un impôt mondial de 1,5 % sur la fortune des milliardaires pourrait permettre de scolariser tous les enfants.

Le rapport international d'Oxfam ainsi que la fiche Maroc sont disponibles ici et ici.
 

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close